Ecrire pour tenir tête à la pauvreté

ne pas rester muets comme les poissons

ne pas rester muets comme les poissons

Ces jours,  j’ai pu intervenir à l’Université de Fribourg, dans un cours pour des «recueilleurs de récits de vies». C’est un métier passionnant, mais fragile également, car « la vie c’est fin comme de la dentelle » ! J’aimerais partager avec vous quelques extraits, de ce que j’ai pu exprimer et  de ce qui me tient à cœur.

Chez moi, le mot «récit» me fait trop penser à des poèmes : réciter juste de beaux poèmes…

Le récit de ma mère par exemple : la fontaine dans la vieille ville n’était pas seulement « belle ». C’était la fontaine où elle cherchait l’eau, c’était la fontaine pour aller faire la lessive pour elle et pour d’autres, dans les années 40, 50. Et puis c’était l’eau gelée en hiver, et le linge gelé, qu’elle transportait sur une luge…

L’idée naissait d’écrire ma vie… En fait elle est née au moment où nous vivions sous tente avec nos enfants. Une amie m’avait dit alors : « Il y a des gens du Mouvement ATD Quart Monde qui disent que tu devrais l’écrire… »                                                                                                                                                                      Là, il y a quelque chose qui est entré en moi. Mais c’était bien bizarre ! Tu as besoin d’aide et on te parle d’un livre ! T’as pas de lait pour tes enfants, t’as froid, pas de toit…  Je n’ai rien compris. A quoi cela pouvait-il servir ? Alors j’ai laissé reposer ces paroles. Puis, bien plus tard je me suis dit : « Mais oui, peut-être que, si j’écris tout ça, les gens comprendront à quel point j’ai besoin d’aide ».

Quand j’ai lu le livre «Des Suisses sans nom », c’était important pour moi, parce que dans les années 80, enfin un livre parlait de la pauvreté chez nous !                                                                                                                                                                             Là je me suis rendu compte à quel point je me cherchais là-dedans. Mais en même temps je trouvais que ce n’était pas encore assez creusé en profondeur. J’étais donc un peu déçue, je n’arrivais pas vraiment à m’y accrocher…

Faut-il dire la vérité dans la vie ? J’ai beaucoup appris à me taire dans ma vie. C’est souvent mieux quand on se tait. Par expérience j’ai appris que les gens pensent que de toute façon ils savent les choses mieux que toi. Et pourtant c’est toi qui a vécu ces choses, c’est ta vérité à toi.

Comment atteindre cet espace intérieur en toi ? Cette source, là où tu sens ta vérité. Il faut une très grande confiance dans une personne en face de toi, pour se dire en vérité.       Pour avoir l’énergie, pour rester toi-même aussi face à la critique

C’est tellement rare que je peux être ce que je suis sans me cacher.

Quand tu vis la pauvreté, tu vis la honte, et pour te protéger tu dois faire semblant.           Jouer un rôle. Par exemple, pendant longtemps, je ne pouvais jamais dire que je n’ai pas fait d’école, et bien d’autres choses !                                                                                                                                                               Quelle force de pouvoir montrer son vrai visage, sans masque ! Ces moments sont tellement précieux.

Et quand tu peux parler, et écrire sans gêne, sans retenue, sans honte, alors… la confiance « mûrit » en toi…

Ecrire, m’exprimer… oui ça m’a réveillée, cela m’a donné une autre conscience. Avant je dormais ;  non, plus que ça,  j’étais dans un cauchemar. Je subissais ma vie.

Nelly Schenker avec Noldi Christen –  (Bâle / Suisse)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s