Les enfants de Buterere

Mis en avant

buterere

Par Saleh Kazige ABASI,

Bujumbura, Burundi

Buterere est l’un des quartiers les plus défavorisés de Bujumbura, la capitale commerciale du Burundi. Il est situé près du lac Tanganyika, proche de l’aéroport international du Burundi. Il s’agit d’une zone qui a connu des récurrentes catastrophes d’origine naturelle, notamment d’énormes inondations.
On y trouve les stations d’épuration où sont orientés tous les canaux et sont déversées toutes les eaux usées de la ville, ainsi que les dépotoirs de déchets liquides et solides collectés sur toute l’étendue de Bujumbura.

Cette décharge est visitée, chaque jour, par des milliers d’enfants, qui y vont pour faire le tri des déchets en espérant trouver des outils encore utilisables, des habits à porter, des restes d’aliments,… Les conditions de vie dans lesquelles vivent ces enfants et leurs familles, les obligent parfois à se rendre aux dépotoirs des déchets, même si le risque qu’ils encourent peut avoir des graves conséquences sur leur santé et voire même leur coûter la vie.

« Ma mère vend des fruits. C’est souvent des bananes et des avocats qu’elle étale sur la route. Parfois, elle rentre à la maison sans avoir vendu. Moi et mes frères, sommes obligés de chercher aussi pour que notre famille survive » me témoigne un enfant de moins de 14 ans lors de ma visite à Buterere. Il m’avait fait savoir que son souhait était de retourner au banc de l’école et vivre dans des conditions favorables à son épanouissement. « J’aime étudier, mais chez moi on n’a pas assez d’argent. Au lieu de passer toute la journée à la maison, je préfère venir ici pour trouver d’autres enfants et jouer avec eux… » dit-il. J’ai connu cet enfant lors d’une visite aux dépotoirs de Buterere, où il y avait beaucoup d’autres enfants en train de fouiller dans les déchets. Il n’était pas facile pour lui de se confier à moi lors des premiers jours de notre rencontre. C’est seulement après plusieurs semaines qu’on est devenu plus proches.

Après plusieurs jours de visite à Buterere, j’ai découvert que le désir le plus profond de ces enfants était que leur vie et celle de leurs familles changent. Généralement, les gens écoutent les enfants d’une oreille distraite et sans accorder beaucoup d’importance à ce qu’ils ont à nous dire. Pourtant, les enfants, et surtout ceux qui vivent dans la pauvreté la plus extrême, ont beaucoup des choses à nous apprendre. Ils portent au plus profond d’eux un message fort que l’on ne peut découvrir que si on s’approche pour les écouter et mettre en valeur leurs pensées. De leur bouche sortent des paroles et des vérités que Joseph Wresinski avait qualifiées de « trésor ».

Malgré les avancées que nos pays ont fait dans le domaine de la protection des droits de l’enfant, la situation dans ce coin de périphérie de Bujumbura reste encore préoccupante et nécessite l’intervention de tous. Parents, enseignants, autorités politico-administratives, jeunes, nous sommes tous appelés à agir en nous assurant que tous les enfants, sans laisser personne de côté, vivent dignement et que leurs droits, même les plus élémentaires, soient respectés.

Publicités

Rencontre autour du livre « Ravine l’Espérance »

Mis en avant

soirée ravine l'espérance bruxelles2

Par Claude Mormont,

Bruxelles, Belgique

Le samedi 23 mars, au centre culturel Senghor à Etterbeek à Bruxelles, 120 personnes sont venues pour la présentation du livre Ravine l’Espérance. Parmi elles, de nombreuses personnes de la diaspora haïtienne de Belgique et même des Pays-Bas, des militants d’ATD en Belgique, des volontaires et alliés du Mouvement étaient présents à la rencontre. Des amis d’Haïti engagés dans plusieurs actions et rassemblés du côté francophone dans la plate-forme Haïti Belgique et du côté flamand dans le Vlaams Haïti Overleg, ainsi que des membres de l’association Le Pivot qui rassemble des familles vivant dans la pauvreté et même le chargé d’affaire d’Haïti à Bruxelles avec sa famille ont pris part à la soirée.

