L’attitude qui peut changer la vie

Lors-du-d¬barquement-de-la-pirogue-amenant-les-fretins-sur-les-c¦tes-du-lac

photo habarirdc.net

Saleh Kazige

Bukavu, République Démocratique du Congo

Emmanuel vit avec Wivine et Pasi, ses deux sœurs, Elie, son frère, et leur mère, dans un quartier nommé Kalengera. C’est un quartier situé au bord du lac Kivu, réputé pour son énorme quantité de gaz méthane. Il contient aussi beaucoup de poissons. Enfants, nous nagions au large…

Mon ami Emmanuel y travaille depuis qu’il a 12 ans. Il faisait partie des enfants qui ne dorment pas la nuit parce qu’ils travaillent avec les pêcheurs. Leur rôle consiste à retirer les fretins restants des mailles du filet pour recevoir une somme d’argent ou une quantité de fretins à revendre. Aujourd’hui encore, en 2017, il fait ce même travail.

Au mois de mai, lors des préparatifs de la célébration de la Journée internationale de l’enfant africain, notre groupe de la Dynamique jeunesse d’ATD Quart Monde a décidé de visiter ces enfants et jeunes qui travaillent au lac.

Anne, une animatrice du groupe Tapori, et moi-même, avons rencontré Emmanuel pour préparer ensemble un échange avec les enfants. Nous avons noté tout ce qu’il disait. A la fin, il nous a demandé pourquoi on écrivait et on lui a répondu que ce qu’il disait était important. Il nous a expliqué comment il est méprisé par d’autres jeunes. « C’est malheureux quand tu te réveilles le matin et tu vois d’autres jeunes aller à l’école alors que toi, tu te poses encore la question : que dois-je faire pour trouver de quoi nourrir ma famille ? Si je ne travaille pas dur, ma famille peut mourir de faim. Je n’ai pas le temps de sortir comme d’autres jeunes. Si les jeunes m’approchent comme vous, alors ils peuvent comprendre le prix de ce que je sacrifie pour que ma famille vive. » J’ai été touché par ses mots qui m’ont fait changer le regard sur les jeunes qui font ce travail.

J’ai réfléchi à cela et j’ai compris que tous les jeunes n’ont pas les mêmes chances. Certains commencent « en haut de la montagne », dans une bonne famille, ils sont acceptés dans la société et vivent dans un monde qui facilite l’épanouissement, l’ouverture ; d’autres naissent « dans la vallée », leur famille connaît la pauvreté, ils font l’expérience du rejet et doivent se battre au prix de leur sueur pour s’en sortir. Mais nous avons tous reçu quelque chose : l’intelligence et la valeur humaine qui constituent la dignité de chacun. Chacun a besoin d’être accepté, de trouver sa place pour se faire valoir.

Emmanuel n’a pas beaucoup d’amis. Beaucoup de jeunes de mon âge supposent que le travail qu’il fait est réservé à ceux dont les parents m’ont pas les moyens de les envoyer à l’école. D’autres disent qu’ils ne peuvent pas approcher un jeune qui a parfois l’odeur des poissons. Cela le met toujours dans la peur d’aller vers les autres. Pourtant mon expérience dans notre groupe de jeunes montre qu’on est véritablement homme quand on peut écouter les autres et être écouté. Quand on peut respecter les autres et être respecté. Quand on a le courage d’affronter le plus difficile pour gagner sa vie et aider sa famille.

J’ai fait l’effort d’aller le voir souvent avec d’autres amis de mon groupe et Emmanuel a trouvé que certains jeunes accordent de la valeur au travail qu’il fait et à son courage. Cela le rend fier. Aujourd’hui il étale sa marchandise et circule quand il le faut dans tout le quartier pour trouver des clients.

Les pauvres n’attendent pas beaucoup de nous. Notre présence leur suffit pour relever la tête et devenir acteur. Un simple geste de dédain, de mépris peut anéantir une personne. Notre attitude, notre comportement de jeunes peut changer toute une vie. Cela commence par considérer chaque personne et le respecter.

