Placements d’enfants : à qui demander des comptes ?

Il y a 40 ans, Odette, à sa majorité (21 ans) s’est retrouvée, du jour au lendemain, à la rue après avoir été placée en institution pendant 16 ans!

Elle n’avait aucun diplôme, mais savait faire le ménage et… lire la messe! « je n’étais pas préparée à la vie en dehors des murs dans lesquels j’avais grandi et ma vie a été une succession de  galères, je connaissais rien de la vie ».

Il y a 10 ans, Alain a récupéré, en l’espace de 4 ans, chacun de ses 3 enfants placés en famille d’accueil depuis leur petite enfance, au fur et à mesure qu’ils devenaient majeurs. A leur sortie, aucun des enfants n’avait de formation professionnelle et 2 sur 3 ne savaient ni lire ni écrire.  » C’était dur car ils ne me connaissaient pas beaucoup dans la vraie vie de tous les jours. Je n’avais qu’une chambre pour vivre avec eux et même pas de travail. »

Aujourd’hui Colette retrouve son fils. Il a maintenant 18 ans et vivait depuis 12 ans en famille d’accueil. Il est en échec scolaire, n’a aucun diplôme, aucune formation, il est perdu, sans aucun projet. Il n’a qu’un rêve : aller en Amérique. « Avant, je n’étais pas considérée assez bonne pour l’élever mais à sa majorité, tout le monde s’en fout. Ils me disent que lui il veut rentrer à la maison et, comme par hasard, cette fois on l’écoute. Il y a trois ans quand il disait ça, ils savaient bien lui dire non, et à moi aussi »

Combien d’autres enfants, d’autres parents sont dans de telles situations ? De tous ces enfants placés pour « carences éducatives », aucun ne le sont pour maltraitances physiques, viols ou incestes…

Les parents ont été « accompagnés » pendant ces années de placement, certains au rythme d’une rencontre mensuelle avec l’éducateur, d’une rencontre annuelle avec un juge pour enfant… C’est cela la protection de l’enfance? On protège l’enfant de quoi? De qui ? De ses parents jugés incompétents? Ces parents peuvent-ils, à leur tour, demander des comptes aux familles d’accueil, aux éducateurs, aux juges ? Ont-ils le droit de donner un avis sur les résultats éducatifs obtenus ? De quelles carences ces enfants ont-ils souffert au sein de ces institutions, alors qu’ils en sortent sans aucun avenir assuré ? qui peut se permettre de le dire, le dénoncer, oser le dénoncer…

N’aurions-nous pas à apprendre de tous ces parents qui aujourd’hui « récupèrent » leurs enfants jeunes majeurs?

Un grand nombre de travailleurs sociaux, d’éducateurs, de juges, de familles d’accueil… font un excellent travail, personne n’en doute. Mais trop d’enfants et leurs familles passent au travers…

Patricia nous aide à réfléchir  » j’ai récupéré Denis à sa majorité. Je ne le connaissais pas, on ne se connaissait pas, ce n’est pas moi qui l’ai élevé, qui ai fait son éducation. Je le voyais un week-end tous les 15 jours, un peu plus vers la fin, mais il était alors déjà grand. C’était pas facile, il était habitué sans moi. Puis le week-end c’est pas pareil, c’est pas la vraie vie.. Il vivait dans une maison, pas une cage à poule pourrie comme ici. La famille avait une voiture, du travail, ils l’emmenaient en vacances. Pas moi. Il avait de l’argent de poche, moi je n’en ai déjà pas pour moi… On fait grandir nos enfants dans des mondes parallèles au nôtre sans s’occuper des dégâts que ça fera après. J’ai déjà entendu que ce sont aussi le plus souvent nos gamins qui se retrouvent en prison ou dans la rue, et pourtant c’est pas nous qui avons choisi leur éducation. »

A quand une véritable réflexion pour évaluer les modes de placement et ce qui en découle, à quand un véritable état des lieux sur le travail et les moyens mis en oeuvre pour travailler avec les parents des enfants, tout cela bien sûr avec adultes et jeunes concernés « parce qu’ils l’ont vécu ».

Martine LECORRE – Caen (France)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Placements d’enfants : à qui demander des comptes ? »

  1. Le respect des droits de l’enfant a toujours attiré l’attention des défensseurs des droits humains en particulier et toutes les nations du monde en général. Le placement d’enfants a toujours eu des problemes… etant donné que ces enfants ne beneficient plus de leurs droits, ils sont meme soumis a des travaux forcés, et dans la plupart de cas ces travaux correspondent a une exploitation, et par peur de represaille, ces enfants ne se revoltes jamais parce qu’ils ont ete placé.

    Selon mes propres enquetes faites sur le travail des enfants dans la commune d’IBANDA dans mon travail de fin de cycle[2012], en province du sud-kivu, Republique democratique du congo, certain des enfants qui sont soumis aux travaux ont ete placé par leurs parents suite a un manque de salaire decent de parents, le chômage de parents, le manque d`instruction scolaire, l’ìncapacité de parents a subvenir aux besoins de la famille. En tout la pauvrete de famille est la cause principale…

    Nous avons realisé dans nos enquete que lorsque les parents sont completement privés des ressources materielles et financieres pour s’occuper de l’éducation de leurs enfants, ils le placent dans une famille comme domestique ou les envoient travaller. Certains enfants placés dans des familles pour un travail quelconque, on relever relever certain problemes; ils disent etre privé de l’affection et du soutien de leur parent et humiliés par les enfants de leurs patrons. Ces humiliations entrainent souvent chez eux des troubles psychologiques et sociaux. En consequence ils connaissent un fort repli sur soi.

  2. Des alternative au placement? Lire: « Réussir la protection de l’enfance avec les familles en précarité » de Marie-Cécile Renoux (Ed. Quart Monde/ Ed. de l’Atelier).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s