Après un salut de la présidente de la Plate-Forme Haïti Belgique (dont ATD Quart Monde est désormais membre), a été présentée l’action d’ATD Quart Monde en Haïti, notamment le projet de protection sociale pour garantir un accès à la santé aux familles vulnérables, puis la lecture de trois passages du livre par Marlène Dorcena et Jonathan Julien, deux artistes haïtiens.

Après chaque passage, un temps a été réservé à la parole et au dialogue avec les deux auteurs présents,soirée ravine l'espérance bruxelles3 Kysly Joseph et Jean-Michel Defromont. Les échanges étaient denses. De nombreuses personnes se sont exprimées : des Haïtiens, des membres de diverses organisations contre la pauvreté…

 

Marlène et Jonathan ont chanté quatre chansons en créole, juste avant un grand repas haïtien préparé par la Communauté Catholique Haïtienne de Belgique et l’Amicale des Haïtiens de France, accompagné d’un punch offert par l’ambassade.

Un stand de livres sur Haïti, dont Ravine l’Espérance, et un d’artisanat haïtien ont été aménagés.

soirée ravine l'espérance bruxelles

Jean Lavalasse, un militant Haïtien vivant à Bruxelles, a partagé ce que l’ouvrage évoque pour lui : « Ce sont les entrailles du peuple haïtien. Dès que j’ai lu ce livre, (…) je l’ai comparé à un livre extraordinaire d’Haïti qui s’appelle « Gouverneurs de la Rosée » de Jacques Roumains. Mais ce qui est important, c’est que ce livre n’est pas un roman, c’est du vécu. (…) C’est la force. (…) La force, nous en avons toujours. (…) C’est un travail extraordinaire. On peut tomber amoureux de ce livre, il nous fait adorer Haïti. Et on va retrouver le même courage que vous avez ici pour lutter contre la pauvreté. Nous sommes tous ensemble, dans le même combat. »
Depuis, Jean n’arrête pas de mobiliser des amis de la diaspora pour faire connaître le livre.

C’était un moment intense, un temps de fierté autour d’Haïti et du peuple haïtien qui lutte contre la misère. Comme l’a dit Nerline, une des auteures, volontaire haïtienne : « Ce livre veut montrer la vie des gens dans des situations très difficiles, mais aussi leurs efforts. On veut montrer comment on lutte tout le temps. »

Lionel, un autre Haïtien a partagé : « J’ai ouvert ce livre en sortant mes griffes car je me méfiais, mais finalement le livre a évité tous les pièges où je craignais qu’il tombe ».

Joseph Wresinski partageait souvent son amour pour Haïti et son peuple. Ces actions et cette présence auprès de ce peuple est fortement encourageante…

La vie n’est pas facile en Haïti mais cet événement a mis en valeur ce peuple debout malgré la pauvreté qui sévit.

Écrire ce livre a pris sept ans. On ne peut pas en rester là ; d’autres rencontres autour du livre sont prévues aux Pays-Bas, en France, dans d’autres villes belges.

Il reste la préoccupation de l’accessibilité du livre auprès du peuple qui l’a rendu possible. Jean rêvait que le livre arrive dans chaque commune d’Haïti, notamment via des bibliothèques, mais il faudrait un autre moyen pour diffuser ce livre dans les quartiers, dans les bidonvilles, dans les organisations paysannes…
Un audio-livre est d’ailleurs en préparation et devrait paraître d’ici la fin 2019.

Un nouvel ordre mondial

Mis en avant

1 S_6lYQ7OxOE18D6q0NGxvA

Par Nick Edwards

Royaume-Uni

Les nombreuses campagnes menées actuellement, telles que « Me Too » et « Time’s up », s’attaquent aux problèmes des inégalités, des comportements inappropriés, et de l’exploitation des femmes sur leur lieu de travail. Elles succèdent à d’autres campagnes qui ont levé le voile sur des abus de pouvoir de tous types, particulièrement, mais pas exclusivement, de la part des hommes. Ces justes causes arrivent à point nommé.