Emmanuel m’a appris cela.

Publicités

In memoriam « Laetitia »

Laetitia

Pascal Percq

France

Il y a des livres qui, une fois lu et reposé, ne vous lâchent plus. C’est le cas de celui-ci : « Laetitia, ou la fin des hommes » d’Ivan Jablonka (1).

Ce livre n’est ni un roman, ni un essai, ni une enquête policière ou journalistique mais tout cela à la fois. Son auteur, Ivan Jablonka est chercheur, professeur, sociologue et historien. C’est à la fois un récit, une biographie mais aussi un portrait sans complaisance de notre société, de notre époque. C’était un « fait divers » comme on dit d’un fait presque banal, voire normal, qui émeut un instant à la lecture du journal ou à l’annonce d’un titre et puis s’estompe de nos esprits, chassé par les aléas de la vie de tous les jours. Avec ce livre, le fait devient miroir de ces injustices flagrantes dont sont victimes tant d’enfants et de personnes.

Laetitia a 18 ans quand elle est violée, assassinée près de Pornic (Loire-Atlantique) en janvier 2011. Un meurtre atroce. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Un fait divers hors norme par la gravité du crime. Mais ce meurtre devint une affaire d’État quand on identifia son auteur comme étant un récidiviste libéré de prison quelques mois plus tôt et que le président de la République d’alors, Nicolas Sarkozy, s’en empara pour en faire un objet de communication pour critiquer le « laxisme » des magistrats. Des propos qui entraînèrent la première grande grève de la magistrature : 8000 juges dans la rue. En 2015, le meurtrier a été condamné à nouveau en appel à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans.

On se souvient vaguement de l’affaire qui fit longuement la « une » des médias. On se souvient de la polémique, des éclats de voix et des manifestations. Mais se souvient-on de Laetitia ? Avec ce livre Ivan Jablonka lui redonne vie.

Le récit est captivant. L’auteur a rencontré les parties civiles, témoins, enquêteurs, magistrats, personnels socio-éducatifs, enseignants ou amis de Lætitia. Il a remis ses pas dans ceux de Laetitia depuis sa plus jeune enfance jusqu’aux lieux du drame.

Lætitia vivait dans une famille d’accueil où elle avait été placée avec sa sœur jumelle, Jessica. Enfant, elle avait été confrontée à la violence masculine au sein de sa famille. En 2011, Jessica, sœur jumelle de Laetitia révèle les viols et attouchements répétés imposés par le père de sa famille d’accueil. Ce dernier, qui s’était souvent exposé devant les caméras des télévisions en accusant les délinquants sexuels, sera condamné lui-même aux assises à huit ans d’emprisonnement en 2014 pour viols ou agressions sexuelles sur cinq jeunes victimes. Sans que l’on sache si Lætitia, qui cherchait à tout prix à quitter le domicile « familial », faisait partie de ses victimes.

Cette histoire est pour le sociologue l’occasion d’évoquer les travers de cette France des années 2010: « l’énorme misère que notre société produit, les inégalités dès l’enfance, l’instrumentalisation de tels drames par le politique, le manque de moyens alloués à la justice comme à la réinsertion, les dangers du tout-carcéral avec une prison école du crime… »

Le livre est aussi un hommage posthume à la jeune femme. L’auteur indique avoir été touché par cette existence et voulu faire pour Lætitia un « tombeau de papier ». Pour qu’on se souvienne d’elle : « Je voulais qu’elle reste dans les mémoires, dans les cœurs. Elle a couru après l’amour des autres toute sa vie, elle aurait été heureuse que l’on s’intéresse à elle. Je voulais lui redonner une existence, à elle qui est devenue un objet public, qui est morte devant 60 millions de Français.

« Ce qui m’intéressait le plus, indique encore Ivan Jablonka, c’était la personnalité de Lætitia. Elle était formidable, il y avait un tel contraste entre son enfance cabossée et son courage. Elle travaillait comme serveuse, elle s’accrochait, elle allait prendre un appartement. J’ai voulu oublier le fait divers pour raconter la vie d’une fille en or… »

Une œuvre d’historien mais aussi une quête de justice et de vérité.

