L’ami du pont

François Phliponeau, France Les personnes vivant dans la misère sont très souvent stigmatisées, exclues. Cette semaine, en France, le chef de l’État reconnaissait que la pauvreté est « une humiliation pour la République ». Exclusion, stigmatisation, humiliation, ce n’est pas une fatalité. Les photos ci-jointes montrent M. Castro à Manille chez lui et à son travail. « Chez lui », c’est sous un pont où il a trouvé refuge avec son épouse et leurs trois filles. Dans un espace si bas qu’ils ne peuvent pas se tenir debout.

M.Castro et sa famille sous le pont à Manille

M.Castro et sa famille sous le pont à Manille

Son lieu de travail est juste au-dessus de chez lui. C’est sur le pont qu’il vend des journaux, des boissons fraiches, des biscuits, des mouchoirs en papier…

l'ami du pont

l’ami du pont

C’est aussi sur ce pont qu’il retrouve des habitués dans les transports en communs (les célèbres jeepneys), et les voitures bloquées par les feux rouges, 200 mètres plus loin. Avec eux, il n’est pas un exclu, un humilié, un pauvre, il est le commerçant, parfois même l’ami que l’on salue, avec qui on partage des nouvelles.

M.Castro vendeur

M.Castro vendeur

Dignité, reconnaissance, respect du travail et du travailleur, voilà ce qu’attendent tous les humains. Voilà ce que proclame depuis 27 ans la Journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre. Sur ce pont, Castro gagne plus que de l’argent, il gagne sa vie. (Photos François Phliponeau)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s