L’expérience vécue par les femmes riches et célèbres qui ont initié la campagne « Time’s up » est partagée, tous les jours, à une échelle colossale et inimaginable, par tellement de personnes, notamment les membres les plus pauvres et les plus vulnérables de notre société. Cette souffrance qui fait parfois les gros titres, est vite éclipsée par l’événement médiatique suivant. Pourtant, le problème, lui, reste d’actualité.

Ces dix dernières années, tous les projets d’ATD ont été construits en se basant sur le refus du silence qui pèse sur l’extrême pauvreté, vécue comme une violence. Notre volonté est d’aider les personnes à comprendre de quelle façon, de manière institutionnelle et profondément enracinée dans notre société, l’exclusion et l’exploitation piègent les gens et affaiblissent leur dignité humaine. Notre priorité a toujours été de donner une voix à la pauvreté, et de permettre à cette histoire d’être racontée par ceux et celles qui sont les mieux placés pour en parler – c’est-à-dire, les militants et autres personnes qui vivent quotidiennement dans une situation de précarité.

Ce message est peu entendu pour deux raisons : la nature égoïste et matérialiste de notre monde, et la façon dont les gouvernements et les médias manipulent les faits pour les faire coïncider avec leurs propres intérêts et ceux des personnes qui détiennent richesses et pouvoir. Il en a toujours été ainsi, et il peut être facile pour nous de tomber dans la croyance que les choses ne pourront jamais changer.

Ce qui est sûr, c’est qu’en ne faisant rien, cela ne changera jamais ! La bonne nouvelle est que, grâce à nos efforts, ainsi qu’à ceux de tant d’autres qui se sont unis à nous de par le monde, il y a aujourd’hui une bien meilleure compréhension que par le passé de la réalité de l’exploitation et des abus de pouvoir. Cependant cela reste fragile, et soumis à des attaques de toutes sortes de la part de groupes d’intérêt. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin d’un réel changement de culture, afin que les problématiques cruciales soient identifiées, non pas comme une énième campagne mais comme une nécessité pour notre survie et pour le bien-être de notre planète et de tous ses habitants.

Le fondateur d’ATD Quart Monde, Joseph Wresinski, a dit un jour : « Un nouvel ordre mondial, sans pauvreté, verra le jour ». Pour que cette déclaration se réalise et ne soit pas qu’un rêve lointain, nous devons essayer de persuader ceux qui ne nous écoutent pas encore. Nous devons unir nos voix, nos « Me too », pour changer l’obscurité de l’extrême pauvreté en un nouvel ordre mondial où tout le monde aura la chance de donner le meilleur de lui-même.

Nous, rassemblés au sein d’ATD Quart Monde, sommes à l’avant-garde de ce mouvement. Cela fait longtemps que nous sommes présents et nous devons continuer à raconter notre histoire jusqu’à ce que le monde écoute enfin et que personne ne soit plus laissé derrière.

 

« C’est la différence qui est jolie… »

Salif Keita-2

Pascal Percq

France

En venant à cette rencontre j’avais en tête une mélodie entendue un soir sur les bords du Niger, chantée par le Malien Salif Keita « La différence »… Ce jour là, il était question de « différences », de « tolérance » avec des personnes qui pour beaucoup d’entre elles ont vécu l’intolérance du regard de l’autre, le jugement a priori, d’être non considéré, d’avoir été victime d’une stigmatisation liée justement au fait qu’à un moment de leur vie elles ont été considérées comme « différentes ». Dans une société normative –intolérante- qui célèbre les « gagnants » et enfonce ceux qu’elle juge, selon ses critères, des « perdants ».

Cette rencontre, c’était une Université populaire quart monde, lieu de formation mutuelle, de confrontation de paroles et de savoirs de vie, dont le thème était cette fois: « la tolérance ou comment s’enrichir de nos différences ». Un thème « sensible » donc pour tous ceux qui ont l’expérience de … l’intolérance.

« Je me fais moquer depuis que je suis en fauteuil » dit Fred. Catherine : « Mon aînée a été placée on m’a dit « tu ne sais pas t’en occuper ». Ils devraient dire pourquoi ».

