Sandy, ou le sort très inégal des victimes

 Depuis environ deux semaines, les projecteurs médiatiques sont braqués sur la côte est des USA et sur Sandy : avant, pendant, après. On n’en finit pas d’examiner les dégâts tragiques subis par quelques 20 millions d’Américains de la grande région métropolitaine de New York. Ce qu’ils vivent est très pénible, c’est tout à fait vrai. Une centaine de personnes y ont laissé leur vie, on ne doit pas l’oublier.

Mais j’aurais aimé que les media braquent aussi leurs projecteurs, et avec autant d’intensité et d’humanité, sur la Jamaïque, Cuba, Saint-Domingue, Haïti… Vous savez, là où les taudis aux toits de tôle ondulée volent en éclats, privant leur « propriétaire » de leurs maigres biens. Dans le sud d’Haïti, Sandy a détruit 70 % des récoltes, des milliers de têtes de bétail ont été anéanties, l’eau potable a été polluée… ce qui prive les habitants de nourriture aujourd’hui, mais aussi à beaucoup plus long terme. Le choléra réapparaît, lui qui a fait plus de 7000 morts depuis le sinistre tremblement de terre de 2010. Sandy a laissé une cinquantaine de morts en Haïti mais aussi des centaines de disparus, qu’on ne retrouvera pas… Ah oui, c’est vrai, on est habitué à ces drames en Haïti !!! Les catastrophes naturelles chez les pauvres, ce n’est pas vraiment un « scoop ».

A New York, sur qui les projecteurs médiatiques ont-ils été braqués ? Bien rares sont ceux qui ont pris le temps de rencontrer les petits caissiers, les serveurs, employés d’entretien, etc., qui devaient rester à leur travail pour remplir les sacs de ceux qui faisaient des provisions afin de résister à Sandy. ? Rares sont ceux qui ont pris le temps de rencontrer les personnes âgées, seules, ou les malades qui ne pouvaient partir de chez eux.? « Judith Vorreuter, 74 ans, vit seule avec deux chiens dans la 10e rue d’Alphabet district, dans l’East village…Son appartement au rez-de chaussée a été inondé lundi, lorsque l’East River s’est répandue dans les rues. Elle a été secourue par des voisins des étages supérieurs….

Elle est hébergée par une amie du même immeuble… Sans gaz ni électricité… Dans ces conditions manger chaud est une gageure.Heureusement, elles ont trouvé un petit magasin ouvert qui vend des frites…. Certains n’ont même pas l’argent nécessaire pour y faire leurs courses. Ils doivent attendre des distributions gratuites du quartier….

« Sur la 10e rue, près de la 1reavenue, un particulier a installé un générateur à la porte de chez lui, pour permettre aux autres de recharger leur téléphone portable, même s’il y a très peu de signal dans le quartier. « Pas plus de 30 minutes », précise une petite affichette. » ( AFP 1/11/2012 )

Autant de gestes de solidarité de la vie quotidienne qui bâtissent une société plus humaine, plus juste. En temps de campagne électorale, comme c’est actuellement le cas aux USA, les media pourraient peut-être privilégier cette vision, mais sans doute est-ce moins médiatique car plus ordinaire. Seul l’extra-ordinaire semble avoir un intérêt, et cela se tourne bizarrement toujours vers les plus forts, les plus riches, en tous les cas pas vers les plus faibles.

Bernadette Lang (Montréal – Canada)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s