NE PAS ÊTRE ABANDONNÉ

 erfurt-2365375_960_720

Annette Rodenberg

Allemagne

Je connais peu de choses de l’histoire de Harry Denke : Je sais qu’il est né le 14.11.1953 dans un petit village de Thuringe, dans le district de Sömmerda, et qu’il a été élevé par sa grand-mère. Je sais qu’il était devenu serveur dans l’Allgäu, et que dans cette profession il servait souvent des gens très aisés. Et puis, il s’est retrouvé handicapé à cause d’une erreur médicale: sa main droite paralysée, à la suite d’une intervention chirurgicale. Il a résisté dignement à la misère jusqu’à ses dernières forces. Sa résistance est-elle estimée à sa juste valeur ? Son courage est-il assez reconnu ?

Harry Denke était un battant. Il ne se résignait pas à être traité d’une manière minable et injuste. Il n’a pas abandonné. Encore et encore, il a exprimé ses espoirs, ses souhaits et ses objectifs : Des vacances à la mer Baltique. Un nouveau poumon. Ou au moins un appareil à oxygène portable. Une place dans une maison de retraite à Naila… Juste pouvoir vivre ! Pouvoir sortir, pour être parmi les gens. Conserver si possible sa capacité de vivre de manière autonome.

Tous ne se souviendront pas de lui comme cette femme de l’administration funéraire, qui avait eu affaire à lui alors qu’elle travaillait à la caisse de pension. Quand je me suis mise d’accord avec elle sur la date des funérailles, elle m’a dit:  » Je me souviens bien de lui, je le connaissais… C’était un homme gentil. » Il a gardé cette qualité d’amabilité jusqu’à la fin ; j’ai eu moi aussi la chance de la connaître. Certaines des choses que j’ai entendues de la part de Harry Denke, j’aimerais les graver dans la pierre, afin que tout le monde puisse savoir comment la pauvreté peut détruire une personne… et comment cette personne n’a de cesse d’y résister – tant que le corps tient le coup.

Un proverbe dit:  » Si quelqu’un ment une fois, tu ne le croiras plus, même s’il dit la vérité. » Ou serait-ce le contraire?! Quiconque ne te croit pas, même si tu ne mens pas, sape la véracité – Une fois suffit.

Je ne croyais pas chaque mot de Harry Denke. Mais je croyais en lui. J’ai placé en lui ma confiance, sûre d’avoir quelque chose à apprendre de lui. Cela m’a personnellement aidé à traverser des moments de doute, surtout au début du projet f. i. t. (et du livre que nous avons écrit) « Sichtbar, aber auchnichtstumm » (Visible, mais non plus silencieux) à Naila. Harry Denkea joué un rôle important pour ce projet, même s’il n’a assisté qu’à une seule rencontre. Il a expressément approuvé à plusieurs reprises des textes dans lesquels je parlais de lui sans le nommer. Même si dans l’urgence de sa misère, il n’a pas pu attendre que des paroles aient de l’effet.

Dans l’un de ces textes – et dans une conversation entre lui et moi –fut évoqué l’espoir que la poète Hilde Domin exprime ainsi :« … Ne pas abandonner. Ni soi-même ni les autres. Et ne pas être abandonné. C’est l’espérance minimale, sans laquelle il ne vaut pas la peine d’être Homme. »[1]

 [1]Ou bien : „utopie minimum“ –Hilde DOMIN « Humanität bei Lebzeiten – eine Utopie? » Römerberg-Rede 1978, in: dies., Aber die Hoffnung, écrits autobiographiques et sur l’Allemagne © Munich 1982, Fischer Tb. No 12202, p. 175

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s