Pourquoi cette histoire nous touche-t-elle à ce point ? Parce qu’elle nous concerne. Sans doute parce qu’à travers ce récit on songe à d’autres Laetitia qui, comme elle, enfants « placés » pour raison de pauvreté de leurs parents notamment, errent de foyer en famille d’accueil à la recherche de leur propre histoire. Tous les enfants enlevés à l’affection de leurs parents par décision de justice n’ont pas heureusement une fin comme celle de Laetitia. Mais beaucoup connaissent à la fois violence institutionnelle et violence intra familiale.

Aussi ce livre n’est-il pas seulement un hommage, mais un effort pour comprendre et questionner nos sociétés: « De Lætitia, on peut dire qu’elle n’a pas eu de chance, à chaque fois qu’elle a bougé le petit doigt elle a pris une gifle de la vie. Qu’elle a croisé les mauvaises personnes. On peut aussi dire : processus de destruction souterrain, successions de loupés, chronique d’une mort annoncée ( …) c’est ainsi que l’échec de la démocratie se transforme en une tragédie grecque. Quand les solidarités sont impuissantes à venir en aide aux offensés aux humiliés, ceux-ci tombent dans une solitude où le plus sauvage assassine le plus fragile. »

Retenons cette interrogation d’Ivan Jablonka en forme de conclusion mais aussi d’envie d’agir : « Comment permettre à des enfants de se tracer un autre chemin que celui de leur héritage maudit ? »

1 « Laetitia ou la fin des hommes » Ivan Jablonka, 383 pages, Ed. du Seuil. Prix littéraire du journal « Le Monde », prix Médicis 2016.

Quand des combattants de la misère refusent de s’exiler

Saint Jean Lhérissaint

Haïti

Le travail de détection pour l’implantation en milieu rural d’ATD Quart Monde en Haïti continue lentement mais sûrement. C’est cette activité qui m’a porté à visiter la commune des Gonaïves – Département de l’Artibonite – la semaine dernière. Bien que chef-lieu de Département et d’Arrondissement, j’ai découvert qu’au-delà d’une ville active, il y a la vie nocturne où les blessés de la vie, de tout âge et en provenance de plusieurs communes, viennent à la recherche d’un mieux être. Il y a dans cette commune des coins bien misérables, comme la section Bassin. La terre y est aride et poussiéreuse. Quelques maisons précaires se trouvent non loin de la route, dans une chaleur suffocante, faute d’arbres. Les chauffeurs de taxi moto et leurs passagers font tout pour se protéger de la poussière. Seuls des bayarondes mal nourris (épineux qui servent à la fabrication du charbon de bois) et des cactus poussent là.

Nous rencontrons un homme et deux femmes, assis à côté de leurs sacs de charbon, en train d’espérer un véhicule de transport pour aller vendre leurs produits aux Gonaïves. Ils nous expliquent : « là où nous vivons, c’est comme l’enfer, mais nous sommes nés là, nous devons y rester, nous ne pouvons pas abandonner nos racines. Partir d’ici, ce n’est pas la solution, car nous allons arriver ailleurs avec nos problèmes. » Ces habitants de la zone disent qu’ils gagnent leur vie grâce à la fabrication du charbon de bois et font tout ce qu’ils peuvent pour assurer un avenir à leurs enfants. Aller à l’école est cependant l’un des plus grands sacrifices consentis par les enfants quand on tient compte de la distance à parcourir et du nombre de pentes raides à grimper. Pas d’arbres, pas d’eau, pas de fruits, pas de légumes, il faut se déplacer loin pour se procurer la moindre chose.

Trouver de l’eau potable est un véritable problème pour les habitants de cet endroit. Ils doivent faire au moins une heure de route pour monter à Trou Melon et trouver de l’eau de source. Une eau salée, en plus. Mais ils n’ont pas le choix s’ils ne veulent pas mourir de soif. Je remarque une autre activité pour les jeunes et moins jeunes de la zone: embarquer les camions avec des pierres et de sable destinés à la construction. On voit plusieurs camions qui font le même exercice dans des endroits plus ou moins dangereux à cause des falaises.

