L’attitude qui peut changer la vie

Lors-du-d¬barquement-de-la-pirogue-amenant-les-fretins-sur-les-c¦tes-du-lac

photo habarirdc.net

Saleh Kazige

Bukavu, République Démocratique du Congo

Emmanuel vit avec Wivine et Pasi, ses deux sœurs, Elie, son frère, et leur mère, dans un quartier nommé Kalengera. C’est un quartier situé au bord du lac Kivu, réputé pour son énorme quantité de gaz méthane. Il contient aussi beaucoup de poissons. Enfants, nous nagions au large…

Mon ami Emmanuel y travaille depuis qu’il a 12 ans. Il faisait partie des enfants qui ne dorment pas la nuit parce qu’ils travaillent avec les pêcheurs. Leur rôle consiste à retirer les fretins restants des mailles du filet pour recevoir une somme d’argent ou une quantité de fretins à revendre. Aujourd’hui encore, en 2017, il fait ce même travail.

Au mois de mai, lors des préparatifs de la célébration de la Journée internationale de l’enfant africain, notre groupe de la Dynamique jeunesse d’ATD Quart Monde a décidé de visiter ces enfants et jeunes qui travaillent au lac.

Anne, une animatrice du groupe Tapori, et moi-même, avons rencontré Emmanuel pour préparer ensemble un échange avec les enfants. Nous avons noté tout ce qu’il disait. A la fin, il nous a demandé pourquoi on écrivait et on lui a répondu que ce qu’il disait était important. Il nous a expliqué comment il est méprisé par d’autres jeunes. « C’est malheureux quand tu te réveilles le matin et tu vois d’autres jeunes aller à l’école alors que toi, tu te poses encore la question : que dois-je faire pour trouver de quoi nourrir ma famille ? Si je ne travaille pas dur, ma famille peut mourir de faim. Je n’ai pas le temps de sortir comme d’autres jeunes. Si les jeunes m’approchent comme vous, alors ils peuvent comprendre le prix de ce que je sacrifie pour que ma famille vive. » J’ai été touché par ses mots qui m’ont fait changer le regard sur les jeunes qui font ce travail.

J’ai réfléchi à cela et j’ai compris que tous les jeunes n’ont pas les mêmes chances. Certains commencent « en haut de la montagne », dans une bonne famille, ils sont acceptés dans la société et vivent dans un monde qui facilite l’épanouissement, l’ouverture ; d’autres naissent « dans la vallée », leur famille connaît la pauvreté, ils font l’expérience du rejet et doivent se battre au prix de leur sueur pour s’en sortir. Mais nous avons tous reçu quelque chose : l’intelligence et la valeur humaine qui constituent la dignité de chacun. Chacun a besoin d’être accepté, de trouver sa place pour se faire valoir.

Emmanuel n’a pas beaucoup d’amis. Beaucoup de jeunes de mon âge supposent que le travail qu’il fait est réservé à ceux dont les parents m’ont pas les moyens de les envoyer à l’école. D’autres disent qu’ils ne peuvent pas approcher un jeune qui a parfois l’odeur des poissons. Cela le met toujours dans la peur d’aller vers les autres. Pourtant mon expérience dans notre groupe de jeunes montre qu’on est véritablement homme quand on peut écouter les autres et être écouté. Quand on peut respecter les autres et être respecté. Quand on a le courage d’affronter le plus difficile pour gagner sa vie et aider sa famille.

J’ai fait l’effort d’aller le voir souvent avec d’autres amis de mon groupe et Emmanuel a trouvé que certains jeunes accordent de la valeur au travail qu’il fait et à son courage. Cela le rend fier. Aujourd’hui il étale sa marchandise et circule quand il le faut dans tout le quartier pour trouver des clients.

Les pauvres n’attendent pas beaucoup de nous. Notre présence leur suffit pour relever la tête et devenir acteur. Un simple geste de dédain, de mépris peut anéantir une personne. Notre attitude, notre comportement de jeunes peut changer toute une vie. Cela commence par considérer chaque personne et le respecter.

Emmanuel m’a appris cela.

Publicités

Poussez-vous les morts

DSCN3190

Par Saint Jean Lhérissaint,

Haïti

Haïti se trouve sur le passage des Ouragans qui, chaque année, prennent naissance sur l’Océan Atlantique. D’où la saison cyclonique sur l’île s’étend chaque année du 1er juin au 30 novembre. C’est dans ce contexte d’ouverture de la dite saison cette année que je visite la commune de Port à Piment, dans le département du Sud.

