« STOP PAUVRETE » : lancement réussi !

20170212b_mairie_stoppauvrete_-36-7000-017-005

La campagne de mobilisation « Stop Pauvreté », officiellement lancée à Angers le 12 février.

François Phliponeau

France

Les amis de Joseph Wresinski ont vécu intensément deux anniversaires en ce mois de février.
Les 11 et 12 d’abord, quand ATD Quart Monde et la Ville d’Angers ont organisé de nombreux rendez-vous pour le centenaire de la naissance du Père Joseph Wresinski.
Le 14 ensuite, quand le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE),  a mis à son programme une assemblée plénière pour marquer le 30ème anniversaire de l’avis de Wresinski « Grande pauvreté et précarité économique et sociale ».
Depuis 1987, la lutte continue pour davantage de reconnaissance, de dignité, de souci des plus pauvres de nos concitoyens.

Au CESE, accueilli par le président Patrick Bernasconi, François Hollande a dénoncé « la présomption de culpabilité qui frappe les pauvres, comme s’ils l’avaient cherché. » Le Président de la République Française a souligné que « le plus cruel, c’est la représentation insidieuse de la pauvreté, comme de l’assistanat. »
De nombreux orateurs se sont succédé, affirmant la nécessité de continuer le combat pour éradiquer la misère. En conclusion, des lycéens d’Aubervilliers ont aporté de magnifiques témoignages sur les thèmes de la solidarité, la culture, le partage du Savoir, qui « ne fait pas de différences » entre les gens.

Dimanche à Angers, Christophe Béchu, sénateur – maire, Claire Hédon, présidente d’ATD Quart Monde France, et Isabelle Perrin, déléguée générale d’ATD Quart Monde, avaient lancé la campagne de mobilisation « STop Pauvreté, Agir tous pour la dignité» en présence de nombreux militants et amis d’ATD, mais aussi de jeunes du Lycée Joseph Wresinski, offrant un chèque de 3000 euros !

D’Angers à Aubervilliers, les lycéens ont bien lancé cette mobilisation 2017 qui va durer jusqu’au 17 octobre 2017.
C’est désormais à chacune et chacun d’y prendre part. Rendez-vous sur le site www.stoppauvrete.org !

Le choix ? Quel choix ?

stopauvrete-ok

Pascal Percq

France

Une phrase entendue l’autre jour dans un transport en commun m’a fait réfléchir. Une personne disait à sa voisine : « Je ne suis pas d’accord avec toi : on a toujours le choix ! » Ce jugement péremptoire commentait l’aspect d’une famille avec deux enfants qui venait de descendre du bus, dont l’attitude et les habits disaient combien ils étaient en situation de grande pauvreté. Je ne sais de quoi il était plus précisément question, sinon qu’il semblait à cette personne inadmissible de ne pas mieux habiller ces enfants, mais cette phrase à l’emporte-pièce m’a fait sursauter.

« On a toujours le choix » : rien n’est plus faux que cette affirmation simpliste.

«Être dans la misère, c’est ne pas pouvoir être libre, devoir toujours demander, toujours compter» témoignait naguère Christian, militant Quart monde à Lille. Et donc ne pas avoir la possibilité de choisir.

Ceci recoupait d’autres réflexions entendues peu de temps avant lors d’une Université populaire quart monde, sur la possibilité ou non de pouvoir habiter là on l’on voudrait.

Le choix ? Quel choix ? Christine, en colère, confiait : «moi je n’ai pas choisi: on m’a donné un logement pourri mais c’était ça ou rien. J’étais à la rue avec ma gamine : alors je l’ai pris, mais maintenant on me refuse ma mutation. »

La faculté de choisir pour soi-même, pour ses proches, pour sa vie, n’est donc pas la même pour tous : serait-elle conditionnée par sa situation sociale ?

Choisir encore : en ce début d’année 2017, année électorale en France, on nous assène jour après jour … que des choix que nous ferons lors des scrutins dépendra l’avenir du pays : le paradis ou l’apocalypse, rien moins !

Loin de ce tintamarre électoral, coïncidence, le hasard de la lecture du dernier livre de l’écrivain suédois Henning Mankell « Sable mouvant fragments de ma vie » (Ed. du Seuil, sept. 2015) , ouvrage écrit peu de temps avant sa disparition, apporte un éclairage complémentaire.