Les habitants de Bassin sont de vrais combattants contre la misère quand, malgré les difficultés quotidiennes, ils refusent d’être des acteurs de l’exode rural. J’espère qu’un jour leur bravoure sera récompensée par de l’État central qui mettra en œuvre une vraie politique de décentralisation.

Le choix ? Quel choix ?

stopauvrete-ok

Pascal Percq

France

Une phrase entendue l’autre jour dans un transport en commun m’a fait réfléchir. Une personne disait à sa voisine : « Je ne suis pas d’accord avec toi : on a toujours le choix ! » Ce jugement péremptoire commentait l’aspect d’une famille avec deux enfants qui venait de descendre du bus, dont l’attitude et les habits disaient combien ils étaient en situation de grande pauvreté. Je ne sais de quoi il était plus précisément question, sinon qu’il semblait à cette personne inadmissible de ne pas mieux habiller ces enfants, mais cette phrase à l’emporte-pièce m’a fait sursauter.

« On a toujours le choix » : rien n’est plus faux que cette affirmation simpliste.

«Être dans la misère, c’est ne pas pouvoir être libre, devoir toujours demander, toujours compter» témoignait naguère Christian, militant Quart monde à Lille. Et donc ne pas avoir la possibilité de choisir.

Ceci recoupait d’autres réflexions entendues peu de temps avant lors d’une Université populaire quart monde, sur la possibilité ou non de pouvoir habiter là on l’on voudrait.

Le choix ? Quel choix ? Christine, en colère, confiait : «moi je n’ai pas choisi: on m’a donné un logement pourri mais c’était ça ou rien. J’étais à la rue avec ma gamine : alors je l’ai pris, mais maintenant on me refuse ma mutation. »

La faculté de choisir pour soi-même, pour ses proches, pour sa vie, n’est donc pas la même pour tous : serait-elle conditionnée par sa situation sociale ?

Choisir encore : en ce début d’année 2017, année électorale en France, on nous assène jour après jour … que des choix que nous ferons lors des scrutins dépendra l’avenir du pays : le paradis ou l’apocalypse, rien moins !

Loin de ce tintamarre électoral, coïncidence, le hasard de la lecture du dernier livre de l’écrivain suédois Henning Mankell « Sable mouvant fragments de ma vie » (Ed. du Seuil, sept. 2015) , ouvrage écrit peu de temps avant sa disparition, apporte un éclairage complémentaire.

Cet auteur qui a beaucoup bourlingué dans sa vie, fait le constat: « Avoir la possibilité de choisir est un grand privilège. Pour la très grande majorité des habitants de la planète, la vie est fondamentalement une affaire de survie, dans des conditions dramatiques. Au cours des millénaires, très rares sont ceux qui ont pu se consacrer à autre chose que la survie. La moitié au moins de l’humanité, de nos jours, vit encore sans aucune possibilité de choix. »

Il poursuit: « Ceux qui vivent dans les marges extrêmes d’une société n’ont aucun choix. Se coucher dans la rue pour mourir n’est pas un choix. Se laisser mourir de faim n’est pas un choix. Nous avons aujourd’hui tous les moyens nécessaires pour éradiquer la misère absolue et hisser l’ensemble des êtres humains vivants au-dessus du seuil de malnutrition. Nous choisissons de ne pas le faire. C’est un choix que je ne peux considérer autrement que comme un acte criminel. Mais il n’existe pas de tribunal habilité à poursuivre à l’échelle globale, les criminels responsables du fait que la faim et la misère ne sont pas combattues à l’aide de toutes les ressources disponibles. Et qui nous entraînent tous à être complices et à avoir notre part de responsabilité dans ce choix.»