La situation générale de ce département est dominée par les ravages qu’avait fait Matthew, puissant ouragan qui a frappé Haïti les 2, 3, 4 et 5 Octobre 2016. La visite de ce département exige prudence et discrétion à cause de la situation de grande nécessité dans laquelle se trouve la majeure partie de la population. Toute personne inconnue attire l’attention. On découvre une situation vraiment spéciale à Port à Piment, plus que dans les autres communes touchées. C’est l’une des communes qui est loin de se relever après cet ouragan qui a tout ravagé sur son chemin : maisons, arbres, plantations.

Situés dans l’arrondissement de Chardonnières, les sinistrés de Port à Piment sont dans une situation extrêmement alarmante. Toutes les maisons sur les hauteurs qui n’avaient pas de toit en béton ont perdu leur structure. Toutes celles qui se trouvaient dans la partie basse, à côté de la mer, ont disparues. Désespérée, la population a construit de petites maisons en tôles usagées, vieux bois, bâches et haillons, dans le cimetière de la ville, à côté de la route nationale. On n’imaginait pas que cela pouvait se faire pour deux raisons : d’abord, de coutume, les Haïtiens ont peur des morts, des « zombis ». Ensuite, on respecte beaucoup la mémoire de nos défunts, on ne saurait aller troubler leur repos. Incroyable mais vrai, les gens habitent carrément dans le cimetière. Ils y mangent, reposent et font tout. Les enfants, il y en a en grand nombre qui jouent autour des caveaux. Le mur de certaines tombes sert à adosser les baraques. Tout près de moi, une jeune fille indique au téléphone son adresse à quelqu’un : « j’habite au cimetière ».

Le cimetière devient donc une nouvelle adresse pour des vivants qui attendent des autorités un vrai programme de relèvement prenant en compte leur dignité et leur droit à la participation au dit programme dès sa genèse. Car plus d’un dans la population, surtout les plus faibles qui n’ont pas d’amis parmi les décideurs, se plaignent du fait qu’ils sont mis de côté dans plusieurs programmes qui visaient à apporter une solution aux problèmes auxquels ils font face. La nouvelle saison cyclonique commence, les séquelles de l’ancienne sont encore visibles et les victimes risquent d’être à nouveau les mêmes, parce qu’elles restent vulnérables au plus haut degré.

 

 

J’ai faim

elda-blog

Elda García, Guatemala

C’est l’une des heures les plus fréquentées, l’heure de pointe. Le train et le métro sont bondés.

Le va-et-vient de la foule crée à cet endroit-là un flux incessant. C’est le métro de Paris, et ses couloirs accueillent des milliers et des milliers de personnes toute la journée.

Une routine spécifique me permet de faire le trajet presque à la même heure deux fois par semaine. Je prends le temps d’observer des détails qui peut-être pour d’autres passent inaperçus. Je suis une des rares personnes à marcher sans me presser.

Dans un coin, plusieurs musiciens offrent à nos oreilles les jolies notes d’une mélodie. C’est agréable de les écouter au milieu de toute cette pression que met une ville comme celle-ci.

En descendant les escaliers, il est encore là, juste au milieu. A la même heure et au même endroit. Sa présence se perd parmi les pas de la foule et les notes de la mélodie qui s’entend à présent de loin. C’est un homme relativement jeune. A genoux. D’une main il tient un écriteau sur lequel je peux lire : « J’ai faim ». Son autre main reste tendue, attendant que quelqu’un lui donne quelque chose. Étant tout près de lui, j’essaie de croiser son regard, mais le sien est loin, perdu. Chaque fois que je le vois, presque toujours les mêmes questions m’assaillent : Qui est-il ? D’où vient-il ? Quel âge a-t-il ? Combien de temps passe-t-il à genoux ? Jusqu’à quelle heure attend-il ? Ces pensées défilent aussi vite que mes pas. Je le laisse derrière moi. Nombreux sont ceux qui, tout comme moi, passent leur chemin, sans s’arrêter.