Cet auteur qui a beaucoup bourlingué dans sa vie, fait le constat: « Avoir la possibilité de choisir est un grand privilège. Pour la très grande majorité des habitants de la planète, la vie est fondamentalement une affaire de survie, dans des conditions dramatiques. Au cours des millénaires, très rares sont ceux qui ont pu se consacrer à autre chose que la survie. La moitié au moins de l’humanité, de nos jours, vit encore sans aucune possibilité de choix. »

Il poursuit: « Ceux qui vivent dans les marges extrêmes d’une société n’ont aucun choix. Se coucher dans la rue pour mourir n’est pas un choix. Se laisser mourir de faim n’est pas un choix. Nous avons aujourd’hui tous les moyens nécessaires pour éradiquer la misère absolue et hisser l’ensemble des êtres humains vivants au-dessus du seuil de malnutrition. Nous choisissons de ne pas le faire. C’est un choix que je ne peux considérer autrement que comme un acte criminel. Mais il n’existe pas de tribunal habilité à poursuivre à l’échelle globale, les criminels responsables du fait que la faim et la misère ne sont pas combattues à l’aide de toutes les ressources disponibles. Et qui nous entraînent tous à être complices et à avoir notre part de responsabilité dans ce choix.»

Il faut se souvenir de cette grave accusation de Mankell lors des prochains choix… électoraux. Et en cette année où ATD Quart Monde lance une mobilisation citoyenne mondiale, nous sommes tous invités à réaffirmer, tout comme Mankell, que la misère n’est pas une fatalité, en allant signer à partir du 12 février 2017 l’appel à l’action sur le site : www.stoppauvrete.org

 

Le jour dont je rêve

1-tapori

Bagunda MUHINDO René

République Démocratique du Congo

La veille de Noël, les jeunes et les enfants de mon village ont veillé jusqu’à minuit à côté d’un feu. Ils ont chanté ensemble des cantiques. Le lendemain, une jeune fille de 21 ans m’a confié: « Le sourire ne signifie pas la même chose pour tout le monde. Pour ceux qui ont des moyens, cela signifie que les enfants ont bien mangé, ils ont trouvé des nouveaux habits, ils ont bu. Mais pour les plus pauvres, le sourire est un masque pour se faire respecter. Même si on n’a pas mangé, il faut faire en sorte que les gens lisent la joie sur nos visages. Si tu fais pitié, on ne te respecte pas .»

Quelques jours après, j’étais à l’hôpital pour une consultation de quelques jours. Le matin, il n’y avait pas beaucoup de visites aux malades. Soudain à 14 heures, apparurent deux enfants. Ils ne portaient pas des chaussures et paraissaient fatigués. Leurs lèvres étaient sèches, comme marquées par la soif. Chacun d’eux avait un plat qui contenait des petits sachets contenant une poudre utilisée pour le traitement traditionnel contre certaines maladies.

Avec l’ami qui était là pour veiller sur moi, nous avons acheté le sachet 100Fc et leur avons dit de garder la monnaie. Nous avons discuté un peu : les enfants venaient de Kabare, un village situé à 12 kms de l’hôpital. Mon voisin de chambre est intervenu avec étonnement :

– On est jeudi aujourd’hui et les cours ont repris lundi, vous n’allez pas à l’école ? Comment êtes-vous arrivés ici ? Vous avez payé une moto ?

Les enfants l’ont regardé avec déception et n’ont pas répondu. En fait, ils avaient circulé toute la journée et n’avaient encore rien vendu jusque-là. Le plus âgé des deux nous a révélé :

– Moi j’ai arrêté l’école parce que ma famille n’avait pas les moyens. Mon frère n’est pas allé à l’école. Notre père fait ce travail et nous le soutenons. A trois on peut espérer gagner un peu plus.

J’ai demandé s’il connaissait le numéro de leur père dans l’espoir de prendre contact avec lui. Les enfants n’ont pas répondu. Voulant leur donner le mien avec un petit mot amical, le plus jeune a répondu avec colère dans un dialecte traditionnel:

– Tu te fatigues pour rien car personne ne va t’appeler, tu perds ton temps.