Il faut se souvenir de cette grave accusation de Mankell lors des prochains choix… électoraux. Et en cette année où ATD Quart Monde lance une mobilisation citoyenne mondiale, nous sommes tous invités à réaffirmer, tout comme Mankell, que la misère n’est pas une fatalité, en allant signer à partir du 12 février 2017 l’appel à l’action sur le site : www.stoppauvrete.org

 

Anna a eu un enfant

ladybirdladybird

Image tirée de l’extraordinaire film de Ken Loach Ladybird ladybird (1994). J’ai vu ce film à Madrid en 94, six ans avant d’aller vivre et travailler à Londres. J’avais pensé, à ce moment-là, que le film était exagéré, sans doute pour servir l’intention du cinéaste. J’ai su plus tard que la réalité pouvait être encore plus dure.

Traduit du blog Cuaderno de viaje, Anna ha dado a luz, par Brigitte Le Roy
Article de Beatriz Monje Barón, Londres/ México

La presse espagnole relatait récemment avec force détails l’histoire d’une famille pré-adoptive qui avait été contrainte de remettre à sa mère biologique l’enfant dont elle avait la garde. Il semble que les personnels de protection de l’enfance et les juges impliqués aient considéré, quatre ans après la naissance et le retrait immédiat de l’enfant, que sa mère réunissait suffisamment de conditions pour lui offrir une éducation en toute sécurité matérielle et affective. Au-delà de ce cas concret, la nouvelle a mis en lumière non seulement l’incompétence institutionnelle dont ont été victimes cette mère biologique, cet enfant et cette famille pré-adoptive, mais aussi et surtout la violence institutionnelle que subissent les personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale.

Au fil des jours, nous avons été témoins, à travers la télévision, la presse et les réseaux sociaux, de la souffrance, sans doute naturelle et terrifiante, de la famille pré-adoptive ; nous avons vu à plusieurs reprises leurs visages plein de douleur, et avons été témoins de la compassion née chez tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, s’identifient à ce couple. Certes il est difficile d’imaginer pire chose que la douleur que peut provoquer une telle séparation. Mais il y a quelque chose de pire encore, bien pire, c’est justement la douleur dont souffrent, au nom de la protection de l’enfance, des milliers de pères et de mères en situation de pauvreté en Europe, des milliers d’enfants aussi : la douleur d’une séparation brutale, presque toujours définitive et qui repose trop souvent sur les préjugés des services de protection de l’enfance et leur incapacité à comprendre les circonstances d’éducation qui sont celles des familles en situation de pauvreté.

Tout au long de mes huit années de travail à Londres au sein d’ATD Quart Monde, nous avons conçu de nombreux projets pour lutter contre cette violence qui semblait inévitable au Royaume Uni, à savoir que la majorité des enfants de pères et mères jeunes en situation de pauvreté que nous connaissions étaient retirés de la garde de leurs parents et placés en adoption contre leur volonté. Avec ces pères et mères, nous avons imaginé des solutions pour développer leurs savoir-faire en matière d’éducation, malgré les circonstances adverses de pauvreté, des manières de rendre visible leurs initiatives pour assurer le bien-être de leurs enfants, des chemins de résistance contre la violence institutionnelle, des outils de langage pour se défendre face aux tribunaux, des stratégies de protection… Cependant, malgré tous nos efforts, j’ai souvent vu de mes propres yeux et avec quelle douleur, le visage totalement décomposé des mères qui voient partir leurs enfants, souvent des nouveaux nés, ou celui des enfants séparés de leurs parents.

Ces visages criants de douleur et impuissants – que seuls pourraient décrire les larmes et la rage qui me reviennent en cet instant précis – ne sont jamais apparus dans les médias, n’ont jamais été l’objet de compassion ni d’empathie, n’ont jamais suscité de la part des médias ou des citoyens des réactions pointant l’incompétence et la violence institutionnelle. De même qu’on nous montre aujourd’hui la douleur de la famille pré-adoptive, nous n’avons pas vu il y a quatre ans le visage de douleur de la mère biologique de cet enfant retiré et placé en adoption en Espagne. Cela fait froid dans le dos de réaliser à quel point la souffrance des pauvres est ignorée.

