Diplômée et courageuse

Traveler Digital Camera

Je suis une chef d’entreprise appelée « Beignetariat » (Roberstine, Cameroun) Photo d’une vendeuse de beignet, Kalaranet magazine

B. Ndeenga

Cameroun

La journée internationale de la femme (8 mars dernier) me donne l’occasion de montrer le courage d’une jeune femme connue dans un quartier de la ville de Yaoundé au Cameroun.

Il s’agit de Roberstine. Diplômée de l’enseignement supérieur et vendeuse de beignets…
Âgée de 25 ans,c’est depuis sa tendre enfance que Roberstine a fait ses premiers pas dans la vente des beignets auprès de sa maman. Elle l’aidait à vendre pendant que celle-ci les faisait frire. Lorsque sa maman devint totalement invalide suite à la disparition brutale de son mari, Roberstine, aînée d’une fratrie de 7enfants et mère d’une fillette, prit le relais de l’activité.

Ce fut une transition assez difficile pour cette jeune femme titulaire d’un master en communication des entreprises. Tout le quartier s’était habitué à la voir sortir chaque matin, vêtue de beaux vêtements, aller à la recherche du boulot. C’était avec plaisir que les parents et ses congénères lui souhaitaient bonne chance. Tout le quartier lui présageait un avenir radieux dans l’administration. Jusqu’au jour où l’espérance céda la place à l’étonnement et la stupéfaction. Roberstine faisait frire les beignets et les vendait.C’était l’incompréhension dans le quartier. Que lui arrivait-il donc  ?

Elle nous livre son témoignage :
« De l’extérieur, beaucoup de personnes ne pouvaient pas comprendre ce choix. L’urgence s’était faite ressentir. Ça devenait très difficile de vivre à la maison. Il n’y avait plus de sources de revenus. Papa était décédé et maman, invalide. Il fallait faire un choix et je l’ai fait sans hésiter. Dès les débuts, c’était très difficile. Comment affronter le regard de mes camarades ? Ceux-ci me disaient que je déshonorais mon diplôme et faisais honte à toutes les jeunes filles qui voulaient aller à l’école. Mais au fond de moi, je savais que je creusais un autre chemin, celui de décomplexer la jeune femme qui doit avoir le courage de vivre sa vie sous toutes ses facettes. J’avais cherché du boulot pendant 5 ans sans succès. De plus, je me sentais responsable de ma famille. Il fallait la soutenir, envoyer mes cadets à l’école, s’occuper de la santé de maman… Le temps n’était plus de se dire diplômée. J’ai retroussé mes manches. J’ai troqué mes belles tenues contre les vêtements remplis de graisse, j’ai cessé de rêver d’un bureau confortable pour la rigueur du feu du bois, j’ai abandonné la coquetterie de jeune fille pour les brûlures de l’huile bouillante, la douceur de mon lit pour la rudesse du froid, car il faut que je me réveille chaque jour à 3 h du matin pour pétrir la farine. J’ai appris à ne plus faire attention au regard des autres mais à puiser mon courage dans le regard de ma mère et dans la résilience de mes frères et soeurs qui me soutiennent.
Après 5 ans d’activité, je le dis haut et fort : je suis une chef d’entreprise appelée « Beignetariat ». Je m’occupe totalement de maman, mes frères et mon enfant vont à l’école. Toute la famille a le minimum vital. Ma ténacité et mon courage ont mis ma famille hors du besoin et je suis très contente d’accompagner des jeunes filles diplômées qui veulent suivre mon exemple. »

Publicités

Du charbon de bois pour la survie quotidienne

Saint Jean Lhérissaint,

Haïti

Ma nouvelle mission de détection en vue d’une implantation d’ATD Quart Monde en milieu rural me permet de découvrir des communes dont la survie se base uniquement sur la fabrication du charbon de bois. Plusieurs zones d’Haïti sont réputées sèches depuis un bon bout de temps. Fatigués de perdre les récoltes, les paysans n’y cultivent plus la terre. Pourtant, les deux principales activités économiques du pays sont l’agriculture et l’élevage. Celui-ci sert à dépanner en cas de maladie, de décès ou d’autres imprévus, mais la survie quotidienne est assurée par l’agriculture vivrière, en grande partie tournée vers l’auto-consommation.

Dans les zones rurales où l’agriculture est absente, comme à Phaeton dans le Nord Est, la nourriture quotidienne se fait rare. Les familles laborieuses s’ingénient pour s’offrir, tant bien que mal, de quoi manger chaque jour. Sur ces terres qui paraissent très pauvres en termes de capacité de production, pousse en grande quantité une sorte d’arbuste sauvage, dur, plein d’épines qu’on appelle « Bayawonn ». Ces plantes sont coupées et utilisées pour fabriquer du charbon de bois à répétition. Lequel est vendu pour couvrir les dépenses journalières. Les rares arbres forestiers et fruitiers qui peuvent se trouver au milieu des « Bayawonn » subissent le même sort que ces derniers. Un peu partout, on aperçoit de la fumée qui monte comme si c’était l’âme des arbres qui allait se plaindre auprès de Dieu parce qu’ils sont systématiquement abattus.