L’aîné a pris le papier avec un sourire amical pour me rassurer. Je n’ai pas compris pourquoi ma question avait provoqué la colère de l’enfant. Puis j’ai remarqué que nous avions tous des téléphones et avions cherché à en savoir plus sur sa famille et là où ils habitaient. Était-ce pour lui un signe d’humiliation ?

Avant de partir, l’aîné a dit :

– On ne pourra pas t’appeler parce qu’on n’a pas de téléphone dans ma famille ni dans mon quartier. J’étais choqué.

En mémoire du Père Joseph disant : « une nouvelle humanité sans misère verra le jour… », j’ai pensé à toutes les personnes qui ont souri le jour de Noël sans avoir mangé, à tous les enfants qui ont embrassé leurs parents sans avoir eu des nouveaux habits, à tous les enfants qui marchent écouler les marchandises au-delà des kilomètres sans comprendre la langue du milieu et j’ai rêvé un nouveau jour. Un jour où l’informatique et la technologie seront l’affaire de tous, un jour où chaque enfant, chaque personne aura souri pour exprimer la même chose. Un jour où tous les enfants pourront aller à l’école.

2016-12-dg-cartevoeuxvisuel-fr-1-780x530

Si tu crois en ce jour, ajoute avec moi : «…puisque nous le voulons. »

La liberté d’aller son propre chemin

g-et-son-velo-fj1-17-reduit

Encore sept kilomètres sous la pluie…

François Jomini,

Berlin, Allemagne

Avis de recherche : une famille inquiète lance un appel au sujet d’un homme, un fils, un frère. On sait qu’il vivait à la rue, on est sans nouvelle de lui. C’est dans les centres d’hébergement d’urgence, très actifs en hiver, qu’un homme, une femme ont parfois été reconnus par des semblables pour la dernière fois, avant de disparaître, happés par une bouche de métro.

Sylvia, qui porte la responsabilité d’un tel centre, un logement pour une dizaine de personnes dans une petite ville du nord-est de l’Allemagne, parle de ses hôtes avec infiniment de tendresse. Cet homme à bout de forces, qu’elle avait réussi à convaincre de son droit à prendre du repos, à se refaire une santé, à reconsidérer sa vie dans un environnement plus propice que les lieux de passage perpétuel. Il est resté deux ans, puis d’un jour à l’autre, il a repris la route. Sylvia ajoute qu’il ne les a pas quittés fâché, ou découragé, non, il a continué son chemin. Il revient de temps à autre pour la saluer, saluer des amis. Qui sait le prix qu’un homme est prêt à payer pour assumer jusqu’au bout sa liberté d’être dans un monde qui le refuse ?

Cette misère n’a pas de nationalité, puisqu’à une certaine limite, on perd jusqu’à son identité.

En cet hiver berlinois, je pense à ces quelques personnes que nous connaissons depuis peu, dont la vie est un combat de chaque jour pour ne pas sombrer, ne comptant pour personne et parfois même si peu à leurs propres yeux. Juste maintenues en vie par l’assistance, pourrait-on dire. Mais survivant tout de même, grâce à une économie faite de mille petits gestes de solidarité entre elles.

Ainsi va Mme Luzia, nouant son fichu sur ses cheveux déjà mouillés, affrontant la pluie en poussant une vieille bicyclette, boitant péniblement, courbée sous le poids de ses sacs en plastique, sa petite valise, la litière de son vieux chat presque aveugle… Ses maigres, mais encombrantes « sécurités », dont il lui coûte de se séparer. Dans la misère, on va toujours encombré de choses qui suscitent le regard amusé des gens, on n’a jamais les mains libres – pour quoi faire d’ailleurs ? – On est toujours « bien trop occupé à faire ce qu’il faut pour vivre », dit-elle. Pourtant elle participe depuis des années à un groupe d’entraide, prête à y donner du sien. Elle a tellement de capacités qui ont une valeur, mais qu’elle ne peut échanger, car même l’échange de services est organisé comme un marché. Elle réfléchit beaucoup. Elle évoque un temps où, vivant à la campagne, on s’aidait, en famille, en famille élargie, entre voisins… L’État, c’était une manière de vivre ensemble. « Depuis l’État considère la famille comme une liste d’individus. De ce fait, il ne soutient plus la famille, et maintenant l’État se désengage de l’individu lui-même. »

Plus encore que ses colis, ce qu’elle porte et qu’on ne voit pas, qui n’intéresse personne, c’est son expérience de vie. Le dur et le tendre mêlés. Cet amour qui a donné sens à sa vie et qui n’est plus – « Certes c’était toujours difficile, mais on était deux et je l’avais choisi… » Entre colère et tendresse, elle oscille. Et ses sautes d’humeur font qu’on la tient parfois pour folle.