Il serait juste à présent de témoigner de tout ce que j’ai vu durant ces années-là, mais je n’en ai pas la force – et je me console en pensant que nous l’avons fait tout au long de ces années (voir article de la Revue Quart Monde n°209), comme continue à le faire encore aujourd’hui l’équipe d’ATD Quart Monde de Londres. Il y a cependant le souvenir d’une nuit qui ne cesse de m’émouvoir depuis l’instant où j’ai lu cette nouvelle qui m’a poussée à écrire. Anna avait 22 ans et avait été elle-même retirée à sa mère et élevée dans une institution. Sa première fille, Maria, lui avait déjà été retirée par les services sociaux des années auparavant. Pourtant, Anna désirait tellement élever un enfant. Les services sociaux qui avaient enlevé Anna à sa mère pour la sauver, n’ont pas considéré, au moment de cette première grossesse, qu’elle avait le potentiel d’être une bonne mère, ils ne lui ont même pas donné une chance. Anna s’est trouvée à nouveau enceinte, et moi, peu de temps après, de ma première fille. Très vite, Anna a demandé aux services sociaux ce qu’elle devait faire pour garder avec elle son bébé quand il viendrait au monde, mais tout le mécanisme s’est mis en marche et la décision de retrait et de mise en adoption fut prise comme dans tous les cas, avant même la naissance du bébé.

Chaque jour qui passait pour Anna était un jour de plus qui la rapprochait de l’accouchement, un jour plus près de la fin, pas du commencement. C’était très difficile pour moi de rester près d’elle, j’ai eu souvent envie de l’abandonner à sa douleur pour être toute à ma joie de la future naissance, du commencement. Anna avait dépassé le terme mais le bébé ne naissait pas. Tout semblait d’une sagesse naturelle au–delà de notre entendement. Presque quinze jours plus tard, en fin d’après-midi, la mère d’Anna m’appela pour me dire que c’était une petite fille et qu’Anna me demandait de lui rendre visite le soir même, le seul où elles seraient toutes les deux ensemble. Bien sûr, mon cœur résistait à en passer par là. J’arrivai à l’Hôpital à la nuit tombée, avec mon appareil photos, un cadeau pour la petite Sarah et des fleurs pour Anna. Je suis restée avec elle quelques heures et j’ai pris beaucoup de photos, énormément de photos. A l’invitation d’Anna, j’ai pris aussi Sarah quelques minutes dans mes bras et sur mon ventre de mère enceinte. Chaque seconde que je la tenais dans mes bras, j’avais l’impression de lui voler quelque chose, mais c’est Anna qui me l’avait demandé. Elle voulut aussi me prendre en photo avec Sarah.

Je ne suis pas sûre que ce soit à ce moment précis, ou bien de retour chez moi, ou quelques jours plus tard, que je compris qu’Anna avait voulu que je sois là, ce soir-là à l’hôpital, pour être témoin, pour graver dans nos mémoires que tout cela était bien arrivé : elle avait mis au monde un enfant, elle avait été mère, elle avait donné un prénom à sa fille : Sarah. Le lendemain, Anna sortit de l’hôpital sans sa fille, mise sous la protection des services sociaux dès le matin même. Je ne me souviens en rien de ce que nous nous sommes dit, Anna et moi, la première fois que nous nous sommes revues ensuite, mais je n’oublierai jamais son visage de souffrance et de honte.

Au cours des années qui suivirent, autour de ma fille Lucia, Anna me demanda souvent de parler de cette nuit avec Sarah dont j’avais été témoin, de parler de cette nuit pour qu’on ne puisse oublier ni la naissance, ni la maternité, ni la douleur.

C’est pour cela même que j’écris aujourd’hui, contre la douleur des pauvres qu’on ignore, et pour notre humanité partagée.

 

Pauvreté, extrême pauvreté, de qui parlons-nous ?

khaliphaathie-senegalpuit

« L’homme de la misère est comme une pierre ». Il est lourd, ses problèmes sont lourds. Mais, aussi, au fond du puits, l’eau. L’homme de la misère est source d’humanité.

