TV : les grands absents

les séries à la télé

les séries à la télé

Ici même il est arrivé parfois que l’on s’étonne du comportement des médias s’enthousiasmant pour tel fait ou tel évènement, manifestant un engouement indécent à l’égard de telle ou telle personnalité (les fameux « people ») mais restant de manière inexplicable désespérément muets et indifférents au sort de milliers d’autres personnes.

La « fabrique » de l’information ressemble à une étrange spirale un peu folle dont nul ne sait vraiment qui décide de ce qu’est ou n’est pas une information, un évènement, un fait susceptible d’être communiqué , ou comme on dit parfois, de faire le « buzz ».

Il n’existe pas vraiment de loi en ce domaine, tout au plus des observations et des analyses des contenus, a posteriori, tentent d’interpréter le phénomène.

Or, puisque ces médias occupent de plus en plus de temps et qu’ils envahissent nos vies, nos pensées et nos pratiques, il serait temps de les examiner de façon plus attentive. Et qu’observe-t-on ?

A qui -et de qui- parlent les médias ? De tout le monde… ne serait-ce pour faire de l’audience ? Rien n’est moins sûr…

Prenons l’un de ces médias, « ancêtre » d’Internet : la télévision. Son contenu peut être observé, analysé, comptabilisé, quantifié, et donc commenté.

Depuis 2009 existe en France, à l’initiative du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) un baromètre de la diversité. Publié une fois par an il a pour objectif de mesurer la diversité à la télévision selon quatre critères : la catégorie socioprofessionnelle, le sexe, l’origine perçue et le handicap. En deux vagues d’observation, en juin et en septembre, 1450 heures de programme diffusées sur 18 chaines de télévision ont été examinées à la loupe.

Il en résulte un constat évident : ce ne sont pas les catégories les plus nombreuses qui sont le plus représentées, loin s’en faut. La télévision montre surtout les classes privilégiées. Les personnes considérées parmi les inactifs (hors retraités) représentent 39% de la population française. Mais elles ne sont montrées à l’écran qu’à raison de 10% du temps des programmes. Les cadres supérieurs, eux, ne représentent que 10% de la population française mais ils occupent 71% du temps d’antenne, tous programmes confondus.

On peut commenter ces données de plusieurs façons. En premier lieu, les médias télévisés s’adressent essentiellement à un public avec un pouvoir d’achat important : la télévision est donc surtout un support publicitaire pour la consommation.

La sous-représentation des inactifs – alors qu’ils sont les plus nombreux devant leur téléviseur- n’introduit pas la notion d’égalité de traitement, que ce soit dans les documentaires, les fictions ou les journaux d’information. Et donc cette non-représentation, cette insuffisance de visibilité, contribuent à mal faire connaitre les personnes ayant des difficultés de vie. De plus, lorsqu’elles sont représentées, dans les journaux télévisés ou les fictions, elles le sont à leur détriment, rarement à leur avantage, dans la chronique des faits divers ou faits de sociétés ou dans le rôle du « méchant » ou du « violent » dans les fictions. Les personnes pauvres sont non seulement caricaturées, elles ont une fonction : faire peur. Peur du pauvre… ou peur de basculer dans la pauvreté. Le sentiment de perdre son statut social et de passer à la trappe de l’exclusion sociale serait partagé par plus de 60% des Français, ce qui est une aberration.

Cette méconnaissance et cette stigmatisation ont des conséquences. Elles contribuent à développer les préjugés, clichés et autres images négatives des personnes inactives. Elles favorisent un double axe : celui de la peur de l’autre, ou dans d’autres cas, la pitié, la commisération, la compassion. Rarement la dignité, jamais l’égalité.

Le « modèle » de société imposé par la télévision est celui d’une catégorie de personnes aisées. Il contribue à développer cette image de « gagnants » contre des « perdants ». Un modèle qui est loin d’être démocratique.

Un tel traitement peut s’expliquer par les lois du marché… il est inadmissible quand il s’agit d’une programmation définie dans le cadre d’une télévision de service public.

A quand une télévision qui présenterait le courage de ceux qui ont la vie difficile ?

Pascal Percq – France

Publicités

Une réflexion au sujet de « TV : les grands absents »

  1. Oui, peut-être! Je ne suis pas à même d’analyser et encore moins de contester. Mais je devine que les gouts et les attentes des spectateurs ont aussi une influence… Ces gouts et ses attentes ne sont pas seulement téléguidés… Si les spectateurs doivent changer, comment faire? Suffirait-il de changer les programmes?
    .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s