De l’autre côté, presque en sortant dans la rue, un autre homme attire mon regard. La main tendue, il vient vers moi. Comme eux, tout au long du trajet, que ce soit dans une grande rue, avec des touristes, ou dans une rue plus petite, d’autres nous atteignent par leur regard ou leur voix. Ce sont tous des compagnons de la survie, des regards froids qui les transpercent ou des murmures de quelques uns, gênés par leur présence. Leur diversité me surprend. Des femmes, des hommes et des jeunes, de tous âges, sont là, dans les rues de cette fameuse ville. Ce n’est pas facile d’imaginer cette réalité.

Il y a quelque chose que je commence à comprendre : la misère, à cet autre bout du monde, n’est pas la même que celle que je connais. Ce n’est pas seulement une misère matérielle. On peut le remarquer à leur présentation : vêtements propres et en bon état. Si ce n’est pas ça la misère, alors, qu’est-ce que c’est ?

Cette pancarte dans sa main m’interpelle et m’interroge.

Que veux-tu réellement ? Parce que la faim physique s’apaise avec un peu de nourriture…

Article traduit du blog cuadernodeviaje

 

Comment parler de développement quand il laisse des gens de côté ?

 

 

 

 

 

Denis Gendre,

Antananarivo, Madagascar

En septembre 2015, alors que les Nations Unies se regroupaient à New York pour adopter les Objectifs de Développement Durable, était inauguré à Tananarive, en face de chez nous, la rénovation du lavoir du quartier. Il était fermé depuis 4 mois : 2 pour la réalisation des travaux et 2 dans l’attente de l’inauguration officielle. Pendant ce temps, les femmes du quartier avaient dû trouver une solution de repli pour laver leur linge.

Quand les travaux avaient débuté, je n’avais pas compris pourquoi faire de ce lavoir une priorité alors qu’il y a tant d’autres d’urgences demandées par la population : la réfection des systèmes d’assainissement et du réseau routier, le curage de tous les canaux pour éviter les inondations dont sont victimes chaque année les habitants des bas quartiers de la ville, le traitement des ordures qui s’accumulent à de nombreux carrefours ou la résorption des embouteillages qui sont devenus un fléau permanent.

Auparavant, le lavoir était une véritable ruche qui rassemblait les femmes du quartier depuis la levée du jour jusqu’à la tombée de la nuit. Il constituait le cœur du quartier, là où les nouvelles se partagent et se diffusent. Le matin, nous étions réveillés de bonne heure par leurs conversations et ceci, 7 jours sur 7. Cette ambiance me rappelait avec une certaine nostalgie, ce que j’avais connu enfant quand j’accompagnais ma grand-mère au lavoir de son village, charriant le linge sur sa brouette.

Depuis sa rénovation, le lavoir est clos en dehors d’horaires très précis et les deux grands bassins ont laissé la place à quelques bacs individuels (une douzaine tout au plus) qui suffisent aujourd’hui car ce lieu ne connaît plus la même fréquentation. Un panneau indique le nom de l’association grâce à laquelle cet aménagement a été rendu possible. Perçoit-on cette œuvre comme source de développement et de progrès, mais pour qui ? Se demande-t-on pourquoi moins de personnes viennent désormais et comment font les autres femmes pour laver leur linge ? A-t-on pris conscience de tous les changements que cela provoque ?

Une voisine que je connais bien s’acharne à faire vivre sa famille en lavant le linge des autres ou en leur portant l’eau par deux bidons de 10 litres. Elle fait partie des personnes qui ne vont plus au lavoir maintenant. J’ai appris qu’elle avait dû cesser de laver le linge pour d’autres personnes car, depuis la rénovation du lavoir, elle ne pouvait plus rentrer dans ses frais. Auparavant, les gens payaient une entrée forfaitaire d’un montant de 500 Ariary pour accéder au bassin et maintenant, ils payent chaque bidon d’eau consommé 150 Ariary. Cela revient beaucoup plus cher au final, or le prix payé par le client est calculé en fonction du nombre de pièces à laver, sans prendre en compte le coût de l’eau.

Par ailleurs, j’ai questionné l’épicière où je me rends chaque jour. Elle m’a expliqué que les femmes qui ne se rendent plus au lavoir préfèrent laver chez elles en achetant l’eau à la pompe où le bidon coûte trois fois moins cher qu’au lavoir. En l’absence de systèmes opérationnels pour évacuer les eaux usées, j’imagine l’eau stagnante s’accumuler dans de nombreuses cours. D’autres vont chercher l’eau dans les rizières ou y lavent leur linge sur place. Or tout le monde sait que les rizières de Tananarive constituent le réceptacle des égouts et de nombreuses déjections, pas seulement animales.

