J’ai faim

elda-blog

Elda García, Guatemala

C’est l’une des heures les plus fréquentées, l’heure de pointe. Le train et le métro sont bondés.

Le va-et-vient de la foule crée à cet endroit-là un flux incessant. C’est le métro de Paris, et ses couloirs accueillent des milliers et des milliers de personnes toute la journée.

Une routine spécifique me permet de faire le trajet presque à la même heure deux fois par semaine. Je prends le temps d’observer des détails qui peut-être pour d’autres passent inaperçus. Je suis une des rares personnes à marcher sans me presser.

Dans un coin, plusieurs musiciens offrent à nos oreilles les jolies notes d’une mélodie. C’est agréable de les écouter au milieu de toute cette pression que met une ville comme celle-ci.

En descendant les escaliers, il est encore là, juste au milieu. A la même heure et au même endroit. Sa présence se perd parmi les pas de la foule et les notes de la mélodie qui s’entend à présent de loin. C’est un homme relativement jeune. A genoux. D’une main il tient un écriteau sur lequel je peux lire : « J’ai faim ». Son autre main reste tendue, attendant que quelqu’un lui donne quelque chose. Étant tout près de lui, j’essaie de croiser son regard, mais le sien est loin, perdu. Chaque fois que je le vois, presque toujours les mêmes questions m’assaillent : Qui est-il ? D’où vient-il ? Quel âge a-t-il ? Combien de temps passe-t-il à genoux ? Jusqu’à quelle heure attend-il ? Ces pensées défilent aussi vite que mes pas. Je le laisse derrière moi. Nombreux sont ceux qui, tout comme moi, passent leur chemin, sans s’arrêter.

De l’autre côté, presque en sortant dans la rue, un autre homme attire mon regard. La main tendue, il vient vers moi. Comme eux, tout au long du trajet, que ce soit dans une grande rue, avec des touristes, ou dans une rue plus petite, d’autres nous atteignent par leur regard ou leur voix. Ce sont tous des compagnons de la survie, des regards froids qui les transpercent ou des murmures de quelques uns, gênés par leur présence. Leur diversité me surprend. Des femmes, des hommes et des jeunes, de tous âges, sont là, dans les rues de cette fameuse ville. Ce n’est pas facile d’imaginer cette réalité.

Il y a quelque chose que je commence à comprendre : la misère, à cet autre bout du monde, n’est pas la même que celle que je connais. Ce n’est pas seulement une misère matérielle. On peut le remarquer à leur présentation : vêtements propres et en bon état. Si ce n’est pas ça la misère, alors, qu’est-ce que c’est ?

Cette pancarte dans sa main m’interpelle et m’interroge.

Que veux-tu réellement ? Parce que la faim physique s’apaise avec un peu de nourriture…

Article traduit du blog cuadernodeviaje

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s