Un petit groupe a listé toutes ces différences susceptibles d’engendrer des comportements intolérants. Une liste quasi inépuisable. « Croyances, originalité, religion, ses qualités, être étranger, français. Selon les vécus dès l’école, des enfants qui comprennent vite, d’autres pas tout de suite. Même dans le sport, il y a des différences. On est riche, on est pauvre. On est différent dans l’organisation de sa vie, du sommeil, de l’alimentation. Dans les relations familiales, proches ou lointaines (certains abandonnent leurs parents ou sont abandonnés). Les Rroms (qui n’ont pas de solution) et sont traités comme des malpropres, il n’y a pas de tolérance pour eux. Ceux qui ont une maison, ceux qui n’en ont pas. Selon son statut juridique. Sa couleur de peau, et même de cheveux (malheur aux rouquins dans les cours de récréation !). Différences culturelles : les Français passent des heures à table c’est différent dans d’autres cultures. Différence selon le genre, l’orientation sexuelle, l’âge. Celui qui est handicapé ou bien portant. Dans les comportements avec les autres : il y a ceux qui parlent et ceux qui ont honte de parler… »

Les différences : on pourrait en conclure que chacun est différent y compris pour la seule couleur des yeux. Mais alors ? Le groupe poursuit : « On a tous le même sang, d’une même couleur qui coule. On est tous différents mais égaux. En principe ».

Cette expérience d’avoir été victime de l’intolérance a pu conduire certains à rejeter les autres, à se sentir méprisés, à ne plus avoir confiance en soi. Et puis un jour, il se passe une rencontre. Et tout change. De pouvoir en parler à plusieurs, « ça change la vie ». « Il faut parfois du courage pour se dépasser et oser aller vers l’autre. « J’étais intolérant avec les autres, maintenant je me dis que je n’agirai plus comme je le faisais avant. Parce qu’un jour, notamment dans mon petit groupe, quelqu’un m’a écouté et j’ai compris que cette personne dont je me méfiais, elle gagnait à être mieux connue. Je me suis enrichie à son contact ». « C’est la connaissance qui nous fait dépasser le rejet, d’être confronté à quelqu’un qui n’est pas comme vous ».

Oser faire « le pas de côté ». « Sil n’y a pas de respect, il n’y a pas de tolérance ». Quelqu’un ajoute : « La tolérance ça peut être parfois négatif : on dit je tolère en fait parce qu’on est indifférent ». « Être tolérant ça peut être aussi de la lâcheté : se soumettre et ne rien dire parce que l’autre est plus fort ». « La tolérance ça commence par soi. Si on ne s’aime pas, comment être tolérant avec les autres. »

D’avoir été soi-même victime de l’intolérance, serait-ce donc une expérience… positive ? « Moi je sais ce que c’est que d’être jugée. Alors je ne veux pas juger les autres. Au contraire, je veux leur dire de dépasser ça. »

Pour Fatiha : « La tolérance, c’est le fait d’accepter la personne telle qu’elle est, même si elle réagit et a des goûts différents, car nul n’est parfait, y compris nous tous. Nous sommes tous différents et avons des défauts et des qualités. La tolérance ça s’apprend, ça apaise : tout devient plus cool. Être curieuse de connaître, de savoir et comprendre cette différence de l’autre, c’est aussi apprendre à se protéger, à ne pas se laisser marcher sur les pieds… » Catherine commente: « J’écoute beaucoup de musique. Et même dans une autre langue, je comprends ce que ça veut dire… » Musique…

Au soir de cette rencontre, je réécoute Salif Keita, le chanteur malien et sa chanson « La Différence ». Pour le chanteur : « la différence, c’est justement la richesse de la vie ». Cet Africain, albinos et mal traité pour cela depuis son enfance – jusqu’à ce qu’il devienne une vedette internationale- chante : « Je suis un noir, ma peau est blanche. Et moi j’aime bien ça. C’est la différence qui est jolie. Je voudrais que nous nous entendions dans l’amour. Que nous nous comprenions dans l’amour et dans la paix. La vie sera belle. Yeh, la vie sera belle. »

Planches révélatrices

20170900_COULEURS_CACHEES_ - 114

Répétition du spectacle « Couleurs cachées » © ATD Quart Monde

François Philiponeau

France

Quand des amateurs et des professionnels de théâtre associent leurs talents

Le théâtre est à l’honneur cette année, particulièrement en France et en Suisse, où des centaines de personnes sont mobilisées pour monter sur scène en évoquant des réalités proches de leur vie.