Cela se passe ainsi, non pas parce que les habitants ne connaissent pas les conséquences du déboisement, mais ils le font par nécessité. Ils reconnaissent le rôle que jouent les arbres pour qu’ils aient de l’eau. Ils savent qu’un jour, ils risquent de ne plus trouver d’arbres pour fabriquer du charbon. Ils sont souvent sensibilisés par les autorités, mais aucune alternative ne leur est proposée. Bélius, un habitant de Phaeton venant de préparer du bois pour son prochain fourneau de charbon, déclare : « Je sais que ce n’est pas bon d’abattre les arbres. Je suis au courant de toutes les conséquences. D’ailleurs, je me sens souvent triste en coupant un arbuste. Cependant, j’ai une femme et 8 enfants à nourrir. Je laisserai rapidement cette activité le jour où j’en trouve un autre. C’est vrai qu’un jour je risque de mourir de faim et de soif, mais les arbres doivent perdre leur vie bien avant moi». Ce père de famille n’est sans doute pas le seul à se trouver devant ce fait accompli. C’est difficile de dire qu’il a raison d’agir de la sorte, mais quand on regarde bien la zone, on voit que la population est livrée à elle-même, condamnée à se débrouiller pour vivre. Et il n’y a pas beaucoup d’autres solutions. La société est toujours prête à culpabiliser ces personnes, sans pour autant chercher à proposer une solution durable qui respecte leur dignité.

Drôle de coïncidence, ce jour-là, 10 décembre, je me suis rappelé que c’était le 68ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. N’y a-t-il pas assez de richesses dans le monde pour nourrir plus que la population mondiale ? Chaque fois que quelqu’un meurt de faim, n’a-t-on pas raison de dire qu’il est assassiné ? A côté des proscrits des différentes sources de droit concernant la protection de la personne humaine, quand viendra le vrai combat pour la justice sociale ?

Dames Sara : ces femmes qui forgent la vie

Dames-sara-leger

Saint Jean Lhérissaint

depuis le Burkina-Faso

En milieu rural reculé en Haïti, les seules sources de revenus des paysans sont l’agriculture et l’élevage. Pendant que les hommes s’occupent des animaux et des champs, les femmes s’ingénient pour garantir la nourriture quotidienne des familles. Avec les moyens du bord, elles se créent une activité commerciale exigeant un grand effort physique. Elles deviennent des Dames Sara.

Les milieux ruraux reculés ne sont pas accessibles aux camions. Transporter les denrées jusqu’aux points où les véhicules peuvent arriver, n’est pas chose facile pour les paysans. Les Dames Sara sont des commerçants qui se proposent d’acheter les différentes denrées sur le marché local paysan et même sur le lieu de la récolte pour les transporter à la ville la plus proche et les revendre. Sacré travail, exercice difficile, effort physique énorme, mais les Dames Sara sont courageuses. Sur tous les chemins de marché, dans toutes les provinces, on croise ces femmes transportant des dizaines de kilogrammes de marchandises sur la tête. Elles sortent en groupes solidaires plus ou moins grands. Malgré le lourd fardeau sur la tête, chaque groupe est bien animé, il y a de la vie sur chaque visage. Dans les montagnes, les plaines, les collines – le rire, les blagues, les chants de toutes sortes, les cris de joie – annoncent l’arrivée d’un prochain groupe de Dames Sara. La nuit, la lueur des lampes s’ajoute aux signes annonçant l’arrivée d’un groupe. Aucun membre n’est laissé derrière, au moindre petit problème, c’est tout le groupe qui se sent concerné. De petites dégustations se font en marchant.

Sous le soleil de plomb, sous la pluie, la nuit, le jour, les Dames Sara ne peuvent s’empêcher de voyager. Des femmes de tout âge, des femmes enceintes font partie des groupes. Parfois la ville la plus proche se trouve à 50 kilomètres comme c’est le cas pour les Dames Sara de Cornillon qui se rendent à Thomazeau pour revendre leurs marchandises. Pour ce parcours, il faut emprunter des sentiers glissants, faire des traversées dangereuses, monter et descendre des pentes raides, mais les Dames Sara endurent, sachant qu’il y plusieurs bouches à la maison qui attendent les provisions qui seront achetées avec les bénéfices. N’est-ce pas cette activité qui permet à des familles de gagner dignement leur vie ? Dans la partie sèche et aride de Cornillon, c’est l’activité commerciale qui prévaut. Madame Salomon en témoigne : « les conditions de vie de ma famille sont difficiles, je suis obligée de fatiguer mon corps. J’achète tout ce que je trouve comme poule, dinde, haricot, maïs, vivres alimentaires etc… Je sais que mon corps paiera le prix de tout ça un jour, mais je n’ai pas le choix. C’est grâce à ça que les mâchoires mâchent. C’est dur, mais c’est mieux que mendier ». Dames Sara, une expression symbolisant la résistance de la femme vaillante haïtienne acceptant de voyager dans des conditions difficiles pour pouvoir nourrir dignement sa famille est malheureusement utilisée comme injure pour qualifier les élèves qui bavardent en classe ou ceux qui ne se taisent pas dans une assemblée.