Elle le sait, sourit malicieusement, « je m’embrouille parfois avec les gens, parce que je suis désagréable ». Et si je vois l’enfance derrière tant de visages si rudement « vieillis » par l’âpreté de la vie, dans leur yeux qui étincellent soudain d’un humour joyeux, c’est qu’ils rencontrent en moi l’enfant. Et je sais que tout n’est pas perdu.

Il y a sous l’errance un terreau où l’espoir est capable de germer.

La liberté d’aller son propre chemin…

C’est ce que Mme Luzia essayait de nous faire comprendre, ce soir-là, à la brasserie du Tramway où elle nous avait donné rendez-vous. Dans la salle fumeur, à l’abri du regard des autres consommateurs. Ce regard qui vous tient à distance.

Nous étions partis ensemble dans sa région natale, où elle avait décidé de séjourner plus longtemps, afin de renouer des liens.

Ce rendez-vous à la brasserie du Tramway avait quelque chose d’une île où on échoue, dans la lumière flottante de la petite salle enfumée… Un lieu hors du vacarme, où l’on a juste envie d’être silencieux, d’apprendre les nuances du monde qui ne sont perceptibles que du point de vue de tout en bas. Les retrouvailles lui avaient donné de la force. Tout de même, c’est terrible d’entendre qu’une femme n’ose plus aller au restaurant social, car, pauvre et allemande, elle s’y fait traiter de « nazie ». Ce n’est pas qu’elle en veuille aux gens qui, dans leur propre désarroi, la traitent de la sorte – ils ont le droit comme elle de jouer des coudes pour avoir leur place dans la file, dit-elle – mais quand on est trop pauvre, et qu’on ne peut dissimuler sa vulnérabilité, on cristallise la peur, le mépris et la haine qui ne vous sont pas destinés. Et on n’y peut rien. On peut juste s’en aller encore une fois, pour ne pas étouffer, ne pas mourir sur place. Fouler ce terreau d’espoir où nos pas sont notre dernière liberté, par-delà les décombres du jour, forts du souvenir que nous avons de ceux que nous avons aimés et qui nous ont aimé.

Magie de Noël chez les Houmeaux

Caroline Blanchard

France

« Quand ça se termine et qu’il faut tout éteindre, je ne vous cache pas qu’on a tous le cafard » dit un des acteurs de cette féérie de Noël. « Chez les Houmeaux » est un petit village perdu dans les Deux-Sèvres, environ 50 habitants, pas d’éclairage public (enfin pas encore, les autorités ont promis de les alimenter grâce au nouveau parc éolien en cours d’aménagement à proximité) mais avec un grand cœur, et un goût pour le festif !

Donc cette année, pour la première fois, je suis en vacances dans les Deux-Sèvres pour Noël. Quand mon beau-frère évoque ce projet de ballade pour le 25 décembre, j’accepte, intriguée. Et je ne suis pas déçue : les habitants de ce tout petit village rivalisent d’ingéniosité pour illuminer leurs jardins aux couleurs de Noël. Crèches traditionnelles côtoient Pères Noëls et bonhommes de neige en tenue de ski, il y a même une Tour Eiffel, et des étoiles perchées au sommet de conifères de près de 10 mètres de haut… Un gentil Père Noël se promène et ne se lasse pas de demander aux enfants s’ils sont heureux des cadeaux qu’il leur a apporté, et qu’ils ont ouvert le matin même ! Il distribue des bonbons. Mais d’où vient cette idée ? Et pourquoi ces décorations ?

Selon le journal local, un couple ayant décidé d’illuminer son jardin à la naissance de leur premier enfant a été suivi progressivement par tous les habitants du village (ou presque). Et ce n’est pas tout : chaque soir, les habitants vendent vin chaud, crêpes, café… au profit d’une association qui lutte pour la mucoviscidose. Alors là je suis éblouie de voir comment Noël reprend vie, le Noël que j’aime, celui qui fait une place au partage à l’accueil du plus faible ! Et allez voir par curiosité les sommes gagnées, sur le lien vers le journal local, vous serez vous aussi ébahis !

