Voir avec son corps

DSCN3668

Saint Jean Lhérissaint

Haïti

Vivre en dignité est la plus grande nécessité de tout être humain. Qu’on ait toutes ses capacités ou non, se donner une occupation pour trouver de quoi vivre est essentiel. Ici, à Jean Rabel, en Haïti, Dérilus en est un bon exemple. Depuis l’installation de la nouvelle petite équipe d’ATD Quart Monde Haïti dans cette commune très pauvre, Dérilus attire notre attention au point que nous décidons un jour d’aller lui parler.

Dérilus est aveugle de naissance. Il vit au centre ville de Jean Rabel, mais est originaire de Barbe Pagnole, lieu où nous animons une bibliothèque de rue chaque vendredi. Sa femme est aveugle aussi, ensemble ils ont une fille. Cet homme aveugle est courageux et nourrit dignement sa petite famille grâce à la peine qu’il se donne. Chaque jour, on le voit sous sa petite tente située sur la grande rue en train de taper avec son marteau. Mais son travail est beaucoup plus large que ça et demande encore plus d’habileté. Il exige aussi une force physique adéquate.

À l’aide d’une brouette qu’il conduit depuis chez lui jusqu’à la rivière à environ un kilomètre, il ramasse des pierres et va les déposer sous sa tente – Sachant que pour faire ce travail, il doit traverser des rues en faisant attention aux vélos, motocyclettes, voitures, piétons, canaux, ravins. –  Après avoir transporté assez de pierres, il se met à les casser à coups de marteau pour en faire du gravier qu’il vend à ceux qui construisent leur maison. « Avec ce travail, je gagne assez pour vivre. Ce qui est intéressant aussi, c’est que je ne travaille qu’avec moi-même. Le seul problème qu’il y a, c’est que parfois je n’arrive pas à trouver facilement des clients », lâche Dérilus qui confirme que le travail qu’il fait n’est pas simple.

À côté de cette activité génératrice de revenus, Dérilus travaille aussi bénévolement pour sa communauté et son église. C’est bien lui qui frappe du tambour à l’église catholique du bourg, au moins chaque dimanche. C’est d’ailleurs là que nous l’avons vu pour la première fois. « Je n’hésite jamais à participer aux activités communautaires visant à embellir mon quartier », ajoute Dérilus. Il fait toutes ces choses, et bien d’autres, comme s’il voyait avec son corps. Il est un symbole de courage qui nous apprend qu’on peut vivre en dignité même si on n’est pas à 100% de ses capacités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s