À travers leur activité, les Dames Sara servent les paysans en achetant leurs récoltes. Elles nourrissent dignement leur famille. Enfin elles apportent la vie dans les villes parce que si les récoltes des paysans n’atteignent pas la ville, les citadins ne peuvent pas manger. Elles sont partout et elles sont fières d’être des Dames Sara.

Ces mains-là…

img_2107

Beatriz Monje Barón, El Alto – Mexico

traduit du blog hispanophone Cuaderno de viaje

J’ai voyagé en Bolivie au mois de février. Je suis retournée avec bonheur à l’abri du froid de l’Illimani et des hauteurs. Cela fait des années que l’équipe d’ATD Quart Monde Bolivie travaille aux côtés des familles vivant dans le quartier de Senkata de la ville d’El Alto. Aujourd’hui, une équipe de volontaires permanents vit également dans le quartier aux côtés de ces familles. Toute une nouvelle manière d’affronter les difficultés d’une vie quotidienne dans la pauvreté et de mettre en place des actions pour faire évoluer les choses.

Les quinze jours passés dans cette communauté qui nous entraîne vers cet autre monde auquel nous rêvons, ont rempli mon awayo de souvenirs pour tout le reste de l’année. Je marche maintenant avec des réserves de sajraña et de kantutas qui rappellent l’importance de que ce que je porte sur mes épaules, de ce qu’on accepte de porter parce que cela vient de nous. Au milieu de tout cela, des réflexions qui s’avéraient nécessaires, des projets et des évaluations, des décisions à prendre… Au milieu de tout cela, il y avait l’omniprésence des mains, les mains agiles et utiles qui nous aident à penser, les mains dans mon awayo.

Nous réfléchissions à nos prochains projets et Mme Lucía filait à pleines mains et de son fuseau naissaient toutes les idées. Nous réfléchissions et Emma défaisait la couture ratée, Mme Agustina préparait la sajraña avec des racines de charbon séchées au soleil, Mme Primitiva nettoyait l’agneau, Juan Carlos déplaçait les pierres qui soutiendront le plancher, Sandra préparait les pommes de terre, Miguel cherchait à manger pour la vache et jouait avec le veau… Un jour, nous préparons le four en pisé, pendant que d’autres changent les meubles de place. Le jour d’après, nous nettoyons la cuisine. Nous faisons, et nos mains sont pleines d’idées et de mots.

img_2411

img_2521

img_2544

 

img_2569Un peu plus loin, dans la communauté de Hornuni, Agustina nous réunit autour de la nourriture et nous explique : « A la campagne, ces mains-là, elles travaillent dur ». Nous sommes venus et j’ai pu moi aussi rendre mes mains utiles, en conscience, travailler avec mes mains et celles des autres. Nos mains pensent dur à la campagne. Car en fin de compte, l’apthapi et la chanson d’une petite fille en aymara sont une récompense et un sourire face à la faim.

img_2621

A l’égal de mon voyage au Sénégal il y a quelques années, ce voyage en Bolivie m’a amenée à remettre en question la ville et le développement, et à me poser toujours plus de questions sur la répartition des tâches, la disparition des modes de vie traditionnels, sur cette manière subtile de nous organiser afin que certains pensent pendant que d’autres travaillent de leurs mains. Ce voyage aller retour était nécessaire. Il y avait dans ce voyage une invitation que j’ai choisie de porter dans l’awayo, à côté de de la sajraña et des kantutas que j’ai transportées avec moi, comme une charge ou comme un envol, en souvenir de la beauté de l’Illimani qui nous abrite de son froid.

img_3568

Voici les kantutas sur mon awayo, et la sajraña qu’Emma y Mme Agustina ont préparées pour soigner ma chevelure.

 

 

Mon salaire, c’est ma feuille de paie

Nettoyage d'un jardin en friche

Nettoyage d’un jardin en friche

France

Gérard Bureau, après 40 ans d’expérience comme volontaire permanent dans le Mouvement ATD Quart Monde, a fondé « initiatives solidaires », une auto-entreprise sociale qui propose des chantiers rémunérés à des personnes qui n’ont pas trouvé d’emploi mais « ont un besoin vital de travailler ». Gérard travaille avec elles sur des chantiers chez des particuliers, des entreprises ou des associations (entretien de jardins, maçonnerie, réfection de logements…). Au fil des mois, le courage et les efforts des personnes en recherche d’utilité et de liens avec d’autres sont reconnus et valorisés.

