La vigilance s’impose

Huguette Redegeld

France

« La proposition n’émane pas de moi » précise un homme politique français lors d’un interview récent sur la question de l’incarcération. Cette proposition dont il faudrait, selon lui, s’inspirer, vient de Grande Bretagne. Il s’agirait de faire payer aux détenus une partie des frais occasionnés par leur détention, comme cela se pratique déjà aux Pays-Bas. « On demande à chaque citoyen de contribuer à ses frais d’hospitalisation. Pourquoi ne pas appliquer cette pratique aux prisons ? »

Un autre exemple à suivre serait celui des pays où le taux de chômage a chuté. Au seul regard des chiffres, on pourrait s’en réjouir. La réalité est autre. En Allemagne, par exemple, pour survivre des « travailleurs pauvres » sont contraints à plusieurs emplois aux horaires arbitraires et éloignés les uns des autres. Intitulé « Au Royaume-Uni, la faim s’installe », un article publié dans un hebdomadaire jette un doute sur les « bons » résultats de la lutte contre le chômage. Rachel Loopstra, chercheur à Oxford, constate que « le nombre de ceux qui ont droit aux allocations se réduit. C’est la politique des sanctions. Le nombre de gens en situation d’absolue pauvreté est en hausse, ainsi que ceux aux revenus très bas. »

Au Royaume-Uni, la faim s'installe, le nombre de ceux qui ont droit aux allocations se réduit. Crédit photo : AFP

Au Royaume-Uni, la faim s’installe, le nombre de ceux qui ont droit aux allocations se réduit. Crédit photo : AFP

Mon objectif n’est pas de singulariser un pays européen plus qu’un autre. Tous sont sensiblement à la même enseigne. Il n’est pas davantage question de nier les avancées réalisées dans de nombreux domaines, scientifique, technologique, écologique, en particulier. Et aussi en ce concerne la lutte contre la pauvreté.

Ainsi, en 2010 une Plateforme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale a été lancée. Elle restera active jusqu’en 2020. Le partenariat avec la société civile constitue un de ses cinq domaines d’action, prenant en compte que « la participation des personnes confrontées à la pauvreté est à présent reconnue comme catalyseur des stratégies d’inclusion. »

Cela donne des raisons d’espérer. Mais la vigilance s’impose. Non seulement les budgets sociaux ne cessent d’être mis à mal. Mais la tendance de les entraîner vers le bas semble prendre le pas. Ainsi, des pays s’inspirent de ce que d’autres pays entreprennent pour justifier des politiques minimalistes, des politiques sécuritaires, des politiques de coercition et de contrôle, en particulier sur les citoyens exclus. Les défis à relever sont évidemment immenses et complexes. Aucun pays ne peut y faire face seul. Aucun pays ne peut, non plus, y faire face sans la participation effective de tous ses citoyens, sans exception.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s