CHANGEMENT D’ERE

Le 21 décembre dernier nous avons célébré au Guatemala le Oxlajuj Baktún, c’est-à-dire le changement de calendrier Maya qui est une version du calendrier méso-américain (calendrier élaboré bien avant l’arrivée des espagnols en Amérique Centrale).  Il se composait d’un calendrier sacré, Tzolk’in (ou Bucxok), cyclique sur 260 jours, d’un calendrier solaire, Haab, cyclique sur 365 jours, et du compte long qui faisait le lien entre les deux précédents calendriers.

Même si certains éléments peuvent sembler complexes à appréhender, il me semble important de faire un effort pour bien comprendre et apprendre. En effet, nous avons pu assister en décembre dernier à une supercherie mondiale, au cours de laquelle le 21 décembre a été utilisé par de multiples théories ou élucubrations annonçant la fin du monde. Cette prétendue « prophétie » est rejetée par les scientifiques. En effet, aucune inscription maya n’évoquait la moindre prédiction de fin du monde ou de quelque bouleversement majeur pour cette date-là. De plus, ce qui est considéré par les partisans de cette prédiction comme la fin du calendrier maya n’est en fait que la fin d’un cycle, tout comme chaque 31 décembre marque la fin du cycle d’une année dans notre calendrier grégorien.

Il me semble que l’exemple du changement de calendrier Maya est éclairant car il est un révélateur local et international de notre aveuglement : nous éprouvons des difficultés à « voir plus loin que le bout de notre nez » ou alors il nous est difficile de mettre les lunettes de nos voisins pour essayer de regarder la vie sous d’autres formes. Quelle perte de temps et d’énergie autour de cette annonce de fin du monde alors que nous aurions tellement plus appris si les médias et nous-mêmes avions pris le temps de découvrir la civilisation Maya, sa spiritualité ou sa culture scientifique (au niveau astronomique ou mathématique comme l’invention du zéro) qui en font un des berceaux de notre civilisation.

Au niveau du Guatemala et pour le peuple indigène maya (près de 80% de la population du pays), les célébrations du Oxlajuj Baktún ont été une source de reconnaissance d’un de ses droits culturels.

En effet, les principales demandes et critiques formulées par des représentants de la population indigène portaient sur le fait que leur spiritualité était vue comme négative, liée à la sorcellerie et réprimée violemment par les autorités publiques. Depuis la signature des accords de paix en 1996, la reconnaissance de la culture et de la spiritualité Maya a entamé un chemin lent mais certain. En conséquence, la connaissance et la publicité données à l’évènement du 21 décembre dernier ont pu être soutenues par la société civile et par une partie des instances publiques. Les cérémonies maya se sont ainsi déroulées dans différents sites du pays et ont permis une reconnaissance des droits fondamentaux du peuple indigène et donc d’une grande partie de la population guatémaltèque.

Ce que j’ai appris de cet évènement est que la spiritualité Maya est belle, fondée sur le respect d’un Etre supérieur, de la nature, de l’ensemble des êtres vivants et principalement des êtres humains. Finalement, les prescriptions de cette spiritualité s’appuient sur une philosophie du bien vivre dans laquelle « l’être » prime sur « l’avoir ».

Pour terminer, je vous laisse découvrir le message de Max Araujo, citoyen guatémaltèque, à l’occasion de notre entrée dans cette nouvelle ère Maya et qui peut inspirer nos premiers pas dans la nouvelle année 2013 : « J’espère sincèrement qu’avec le changement d’ère, une nouvelle étape commence pour le Guatemala, pour que finalement nous atteignions la justice sociale, l’équilibre avec la nature, la paix et une vie décente et digne pour tous, sans exclusion et racisme. Dans cette nouvelle ère, il est important que les personnes métisses ou ladinos (guatémaltèques ne se reconnaissant pas de descendance Maya) acceptent notre héritage Maya, parce que cela va nous permettre de promouvoir notre estime individuelle et collective. Nous verrons alors les autres habitants de cette terre comme des frères, sujets de plein droit, et nous pourrons participer à tous les processus de développement global, y compris la lutte contre l’extrême pauvreté et d’autres maux ancestraux.»

Romain Fossey (Guatemala)

Publicités

2 réflexions au sujet de « CHANGEMENT D’ERE »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s