« C’est la recherche de l’utile et de la solidarité, sans bénéfices financiers personnels autres que ceux qui permettront de développer l’activité de l’auto-entreprise. C’est répondre au défi de créer une économie humaine entre tous et pour tous, nouvelle croissance possible puisque la demande est là. Les besoins en service de proximité sont en plein développement et en ajoutant la plus-value de la solidarité, notre petite entreprise a déjà son carnet de commandes bien rempli par le bouche à oreilles. »

Dans la chronique de son blog « initiatives solidaires », Gérard partage l’histoire d’un homme qui se bat au quotidien pour s’en sortir et être reconnu comme utile et capable de travailler.

Le parcours de Monsieur CB

« Je n’ai pas encore beaucoup écrit dans cette chronique, je vais raconter aujourd’hui le parcours de CB, un adulte de 40 ans, marié, deux enfants. Dans cette chronique je ne dirai jamais les origines ni ne ferai la description trop détaillée des conditions vécues par ces personnes. Le travail que je partage avec elles me montre chaque jour qu’elles sont des personnes qui méritent qu’on les regarde dans leurs projets et leurs batailles, pas dans la description de leurs problèmes qui sont leur vie privée ou en tout cas, ce n’est pas à moi d’en parler.

J’ai connu CB il y a trois ans, nous l’avons hébergé quelques semaines avec sa famille car sans logement. Il vit maintenant à l’hôtel de façon stable en attendant meilleur. Depuis le premier jour que je l’ai rencontré, il parle de quatre choses : logement, santé, école, travail. Pour chacun de ces domaines de vie, il met une énergie que nous ne pouvons pas imaginer. J’ai une collection de sms quotidiens de ses demandes pour comprendre une démarche, pour essayer de répondre à des questionnaires administratifs, pour actualiser sa situation à pôle emploi, pour soigner ses enfants, pour chercher un logement, pour répondre à des annonces d’emploi etc…. depuis trois ans, il n’a pas abouti sur la question du logement et du travail et je comprends de nouveau pourquoi des personnes peuvent à un moment renoncer et se laisser aller à l’assistance car c’est plus que décourageant, c’est un combat toujours perdu d’avance et les administrations osent dire en face à face « vous n’avez aucune chance, il y a trop de personnes avant vous… il vous manque tel document et la fois suivante encore un autre document ou un document que vous ne pouvez pas produire… vous n’êtes pas éligible… »

CB ne se décourage jamais et essaie toujours. Trois ans que plusieurs fois par semaine, CB m’appelle ou m’envoie des sms pour toutes ses démarches. J’ai calculé, ça fait environ 550 conversations, demandes, réflexions pour essayer de dénouer sa situation. De plus CB est dynamique, cultivé et n’est pas la personne dont on pourrait penser qu’il est hors jeu, même si pour ma part, je ne considère personne hors jeu. Alors si lui ne réussit pas dans ses démarches, comment feront ceux qui ont moins de bagages ?

CB a un réseau de travail non déclaré, entre 25 et 70€ la journée, quelquefois pas payé. Il n’est pas parmi les plus démunis, il se maintient à flot. Pôle emploi ne lui propose pas ce qui lui correspond et le dialogue avec les conseillers est décourageant.

CB est la première personne à qui j’ai proposé des emplois en CDD à la journée, environ une dizaine de journées depuis 6 mois. Ce n’est pas à lui que je propose le plus de travail puisque il a un réseau par ailleurs. C’est par le projet « Initiatives solidaires » qu’il a eu sa première feuille de paie de sa vie. Lors d’un travail au siège international d’ATD Quart Monde dont il a compris les objectifs, le soir, au moment de le rémunérer, il m’a dit : « je ne veux pas du salaire, mon salaire, c’est la feuille de paie. » Je l’ai évidemment quand même rémunéré. Comme d’autres personnes, sa façon de travailler est exemplaire, comme s’il voulait prouver heure après heure de travail, qu’il est employable. Comme m’a dit quelqu’un avec humour, pour l’arrêter de travailler, il faut enlever la pile, car il va au-delà de ce qui est demandé. Ces jours-ci je l’ai mis en lien avec Charles, un retraité qui soutient des personnes dans leur parcours vers l’emploi. Il l’a recommandé au service de la mairie qui dispose d’un certain nombre d’emplois réservés sur des chantiers publics. Il a pu obtenir un emploi pour plusieurs mois. »

Vous pouvez soutenir Initiatives solidaires en visitant le blog et en parlant de cette initiative autour de vous !