Le non-accès au lavoir de ces femmes a généré une dégradation de l’hygiène et sans doute un accroissement des risques sanitaires. On en prendra peut-être conscience d’ici quelque temps et peut-être même d’ici peu, maintenant que la saison des pluies est arrivée. En quoi l’amélioration de ce lavoir offre-t-elle réellement un progrès ?

 

Katrina,10 ans après

 Comme un éléphant invisible qui crie dans le silence…

Manifestation un an après l'ouragan Katrina :

Manifestation un an après l’ouragan Katrina : « des maisons, des écoles, du travail – pas des prisons »

Maria Victoire

NEW ORLEANS, LOUISIANA

Comment peut-on parler de développement durable après une catastrophe naturelle ou humaine quand une population est laissée à l’écart de tout développement ? Comment peut-on parler du réchauffement climatique sans prendre en compte les familles les plus pauvres qui seront encore une fois les premières touchées par les catastrophes et ne pourront pas rebâtir leurs vies après ?

Voici quelques réflexions tirées de mon expérience de volontaire d’ATD Quart Monde habitant à la Nouvelle Orléans au moment de la catastrophe de l’ouragan Katrina et impliquée du mieux que j’ai pu pendant des années et des années dans tous les efforts du Mouvement ATD Quart Monde pour soutenir toutes les familles en situation de pauvreté que nous avons connues, pour les relier entre elles et avec d’autres.

Le 29 Août 2015 les médias feront la UNE sur la reconstruction de la Nouvelle Orléans dévastée par l’ouragan il y a dix ans de cela. Bien que la ville s’est remise de cette catastrophe, il ne faut pas ignorer l’ «éléphant invisible » qui se cache derrière le développement durable de la Nouvelle Orléans. 

Lorsque le monde a pleuré avec les plus pauvres laissés derrière pendant l’inondation, il a vite oublié la vie de ces familles. Où sont-elles ? Que sont-elles devenues ?

Comme dans tous les lieux de misère à travers le monde, les plus pauvres habitent dans des taudis à la périphérie de la ville, sur des terrains glissants où tout est inaccessible : l’école, le travail, les hôpitaux etc… Tout est loin ; tout est lourd à porter. Ils habitent des lieux où règne l’insécurité. Pourtant c’est là qu’ils ont construit leur vie, qu’ils ont tissé des relations entre voisins, bâti des solidarités. La ville n’a vu que la culture de la violence qui régnait dans ces quartiers et en a profité après l’ouragan Katrina pour démanteler tous ces lieux de misère, les privant ainsi de leur culture de survie. Les plus pauvres en paient le prix lourd.

Une catastrophe naturelle comme l’ouragan Katrina a été l’occasion pour l’Etat de mettre en œuvre leur plan machiavélique en poussant davantage les personnes pauvres hors de la Nouvelle-Orléans ? Comme un sénateur disait, « Ce que nous n’avons pas été capables de faire (démolir les appartements), Dieu l’a fait pour nous.»

Ils voulaient se débarrasser des «Welfare Queens » (les reines de l’assistance sociale). Ces mères qui survivent dans ces quartiers insalubres étaient-elles une menace pour toute la ville ?
Au nom du développement durable et de la « gentrification », HANO (organisme pour les logements sociaux) a saisi l’opportunité de démolir 5000 logements sociaux qui ont été remplacés par 3000 logements de revenu mixte, laissant ainsi les personnes les plus pauvres sans relogement. Ils savaient bien que les nouvelles lois, les loyers élevés, les restrictions et toutes les normes nécessaires pour être admis à vivre dans ces nouveaux appartements empêchaient d’emblée les plus pauvres de revenir dans leur quartier.

Actuellement, ils sont agglomérés et errent dans des lieux de misère à la Nouvelle Orléans Est. Ils se retrouvent impuissants à réclamer leur dû.

Malgré la pression des organisations non-gouvernementales qui luttent pour une justice sociale et équitable, les autorités dans leur manière de penser font la sourde oreille. Ils ignorent « l’éléphant invisible » qui crie en silence à l’accaparement de leurs lieux de misère, de leurs écoles publiques, de leur centre de santé. Nous pouvons faire une longue liste de tout ce qui a été enlevé aux familles les plus pauvres.

