Tour du monde

 

 

 

 

 

 

 

Atelier Slam de Chalon-sur-Saône,

France

Au crayon à papier ou à bille,  avec une plume, un pinceau, un feutre ou une craie-pastel, des jeunes et des adultes de l’« atelier Matisse » et de l’« atelier Slam » de Châlon-sur-Saône (France) s’expriment, scandent, crient ou murmurent ce qu’ils ont dans leur coeur, en mots ou en couleurs… « Tour du monde » est tiré de leur recueil de slams illustrés, publié par ATD Quart Monde en décembre 2015 sous le nom « Ensemble et chacun son crayon, une parole, un dessin pour dire… ». Il parle simplement de la solidarité au quotidien, des petits gestes invisibles que posent les habitants d’un quartier défavorisé…

Je descends de ma tour infernale
J’oublie ces prises de tête en spirale
Allant de détour en détour
Je vais tour à tour
De tour en tour.
Et au détour de mon parcours :
Avec ATD Quart Monde
Je rencontre les peuples du monde

Si ton voyage à toi se passe avec Sélectour
Le mien est bien plus sélect, il vaut le détour
Il va de tour en tour
Les peuples sont réunis et accueillis, c’est du lourd.

Je te parle tour à tour
D’Anita, seule avec son fils
la peur lui sert de nourriture
Dans la cage d’escalier, au bas de l’immeuble
Elle ne croise que des insultes,
Sous ses pieds le terrain est meuble
Accompagner son fils à l’école c’est le parcours du combattant

Tepereck, handicapé se débrouillant seul
Il soigne son propre père, malade, âgé
Assure les tâches ménagères
Courage et volonté
Toujours motivé il ne se plaint jamais

Thaï de dispute en dispute pour des bagatelles
Thaï pourquoi se prendre la tête
On vit la même maladie,
Elle nous ronge de l’intérieur
Pourtant, on peut se comprendre
Se pardonner mutuellement

Asia, rejetée par son pays a subi des atrocité
Elle est venue demander le droit d’asile
Démunie, sans papier, sans travail, sans logement,
Ta vie n’est que souffrance,
Elle est loin de toute romance

Estéban ne sait ni lire ni écrire
C’est sa fille de 10 ans qui lui vient en aide !
Administration, information, réclamation
Sa vie risque de tourner en rond

Margarita, portugaise 58 ans,
Sans famille, sans papier, sans travail
Sans toit, sans repère, sans rien
Juste un ordre de quitter le territoire français

Abdou et Mariana sans appartement
Ils dorment à l’hôtel
Ils attendent les clefs du bonheur.
Sans vouloir faire une bonne action
Je les ai hébergés
C’est juste ma mission
8 décembre, illuminations !
Je croise Olga
Ce soir-là elle a voulu se sortir
Mais se sortir de quoi ?
Seule, veuve, gravement malade
De ça elle veut s’en sortir.
Le lendemain…coup de fil !
Elle me dit : « fini les idées noires »
C’est ça son illumination

La solidarité est annoncée pour Noël
Malika ne verra pas ses filles.
A force de la croiser,
De jour en jour
De semaine en semaine
De mois en mois
Je la rencontre
Je lui parle,
La porte s’ouvre
Elle rentre chez moi
Chocolat et petits gâteaux se partagent
Pour elle, c’est Noël avant l’heure

Au coin de la rue, une main se tend, elle mendie,
Elle s’appelle Pédro, Fatima, Alaïs, Noura ou…
Elle n’attend qu’une main tendue
Au creux de cette main mendiante
Je ne trouve que ses larmes
Et je dépose un morceau de pain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s