J’ai été déçu…

la force de la vieJ’ai été déçu quand elle m’a dit qu’elle attendait un enfant pour ses 19 ans.

J’ai été déçu qu’elle arrête ses études aux portes de l’université alors que toute sa famille avait lutté de toutes ses forces au prix de nombreux sacrifices pour lui permettre d’étudier dans de bonnes conditions.

J’ai été déçu de la percevoir seulement comme une femme au foyer soumise aux bons soins de son compagnon.

J’ai été déçu de voir cette grossesse entrer dans cette problématique des grossesses adolescentes qui devient aujourd’hui un des problèmes sociaux les plus graves du Guatemala. 26 % des naissances correspondent à des adolescentes de moins de 19 ans. En 2012, il a été recensé 3100 accouchements de mineures de moins de 14 ans.

J’ai été déçu qu’elle n’ait pas attendu un autre moment de sa vie pour espérer cet enfant. Attendre pour terminer ses études, soutenir sa famille, devenir femme, montrer l’exemple, continuer à aider ses voisins, profiter de la vie…

Je me suis déçu.

Je me suis déçu en n’accueillant pas cette belle nouvelle.

Je me suis déçu en projetant sur cette jeune femme mes propres représentations personnelles sans prendre en compte son histoire de vie et familiale.

Je me suis déçu de ne pas prendre en compte non plus, cette force et pulsion de vie que représente cette grossesse au milieu de la misère qui a profondément marqué sa vie.

Je me suis déçu en la culpabilisant inconsciemment et en renforçant les préjugés qui, déjà, entouraient cette grossesse.

Je me suis déçu de n’avoir pas su comprendre combien cet enfant à venir était une chance et qu’il changerait à jamais la vie et l’avenir de ses parents : sans être un frein mais incontestablement un moteur pour aller de l’avant!

Je suis impatient de l’arrivée de ce bébé dans quelques jours et je me réjouis de continuer à cheminer avec ses parents.

Romain Fossey – Guatemala