Pour le dixième anniversaire de l’ouragan Katrina, les projecteurs se tourneront encore une fois vers la Nouvelle-Orléans tandis que le Maire fera l’éloge de la reconstruction de la ville, nous écouterons ce qu’en disent les familles vivant dans la pauvreté comme Eula Collins : « Au fait rien n’a changé pour moi sinon que l’évacuation était une bonne chose pour mes deux derniers enfants ; ils ont pu avoir une bonne éducation en étant au Texas, ils sont maintenant au lycée. Depuis mon retour à la Nouvelle Orléans j’ai changé de maison en maison, habitant avec d’autres tout comme je suis sans-abris. Ce n’est pas une vie. » Elles réveilleront l’éléphant invisible qui crie en silence.

Certains disent encore, « l’ouragan Katrina a été un désastre dans nos vies ; aujourd’hui encore il reste un désastre. Une catastrophe destructrice de nos vies. »

Pauvres honteux : une expression de la dignité humaine

relief.medair.org

« Nous pouvons être pauvres, mais ce n’est pas une raison pour nous coller l’étiquette sur le dos »  relief.medair.org             crédit photo : jpg

Saint Jean Lhérissaint

Haïti

Qu’on soit pauvre ou riche, on a une valeur à préserver : c’est la dignité. C’est justement la préservation de cette valeur qui crée l’expression « pauvres honteux » à Trou du Nord (Nord Est d’Haïti).

Le premier week-end de mai 2015, je suis parti à Trou du Nord pour la première fois dans le but de participer à la célébration des 310 ans de la Paroisse Saint Jean-Baptiste et découvrir la potentialité de cette zone. C’est ainsi que je découvre l’expression « pauvres honteux » lors d’un dialogue avec le curé. Partout sur la terre, il y a des gens qui gagnent leur vie à partir de rien, qui comptent sur la solidarité des autres pour vivre au jour le jour. Ils n’ont pas à manger, ils ont à peine où passer la nuit ou parfois pas du tout. À Trou du Nord, c’est pareil puisque c’est un petit coin de terre.

Comme plein de pauvres sans abri montaient leur tente devant l’Eglise, la paroisse a pris la résolution de construire une maison pour loger et nourrir ces êtres humains dans la dignité. « Kay pòv » (la maison des pauvres), c’est le nom de cette maison d’accueil et de prise en charge des démunis. Là ils dorment, reçoivent vêtements et nourriture. Les jours passent, le nom « Kay pòv » devient inadapté parce que ça ne respecte pas trop la dignité des gens. « Nous pouvons être pauvres, mais ce n’est pas une raison pour nous coller l’étiquette sur le dos », murmurent les habitants de la maison. L’Église comprend vite la nécessité de changer le nom de ce lieu. Il passe de « Maison des pauvres » à « Foyer solidarité ». Dans cet espace, il y a des personnes qui s’occupent des pauvres, le curé les visite souvent, dialogue avec eux, dit la messe.

Malgré tout il y a des pauvres qui n’ont rien mais qui refusent d’aller habiter la maison. Le curé raconte qu’un homme connu comme l’un des plus pauvres du quartier s’est rendu au presbytère pour lui demander un peu de nourriture. « Va habiter le foyer de solidarité ; tu trouveras à manger chaque jour pour toi et ta famille », lui répond le prêtre. L’homme secoue la tête en lui disant : « je ne peux pas habiter cette maison, c’est trop humiliant quand tout le monde sait que tu es pauvre. Une fois que tu habites la maison, on sait déjà que tu es pauvre. Moi je suis un pauvre honteux, si tu veux m’aider, je viendrai au presbytère chaque semaine chercher ce que tu veux m’offrir discrètement ». Le curé accepte sans hésiter la proposition. Pour le moment il y a tout un groupe de pauvres qui empruntent le même chemin que ce monsieur et qui reçoivent depuis le presbytère le soutien de la paroisse sans habiter le foyer de solidarité.

