Faire tomber les murs qui nous séparent

Un groupe de Bangladaises, passé illégalement en Inde, courent au pied du mur-frontière érigé tout le long de la ville. © Gael Turine / Vu'

Un groupe de Bangladaises, passé illégalement en Inde, courent au pied du mur-frontière érigé tout le long de la ville. © Gael Turine / Vu’

Philippe Hamel,

France

Nous « célébrerons » le 9 novembre les 25 ans de la chute du mur de Berlin et le courage de tous ceux qui se sont battus et qui se battent encore pour reconstruire la fraternité, la justice, la démocratie.

Cet anniversaire est un encouragement à faire tomber tous ces murs qui séparent encore des communautés, des pays, qui enferment certaines populations dans le mépris ou les soustraient aux regards des autres citoyens et surtout à faire tomber les murs qui sont encore dans nos têtes…

Quand j’étais enfant, le mur qui s’imposait à moi, c’était celui du stade de football. Faute de moyens pour payer notre place, on était plusieurs à se faufiler derrière l’enceinte du stade et on regardait le match, à tour de rôle, par un trou fait dans ce mur. J’ai souvent revu cette scène dans plusieurs pays pour des événements culturels ou sportifs.

Si le mur de Berlin est tombé, il en reste plus d’une cinquantaine à travers le monde. Nous avons tous en tête celui qui sépare les deux Corées, celui entre le Mexique et les Etats-Unis pour lutter en particulier contre l’immigration illégale. Tout comme ces murs électrifiés avec haut voltage dans les enclaves espagnoles au nord du Maroc pour se protéger de l’immigration africaine vers l’Europe. Il y a aussi la « barrière de séparation » israélo-palestinienne, une clôture trois fois plus haute et deux fois plus large que le mur de Berlin. Tous ces murs sont en fait des remparts contre les pauvres, comme l’explique le Courrier International de cette semaine.

Le photographe Gaël Turine a fait connaître un autre mur très peu connu, celui entre l’Inde et le Bangladesh. Le mur le plus long du monde : 3200 km. Il a coûté 4 milliards de dollars. 220 000 hommes sont affectés à sa surveillance. Il tue un homme tous les cinq jours depuis dix ans selon les statistiques officielles. Parmi eux, beaucoup de Bangladais qui veulent traverser ce mur pour fuir la misère ou les catastrophes naturelles à répétition.

Tout dernièrement, en Ukraine, le gouvernement a décidé de construire un mur de 1920 km à la frontière russo- ukrainienne, pour empêcher l’infiltration de rebelles russes et se couper définitivement du grand frère russe.

Tous ces murs sont construits entre des nations en conflit, souvent pour faire barrage à l’immigration ou pour mettre fin à des trafics (d’êtres humains, de drogue ou de contrebande, etc). Certains murs ont ainsi plusieurs fonctions : se défendre contre toute invasion physique, idéologique ou culturelle. Parfois empêcher le passage de ceux qui voudraient « voir ailleurs », aller vers un monde dit « plus libre ». Le mur de Berlin était de ceux là. On avait construit des systèmes de surveillance très sophistiqués avec 14 000 gardes. Près de 1200 personnes y ont été tuées, 60000 capturées et mises en prison et 5000 sont passées à l’Ouest. En Allemagne de l’Est, on l’appelait : « le mur de la paix » (ou « mur de protection antifasciste ») et du côté de l’Allemagne de l’Ouest : « le mur de la honte ».

Il y a aussi tous ces murs qui s’érigent entre voisins, entre communautés qui n’arrivent plus à se comprendre et se parler, comme ces habitants d’une cité pavillonnaire en France qui construisent un mur pour ne plus voir les familles de gens du voyage qui habitent juste à côté. Comme ces Brésiliens d’un quartier résidentiel qui ne veulent plus que les habitants de la favella proche traversent leur quartier. Plus radicalement encore, aux Etats-Unis ou en Europe, ce sont des gens plus riches qui s’enferment eux-mêmes dans des quartiers de haute sécurité avec murs et grilles pour « avoir la paix ».

Il y a aussi ces murs provisoires qui se bâtissent à la hâte lorsqu’un président est invité à visiter un pays ami. En plus des rafles qui envoient jeunes de la rue et mendiants, à des centaines de kilomètres, on fabrique à la hâte des palissades pour cacher certains bidonvilles le long du trajet des cortèges, comme si ces lieux étaient une honte pour le pays. Mais une honte pour qui ?

C’est une des raisons qui a fait que Joseph Wresinski, le fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, a voulu que des représentants de populations très pauvres à travers le monde puissent dialoguer avec le Pape, chez lui à Rome, en 1989, faute de pouvoir le rencontrer lors de ses déplacements dans leur pays d’origine.

Et puis, il y a tous ces murs de préjugés qui enferment les personnes en grande pauvreté dans la honte, le mépris ou l’inutilité. Certaines familles chassées de partout se cachent derrière des murs ou dans immeubles en construction, à l’abri des regards, pour avoir un peu d’intimité, à défaut d’avoir un vrai toit.

Quand j’étais jeune volontaire d’ATD Quart Monde, nous habitions dans une cité de relogement qui « accueillait » une partie des expulsés des HLM d’une grande ville de l’Est de la France. J’avais réussi à convaincre certaines familles de laisser leurs enfants venir dans l’école de rugby que j’animais à l’autre bout de la ville. J’ai découvert alors qu’ils n’étaient jamais « entrés » dans la ville située à 2 kms. Ils avaient peur de se perdre et leurs parents leur faisaient comprendre que ce n’était pas un endroit pour eux. Ils ne connaissaient que leur cité !

Malgré tout cela, partout dans le monde, des hommes et des femmes agissent pour faire tomber ces murs qui séparent, qui divisent et inventent des chemins pour mieux vivre ensemble : rencontres autour de la musique ou de l’art, engagement de parents citoyens à l’école pour permettre à des parents très pauvres d’oser venir à l’école…

Je pense à tous ceux qui agissent, dans l’ombre, pour faire remonter la voix des plus oubliés dans leur association, leur syndicat, leur église… et faire tomber ces murs du silence derrière lesquels trop de familles très pauvres sont condamnés à se taire.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Faire tomber les murs qui nous séparent »

  1. Bonjour,
    Cet article me rappelle beaucoup. Dans la vie, on a tendance à limiter les murs aux seuls obstacles rencontrés dans la réalisation d’un rêve. Sous cet angle, on peut dire peut que tout le monde se retrouve souvent devant/derrière un mur et qu’il y en aura toujours. Par exemple lors qu’un étudiant n’a pas des moyens financiers pour payer ses études, lors qu’on ne peut avoir son visa pour l’Europe…Les exemples sont légion et chacun peut le vivre différemment dans l’exercice de son métier. Mêmes les ministres, les personnes mieux placées économiquement dans la société diront qu’ils sont placés devant/derrière un mur/obstacle. Ça se traduit encore bien swahili lorsque « obstacle » est couramment utilisé pour dire « mur ».

    Pourtant, il y a dans la même société des personnes dont les conditions de vie (de misère) imposent des barrières avec le reste du monde les empêchant ainsi de s’épanouir. Ce sont murs là qu’il faut essayer de bannir si l’on veut garantir à tous la justice. Je m’inscris en vrai mais le chemin à parcourir est encore long. René

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s