En Suisse, « Couleurs cachées » témoigne de la vie des plus pauvres, avec ses cauchemars et ses espoirs. C’est surtout une formidable aventure humaine, avec les exigences d’une tournée (17 lieux différents).
Les membres d’ATD et leurs amis ont fait les costumes, les décors, ont appris des chants dans les langues de la Confédération (allemand, français, italien, romanche et… anglais).
Surtout, ils ont cohabité merveilleusement avec un metteur en scène (Jean-Marie Curti), des mimes et des musiciens professionnels, se remerciant mutuellement d’être ensemble.

20170900_COULEURS_CACHEES_ - 89

Répétition du spectacle « Couleurs cachées » © ATD Quart Monde

En France, c’est aussi un metteur en scène de métier (Philippe Osmalin), qui a proposé « Un peuple les yeux ouverts ». Contrairement à la Suisse, tout le monde parle français. Des jeunes et moins jeunes de Paris (et banlieue), Dôle, Saint-Etienne, Rennes s’expriment dans la langue de Molière pour évoquer Joseph Wresinski confronté à la misère et l’exclusion ; puis les « infortunés » sous la Révolution Française défendus par Dufourny ; les pauvres des bidonvilles en mai 68 ; les militants des Universités Populaires Quart Monde ; la foule au Trocadéro en 1987 ; et les acteurs du combat d’aujourd’hui.

En Suisse comme en France, tout le monde se réjouit de ce travail d’équipe. Chacun-e apporte sa pierre et prend conscience, physiquement, de sa place dans la réussite collective.
La première victoire est là, pour les participants eux-mêmes.
La seconde est pour le public, qui ouvre les yeux, découvre des couleurs cachées et trouve des forces dans ces belles évocations.

20170900_COULEURS_CACHEES_ - 20

Répétition du spectacle « Couleurs cachées » © ATD Quart Monde

Renseignements, dates et lieux :
Couleurs cachées : www.atd-quartmonde.ch
Un peuple les yeux ouverts : www.atd-quartmonde.fr

La fierté des familles très pauvres… et ses mystères

AF 1501-1

Photo © ATD Quart Monde, République Centrafricaine – mai 2015

René Bagunda Muhindo

République Démocratique du Congo

Étiquetées par la société, les familles très pauvres voient souvent leur fierté et leur honneur méconnus. Le regard de la société qui se limite souvent aux apparences extérieures n’arrive pas à percer le mystère caché dans leurs cœurs, dans leurs yeux, dans leurs gestes. Pourtant ces familles sont fières de ce qu’elles bâtissent, de ce qu’elles possèdent, de ce qu’elles vivent dans leur maison au quotidien.

Il y a un mois, lors d’un rassemblement d’enfants, un parent a rappelé : « c’était une excellente occasion de dire oui, nous bâtissons la fierté au sein de nos familles». Il faisait allusion à la journée de la famille célébrée à Bukavu le 28 mai 2017. De manière libre et égale, les participants ont partagé les expériences sur comment chacun essaie de bâtir la fierté au sein de sa famille malgré les difficultés de la vie.

Pour elles, la fierté de la famille c’est arriver à se parler, se comprendre, être fier de l’effort de chacun pour faire avancer l’ensemble.

Herman Muhamiriza: « Je suis très fier de ma famille car chaque soir nous faisons le point de la journée. Chacun (papa, maman et les enfants) dit aux autres comment il a passé sa journée… A la fin, nous décidons ensemble de comment sera utilisé l’argent gagné. Cette manière de faire permet à chacun de nous de se reconnaître membre à part entière de la famille et ça nous évite des préjugés et des arrière-pensées ».

C’est aussi accepter de porter ensemble le fardeau de la famille en toutes circonstances. Être fier du travail de chacun même quand il n’apporte pas beaucoup.