Personne n’est exclu de l’humanité

livre réalisé avec des personnes vivant à la rue, au Guatemala

livre réalisé avec des personnes vivant à la rue, au Guatemala

Romain Fossey,

France

La chance m’a été donnée de participer à une aventure : la rencontre avec des personnes qui vivent et/ou travaillent dans la rue autour de la décharge municipale de la ville de Guatemala. Un livre, disponible en espagnol, reprend les contributions de personnes qui ont pu se découvrir et marcher ensemble. Je souhaite ici partager des extraits du texte de Carolina Escobar Sarti – sociologue et analyste social- qui présente cette œuvre collective et nous invite, aussi, à découvrir la réalité du Guatemala :

« Je pense que tout le monde a le droit à une opportunité. C’est-à-dire qu’indépendamment de sa condition sociale, des problèmes vécus, des circonstances par lesquels il est passé, chacun a le droit de pouvoir profiter d’un changement positif » nous dit Mynor Garcia, de 35 ans. Orphelin depuis ses 9 ans, il se souvient comment ses parents ont disparu durant la guerre civile au Guatemala. Depuis lors, un long chemin de vie à la rue marqué par l’exil, le déracinement, les drogues et la faim l’aura accompagné.
Mynor, comme beaucoup d’hommes et de femmes, a dû vivre dans le Guatemala de l’exclusion. Celui de la misère, de la faim et de l’abandon. Celui de la décharge de la capitale, ou des quartiers pauvres périphériques. Le Guatemala rural dans lequel n’arrive aux villages ni l’électricité, ni l’éducation, ni l’eau, ni la santé. Celui de ces 2 millions d’émigrés guatémaltèques qui sont partis chercher dans d’autres pays ce que celui-ci n’a pas su leur donner. Celui des 60 000 jeunes filles et adolescentes qui, chaque année, se retrouvent enceintes suite à un viol perpétué par un membre de leur entourage proche. C’est le Guatemala dans lequel la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition sévère ; où les emplois ne sont pas suffisants pour une population majoritairement composée de jeunes qui viennent ainsi grossir les rangs du chômage, des gangs ou de l’armée. C’est le Guatemala qui nous indigne, nous fait souffrir, nous épuise.
 Le Guatemala que nous découvrons à travers ce livre est celui de l’exclusion et de l’érosion social extrême. C’est le lieu de ceux que nous appelons et traitons comme des citoyens de quatrième catégorie. Le lieu de toutes les détresses.
Mais ce livre ne traite pas seulement de ségrégation sociale, de personnes à la marge de la société discriminées pour leurs conditions de vie. Il parle effectivement de cela mais aussi il met en lumière la dignité et l’espérance. Il parle de mains qui se tendent, de vies qui s’ouvrent à d’autres vies. C’est vrai que les gens qui habitent ce livre, vivant ou ayant vécu à la rue et dans des contions inhumaines, ne jouissent pas pleinement de leur droit de citoyen mais paradoxalement ils ont beaucoup de choses à nous dire sur ce qui est vrai, sur la force de l’esprit humain et, surtout, l’amour. Comme me l’a dit un ami, l’amour ne peut pas tout mais sans amour rien n’a de sens.
« Ces personnes conservent une humanité absolue profondément enracinée dans leur for intérieur et protégée : la découvrir est une chance, un cadeau, une source d’espérance (…) Nous avons réussi à nous connecter à cette humanité », raconte Álvaro. D’autres parlent de ce livre comme d’une construction collective « où chaque contribution est un espoir pour demain. C’est une mémoire mais aussi un projet pour l’avenir ». C’est pourquoi je souhaite parler de dignité. Parce que la dignité n’est pas un mot mais une attitude face à la vie.
Quand j’écoute toutes les voix de ce livre réunies comme un chant collectif, je comprends mieux ce qu’est la dignité. Quand deux amis vivent à la rue et se protègent l’un l’autre, c’est de la dignité. Quand un être humain est entendu parce qu’un autre l’écoute, c’est de la dignité. Quand c’est de l’affection qui est donnée et non uniquement une paire de chaussure, c’est de la dignité. Quand une femme en état de dénutrition partage son repas avec l’homme qu’elle aime, c’est de la dignité. Quand on vit au milieu des ordures et qu’il reste l’envie de vivre, c’est de la dignité.
C’est grâce à cette dignité que nous appartenons tous au même monde ou, comme le dit Paul : « personne n’est exclu de l’humanité. »

Cristobal et Silvia, amie peintre

Cristobal et Silvia, amie peintre