Le texte suivant éclaire les questions de pauvreté et d’extrême pauvreté. Il est le fruit d’un travail collectif réalisé au Sénégal en 2010, croisant l’expérience et la connaissance de personnes engagées avec ATD Quart Monde, de chercheurs et d’universitaires.

Pèlerinage au fond du puits (1)

Ici, dans nos quartiers inondés, reculés, qui ont mauvaise réputation, tout le monde est pauvre. Tout le monde souffre du manque, de la frustration de ne pas savoir, de ne pas pouvoir, de ne pas avoir à un moment déterminé.

Les pauvres, pourrions-nous dire, sont ceux qui sont venus des campagnes, pour fuir le manque de possibilités, pour trouver une occupation rémunérée correctement et stable dans le temps.

Les pauvres sont ceux qui marchent des kilomètres chaque jour en quête de cette occupation, de cette dépense nécessaire.

Les pauvres sont ceux qui habitent des quartiers et maisons délabrés, où l’entourage est sale, qui sont poussés à déménager, qui habitent des zones où les gens ne veulent pas rester. Les pauvres sont ceux qui difficilement peuvent envoyer leurs enfants à l’école parce qu’ils n’ont pas été enregistrés à la naissance, parce qu’ils ont cumulé les difficultés pour les inscrire.

Le pauvre est quelqu’un de très digne. Ici, au Sénégal, c’est la fierté d’être qui se sent dans les quartiers. Même devant les problèmes on ne peut pas savoir que telle personne a tel souci. Chaque jour on se demande où les gens puisent une telle force.

Le pauvre est quelqu’un qui se bat chaque jour pour dépasser ce manque, pour prouver que quand même il est comme les autres et qu’il peut arriver à vivre normalement. Chez le pauvre sa vie reste cohérente même s’il vit des situations de déséquilibre. Pour le pauvre une vie meilleure n’est pas un rêve, mais une tâche quotidienne. Petit à petit l’effort donne ses fruits.

Parfois les conditions de vie deviennent extrêmes. Parce que la pauvreté a trop duré, trop duré, trop duré, et que l’homme est poussé à l’isolement. Dans la misère, d’abord ce ne sont même pas les autres qui t’isolent, c’est toi même qui t’isoles.

Même si la souffrance et le combat sont les mêmes que dans la pauvreté, dans la misère on ne voit pas les fruits. Par contre ce sont les problèmes qui augmentent toutes les jours, tous les jours. Et on n’arrive pas à les résoudre : un enfant qui tombe malade, et après les ordonnances, et demain ta femme. Ça ne finit pas.

En réalité un homme ou une femme qui a faim est toujours en colère, mais les gens ne comprennent pas. Ensuite, ils risquent de l’abandonner. On les abandonne parce qu’à un moment donné ils vivent des choses inexplicables.

Dans le milieu pauvre on essaye quand même d’éduquer les enfants, et on essaye qu’ils ne partent pas chez les autres au moment du repas pour que ceux-ci ne pensent pas qu’il n’y a pas à manger chez eux. Mais on verra cette famille de la misère dont les enfants chaque jour vont faire l’aumône du repas au vu et su de tout le monde. Ils ne se cachent plus pour quémander.

Ici, en milieu populaire, on reste discret, on ne montre pas sa souffrance aux autres. Mais chez la famille dont la pauvreté est chronique, toute la maison crie le désespoir. Dans la baraque il n’y a pas assez de place : on fera sa vie dehors à la vue de tout le monde. Dans la maison inondée, il n’y a même pas de toilettes fonctionnelles ; l’odeur de l’eau trop sale, on ne peut pas la cacher. C’est le délabrement extrême : Le toit d’à peine un mètre, les chambres à moitié inondées, les ordures partout… L’homme de la misère ne peut pas voiler sa détresse. Il change presque chaque année de maison. Tout le monde voit les excès de sa vie.

Au Sénégal, quand tu es pauvre quand même rester avec les enfants c’est la joie de chaque jour. Mais l’homme et la femme touchés par la misère sont obligés de confier leurs enfants ailleurs, en dehors de Dakar, au village. Parfois, ils n’arrivent même plus à garder des relations qui les honorent. Comme cette femme qui n’arrive pas à retourner au village depuis des années, même pas à y envoyer quoi que ce soit. « Je cherche »…dira-t-elle.

