Indicateurs de pauvreté : comment mesurer les changements dans une vie ?

portefaix

Bagunda MUHINDO René,

Bukavu, République Démocratique du Congo

L’évaluation est une question au cœur de tous les aspects de la vie courante. En relation aux recherches des institutions humanitaires et étatiques de renom, elle permet de déterminer le niveau d’avancée entre pays, institutions, projets…

Cependant, il y a des évaluations qui ne sont pas exhaustives. Concernant la pauvreté, quand on dit par exemple qu’un pays est classé à un tel rang au niveau mondial, le classement peut montrer une situation désastreuse du pays par rapport à d’autres pays, alors que la réalité est différente. Des évaluations incomplètes ne rendent pas compte de la complexité de la réalité. On l’a vu encore récemment avec les controverses suscitées par l’indice de mesure de la pauvreté de 1 dollar par jour. C’est pour cela que des mesures davantage multidimensionnelles de la pauvreté ont été développées (comme l’étude de Sabina Alkire) et qu’ ATD Quart Monde lance une recherche à ce sujet.

Ce qui me dérange moi dans tout cela, c’est l’extrémisme de certains indices. Ils font imaginer des populations, des sociétés ou des gens qui vivent dans l’enfer… Dans un rapport de 2010, une organisation a présenté la province du Sud-Kivu où j’habite avec un taux de pauvreté de 84%. Un ami du Sénégal qui l’avait lu m’avait taquiné en disant : « là c’est l’enfer mon vieux ! ».

Que manque-t-il à ces indices ? Il y a peu de temps, j’ai entendu un témoignage : « moi avant j’étais très pauvre, j’étais humilié dans mon travail de porte faix et j’avais honte d’approcher les gens. Les gens ne le savent pas mais aujourd’hui moi-même je sais que ma vie a beaucoup changé… Quand je le dis, les gens me disent : tu es toujours mal habillé, tu fais le même travail, comment ta vie a changé ? J’ai découvert l’histoire des familles qui vivaient l’extrême pauvreté à Noisy-le-Grand (France) et j’ai compris que pour avancer elles avaient besoin de faire face à la honte et au mépris. Cela m’a donné beaucoup de courage, j’ai renoncé à la honte et je continue aujourd’hui à me battre pour faire vivre ma famille».

Avec Papa André Kahiro Mulamba, j’ai compris que la dignité humaine telle que reconnue par la déclaration universelle des droits de l’homme octroie à chacun la liberté de conscience de son évolution. L’évaluation générale de la pauvreté ne semble pas souvent montrer le côté positif des personnes concernées. Dans une communauté quand un pauvre dit qu’il évolue, on ne le croit pas. On voit qu’il a les mêmes habits, sa maison n’a pas été reconstruite, son travail n’a pas changé… Pourtant au fond de lui, il sait ce qui a changé dans sa vie. Parfois c’est quelque chose que l’on ne peut pas mesurer : la reconnaissance de sa dignité par les membres de sa communauté, l’harmonie avec sa femme et ses enfants, la réussite scolaire de ses enfants, avoir vaincu la honte, l’augmentation du nombre de volaille ou de son cheptel, la participation à un groupe. Ou quelque chose de discret que les personnes concernées ne peuvent partager…

Il est donc utile de prendre en compte tous ces aspects sociaux multidimensionnels susceptibles de générer ou pas des effets visibles ou invisibles dans l’avenir. Chacun est donc premier responsable et premier évaluateur des avancées de sa propre vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s