Ce projet annuel fédère tout le village. En effet, comme l’explique cet habitant qui n’aime pas le moment où il faut tout éteindre, ils cherchent des aides pour avoir œufs et lait à des tarifs préférentiels, voire un peu de soutien des collectivités locales, pour confectionner crêpes et vin chaud sans trop dépenser, et augmenter ainsi leur bénéfice. Comme quoi  3 guirlandes allumées dans un jardin peuvent être la première étape d’un merveilleux élan de générosité. Parfois il ne faut pas grand-chose pour se mettre ensemble et vivre Noël autrement !

Du charbon de bois pour la survie quotidienne

Saint Jean Lhérissaint,

Haïti

Ma nouvelle mission de détection en vue d’une implantation d’ATD Quart Monde en milieu rural me permet de découvrir des communes dont la survie se base uniquement sur la fabrication du charbon de bois. Plusieurs zones d’Haïti sont réputées sèches depuis un bon bout de temps. Fatigués de perdre les récoltes, les paysans n’y cultivent plus la terre. Pourtant, les deux principales activités économiques du pays sont l’agriculture et l’élevage. Celui-ci sert à dépanner en cas de maladie, de décès ou d’autres imprévus, mais la survie quotidienne est assurée par l’agriculture vivrière, en grande partie tournée vers l’auto-consommation.

Dans les zones rurales où l’agriculture est absente, comme à Phaeton dans le Nord Est, la nourriture quotidienne se fait rare. Les familles laborieuses s’ingénient pour s’offrir, tant bien que mal, de quoi manger chaque jour. Sur ces terres qui paraissent très pauvres en termes de capacité de production, pousse en grande quantité une sorte d’arbuste sauvage, dur, plein d’épines qu’on appelle « Bayawonn ». Ces plantes sont coupées et utilisées pour fabriquer du charbon de bois à répétition. Lequel est vendu pour couvrir les dépenses journalières. Les rares arbres forestiers et fruitiers qui peuvent se trouver au milieu des « Bayawonn » subissent le même sort que ces derniers. Un peu partout, on aperçoit de la fumée qui monte comme si c’était l’âme des arbres qui allait se plaindre auprès de Dieu parce qu’ils sont systématiquement abattus.

Cela se passe ainsi, non pas parce que les habitants ne connaissent pas les conséquences du déboisement, mais ils le font par nécessité. Ils reconnaissent le rôle que jouent les arbres pour qu’ils aient de l’eau. Ils savent qu’un jour, ils risquent de ne plus trouver d’arbres pour fabriquer du charbon. Ils sont souvent sensibilisés par les autorités, mais aucune alternative ne leur est proposée. Bélius, un habitant de Phaeton venant de préparer du bois pour son prochain fourneau de charbon, déclare : « Je sais que ce n’est pas bon d’abattre les arbres. Je suis au courant de toutes les conséquences. D’ailleurs, je me sens souvent triste en coupant un arbuste. Cependant, j’ai une femme et 8 enfants à nourrir. Je laisserai rapidement cette activité le jour où j’en trouve un autre. C’est vrai qu’un jour je risque de mourir de faim et de soif, mais les arbres doivent perdre leur vie bien avant moi». Ce père de famille n’est sans doute pas le seul à se trouver devant ce fait accompli. C’est difficile de dire qu’il a raison d’agir de la sorte, mais quand on regarde bien la zone, on voit que la population est livrée à elle-même, condamnée à se débrouiller pour vivre. Et il n’y a pas beaucoup d’autres solutions. La société est toujours prête à culpabiliser ces personnes, sans pour autant chercher à proposer une solution durable qui respecte leur dignité.

Drôle de coïncidence, ce jour-là, 10 décembre, je me suis rappelé que c’était le 68ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. N’y a-t-il pas assez de richesses dans le monde pour nourrir plus que la population mondiale ? Chaque fois que quelqu’un meurt de faim, n’a-t-on pas raison de dire qu’il est assassiné ? A côté des proscrits des différentes sources de droit concernant la protection de la personne humaine, quand viendra le vrai combat pour la justice sociale ?