Pour l’homme de la misère, les autres se méfient de lui, n’ont pas confiance, ne le connaissent pas. Voici cet homme qui part tôt le matin et qui revient tard le soir, et qui n’est jamais au courant de rien, qui n’arrive même pas à savoir ce qui se passe autour de lui et voit à peine ses enfants grandir. Dans la misère, d’abord ce ne sont même pas les autres qui t’isolent, c’est toi même qui t’isoles.

La misère est une maladie qui prend tout le corps, qui paralyse. C’est comme un homme qui est malade et qui arrive à marcher de temps en temps. Un jour, il est paralysé, parce que c’est la fin. Se battre tout le temps et à la fin, on n’arrive plus à se battre comme ça. Il n’y a plus d’espoir et la misère est en train de « s’encâbler » dans sa tête, faire une couronne dans sa tête et il ne bouge plus.

Tout le temps il a en tête comment faire pour s’en sortir, comment faire pour s’en sortir, face à cette situation qui augmente tout les jours.

Les pauvres deviennent de trop, leur vie dérange, leurs gestes restent incompréhensibles.

La misère est œuvre de l’homme et c’est l’homme qui peut en devenir le remède (2). La misère n’est pas une fatalité (3).

Mais pour devenir remède, l’homme doit avoir la volonté de ne pas abandonner.

Patience et humanité. Pour apprendre de cet homme et de ses gestes. Pour apprendre à poser ensemble des actes de réconciliation.

C’est l’exercice exigeant de l’accueil, la teranga (hospitalité), de cet homme qui devient de trop.

1 Moustapha Diop, militant du Mouvement ATD Quart Monde au Sénégal dira « l’homme de la misère est comme une pierre ». Il est lourd, ses problèmes sont lourds. Mais, aussi, au fond du puits, l’eau. L’homme de la misère est source d’humanité.
2 Proverbe wolof, l’homme est le remède de l’homme. Nit nit ay garabam

3 Joseph Wresinski fondateur du Mouvement ATD Quart Monde.

Rencontre

homeless-photo fastcodesign

photo web @fastcodesign.com

Laurent Marais

USA

Laurent Marais est un ami d’ATD Quart Monde, qui réside aux USA. Il raconte ici une rencontre dans le métro new-yorkais, le 17 Octobre dernier…

« Comment allez-vous ? Question banale, question de politesse, question n’appelant pas de réponse, question de convenance, question du cœur ?

Un homme était sur un banc du métro et je me suis assis à 2 mètres de lui.

Oui 2 mètres de sécurité car il faut dire qu’il n’avait pas l’air d’avoir toute sa tête.

Plongé dans mon indifférence je regardais ailleurs. Et puis mon voisin non désiré s’est mis à parler, à me parler. Le métro n’allait pas tarder, j’ai ignoré sa harangue mais il a poursuivi.

Et là j’ai eu honte. Un homme te parle et tu lui tournes le dos ?

Je me suis levé et me suis assis à côté de lui en oubliant quelques instants la distance de sécurité.

Comment allez-vous ? fut ma question.

Il m’a souri et son sourire m’a mis à nu.

Comment je vais ? J’ai 69 ans, je suis malade et je suis homeless (1), je pense que tu vas mieux que moi. Tu aurais dû plutôt me demander qu’est-ce que je fais ?

Le métro allait arriver, il m’a parlé vite de sa vie dans la rue, de pourquoi il ne dormait jamais dans les shelters (2), trop dangereux, trop de violence, trop de folie. Le métro ouvrait ses portes. So what ?

Je lui ai donné 5 dollars qu’il ne m’avait pas demandé en bafouillant que c’était le seul truc que je pouvais faire pour lui.

Je lui serre la main et il me répond : « Rappelle-toi de mon sourire. »

Oui il y avait autre chose que je pouvais faire pour lui. »

(1) sans domicile fixe

(2) centres d’hébergement collectif