La grande famille humaine

On dit souvent que les fêtes de fin d’année sont l’occasion de rassembler les familles ; or j’ai fait cette année une expérience qui m’a donné à réfléchir sur cette notion de famille :

J’ai passé comme la plupart d’entre nous des temps familiaux traditionnels dans ma famille et ma belle famille pendant les fêtes : à chaque fois c’était agréable, plutôt chaleureux malgré certains non dits ou certaines tensions sous jacentes , les petits plats mis dans les grands…mais au bout du compte nous sommes rentrés avec ma femme de ces deux journées avec une impression d’une rencontre superficielle, assez formelle, sans échanges profonds, essentiels et touchant vraiment à ce que nous sommes, à ce qui nous anime…bref assez frustrés.

En revanche, nous avons vécu deux autres temps forts qui ont été pour nous les plus heureux des fêtes : le premier avec un couple d’amis proches et ses enfants : temps en toute simplicité mais qui nous a permis un échange de couple à couple riche, sans tabous et en confiance ; et un autre temps festif à l’occasion de Noël avec les amis d’ATD Quart Monde : là encore l’occasion d’une rencontre avec des personnes de tous horizons, mais qui toutes avaient choisi d’être là, étaient heureuses de nous rencontrer (l’inverse était vrai aussi), nous ont apporté une joie vraie, une écoute et un intérêt réels, un bien être partagé , des discussions spontanées, intéressantes, où l’on a pu mieux se connaître et se livrer mutuellement.

Les années passant, nous constatons ainsi que la notion de famille, qui viendrait ( ?) du latin « fames » signifiant faim, doit être comprise au sens large comme l’ensemble des personnes qui nous nourrissent, dont le contact nous apporte la confiance, l’écoute, la pensée, l’expérience, la spiritualité essentielles à toute vie.

Et dans cette optique là, les rencontres les plus précieuses peuvent venir de tous horizons et notamment de personnes éloignées géographiquement ou socialement (par exemple les personnes du quart monde que nous connaissons) mais qui ont – chevillé au corps et au cœur –  le même désir d’humanité que nous…

Alors si je n’avais qu’un vœu à faire pour 2014, ce serait que nous regardions et rencontrions chaque homme, chaque femme placé sur notre chemin comme un membre de notre famille, qui mérite l’écoute, le respect, l’attention et qui peut nous apporter toute sa richesse personnelle.

Sébastien Billon – Angers – France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s