Papa Emile Habamungu : « Je suis fier de ma famille devant laquelle je me sens responsable, car nous supportons mutuellement les difficultés d’ordre vital devant lesquelles nous faisons face au quotidien. Nous ne nous pointons pas le doigt pour dire par exemple que si on passe la nuit ventre creux, c’est tel ou tel qui en est le responsable. Chacun supporte. Je suis fier de ma femme qui accepte que je me lève très tôt le matin et passe le maximum de mon temps journalier à la borne fontaine paroissiale même si la petite somme gagnée en termes de salaire ne couvre même pas notre besoin en nourriture pour une semaine. »

Louise Mulamba (familles solidaires) : « Aujourd’hui la fierté est une réalité dans ma famille. Avant je me battais dans la vie, mais pas avec beaucoup de précision et de détermination comme c’est le cas actuellement…Avant j’avais du mal à m’exprimer devant les gens, aujourd’hui je partage mes idées avec d’autres personnes. Je trouve des personnes qui viennent me demander mon point de vue pour l’une ou l’autre question qui surgit au sein de la famille ou de la communauté. Le fait d’asseoir un dialogue permanent entre mes enfants et moi en nous fixant les yeux dans les yeux, ça nous a tous permis d’avancer et de grandir petit à petit ensemble dans notre manière commune d’aborder, de comprendre et de gérer différentes questions, défis, espoirs et décisions vécus au niveau familial et de cimenter la fierté qui loge dans nos cœurs. Je suis fière de cela.»

Ces témoignages m’ont rappelé une image d’il y a 27 ans, quand j’avais encore six ans. Un enfant passait dans mon quartier avec des habits déchirés. Des passants se sont moqués de ses parents mais il s’en moquait. Une semaine après je lui ai demandé s’il n’était pas dérangé et il m’avait répondu : « Maman m’a dit qu’on doit être fier de ce qu’on reçoit de ses parents ».

Herman, Louise et Émile m’ont fait comprendre ce secret des familles pauvres. Chacun porte en lui le secret de la fierté de sa famille. Chacun sait mieux que quiconque ce qu’il y a de plus difficile dans sa vie et ce qui fait qu’il en soit fier malgré tout. Et aujourd’hui quand j’y repense je me dis : dans ces culottes déchirées des enfants que je rencontre dans mon quartier, il y a la sueur de leurs parents qui ont travaillé durant toute la journée pendant des jours pour les acheter. La fierté des familles en situation d’extrême pauvreté a ses mystères et ses secrets. Il faut du courage, de la sagesse, de la persévérance et de la patience pour arriver à les percer.

In memoriam « Laetitia »

Laetitia

Pascal Percq

France

Il y a des livres qui, une fois lu et reposé, ne vous lâchent plus. C’est le cas de celui-ci : « Laetitia, ou la fin des hommes » d’Ivan Jablonka (1).

Ce livre n’est ni un roman, ni un essai, ni une enquête policière ou journalistique mais tout cela à la fois. Son auteur, Ivan Jablonka est chercheur, professeur, sociologue et historien. C’est à la fois un récit, une biographie mais aussi un portrait sans complaisance de notre société, de notre époque. C’était un « fait divers » comme on dit d’un fait presque banal, voire normal, qui émeut un instant à la lecture du journal ou à l’annonce d’un titre et puis s’estompe de nos esprits, chassé par les aléas de la vie de tous les jours. Avec ce livre, le fait devient miroir de ces injustices flagrantes dont sont victimes tant d’enfants et de personnes.

Laetitia a 18 ans quand elle est violée, assassinée près de Pornic (Loire-Atlantique) en janvier 2011. Un meurtre atroce. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Un fait divers hors norme par la gravité du crime. Mais ce meurtre devint une affaire d’État quand on identifia son auteur comme étant un récidiviste libéré de prison quelques mois plus tôt et que le président de la République d’alors, Nicolas Sarkozy, s’en empara pour en faire un objet de communication pour critiquer le « laxisme » des magistrats. Des propos qui entraînèrent la première grande grève de la magistrature : 8000 juges dans la rue. En 2015, le meurtrier a été condamné à nouveau en appel à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans.

On se souvient vaguement de l’affaire qui fit longuement la « une » des médias. On se souvient de la polémique, des éclats de voix et des manifestations. Mais se souvient-on de Laetitia ? Avec ce livre Ivan Jablonka lui redonne vie.

Le récit est captivant. L’auteur a rencontré les parties civiles, témoins, enquêteurs, magistrats, personnels socio-éducatifs, enseignants ou amis de Lætitia. Il a remis ses pas dans ceux de Laetitia depuis sa plus jeune enfance jusqu’aux lieux du drame.

Lætitia vivait dans une famille d’accueil où elle avait été placée avec sa sœur jumelle, Jessica. Enfant, elle avait été confrontée à la violence masculine au sein de sa famille. En 2011, Jessica, sœur jumelle de Laetitia révèle les viols et attouchements répétés imposés par le père de sa famille d’accueil. Ce dernier, qui s’était souvent exposé devant les caméras des télévisions en accusant les délinquants sexuels, sera condamné lui-même aux assises à huit ans d’emprisonnement en 2014 pour viols ou agressions sexuelles sur cinq jeunes victimes. Sans que l’on sache si Lætitia, qui cherchait à tout prix à quitter le domicile « familial », faisait partie de ses victimes.

Cette histoire est pour le sociologue l’occasion d’évoquer les travers de cette France des années 2010: « l’énorme misère que notre société produit, les inégalités dès l’enfance, l’instrumentalisation de tels drames par le politique, le manque de moyens alloués à la justice comme à la réinsertion, les dangers du tout-carcéral avec une prison école du crime… »

Le livre est aussi un hommage posthume à la jeune femme. L’auteur indique avoir été touché par cette existence et voulu faire pour Lætitia un « tombeau de papier ». Pour qu’on se souvienne d’elle : « Je voulais qu’elle reste dans les mémoires, dans les cœurs. Elle a couru après l’amour des autres toute sa vie, elle aurait été heureuse que l’on s’intéresse à elle. Je voulais lui redonner une existence, à elle qui est devenue un objet public, qui est morte devant 60 millions de Français.

« Ce qui m’intéressait le plus, indique encore Ivan Jablonka, c’était la personnalité de Lætitia. Elle était formidable, il y avait un tel contraste entre son enfance cabossée et son courage. Elle travaillait comme serveuse, elle s’accrochait, elle allait prendre un appartement. J’ai voulu oublier le fait divers pour raconter la vie d’une fille en or… »

Une œuvre d’historien mais aussi une quête de justice et de vérité.

Pourquoi cette histoire nous touche-t-elle à ce point ? Parce qu’elle nous concerne. Sans doute parce qu’à travers ce récit on songe à d’autres Laetitia qui, comme elle, enfants « placés » pour raison de pauvreté de leurs parents notamment, errent de foyer en famille d’accueil à la recherche de leur propre histoire. Tous les enfants enlevés à l’affection de leurs parents par décision de justice n’ont pas heureusement une fin comme celle de Laetitia. Mais beaucoup connaissent à la fois violence institutionnelle et violence intra familiale.

Aussi ce livre n’est-il pas seulement un hommage, mais un effort pour comprendre et questionner nos sociétés: « De Lætitia, on peut dire qu’elle n’a pas eu de chance, à chaque fois qu’elle a bougé le petit doigt elle a pris une gifle de la vie. Qu’elle a croisé les mauvaises personnes. On peut aussi dire : processus de destruction souterrain, successions de loupés, chronique d’une mort annoncée ( …) c’est ainsi que l’échec de la démocratie se transforme en une tragédie grecque. Quand les solidarités sont impuissantes à venir en aide aux offensés aux humiliés, ceux-ci tombent dans une solitude où le plus sauvage assassine le plus fragile. »

Retenons cette interrogation d’Ivan Jablonka en forme de conclusion mais aussi d’envie d’agir : « Comment permettre à des enfants de se tracer un autre chemin que celui de leur héritage maudit ? »

1 « Laetitia ou la fin des hommes » Ivan Jablonka, 383 pages, Ed. du Seuil. Prix littéraire du journal « Le Monde », prix Médicis 2016.