Mon appel pour une autre économie

 Ce qui me dérange dans la logique de l’économie mondiale actuelle, c’est qu’elle n’a pas à cœur de trouver une place de travail et d’utilité digne à toutes les mains et toutes les intelligences. Déjà à partir de 40 ans, tant de gens vivent dans la peur. Oui, ils ont donné toute leur force et leur vie – et hop : «Loin !» Mais, c’est vrai, la situation est tout autant inquiétante pour les jeunes qui n’arrivent pas à trouver une entrée dans le monde du travail, et aujourd’hui ils sont de plus en plus nombreux à travers le monde.

Chez nous en Suisse, il y a peu de temps en arrière encore, il s’agissait d’une minorité qui devait vivre ce calvaire, et maintenant ils sont de plus en plus ici aussi. Et je pense avec un désespoir croissant aux plus démunis dans cette situation, à ceux tout en bas… Car c’est eux qui sont le plus perdus et le plus en danger, depuis leur naissance jusqu’à la fin de leur vie.

Oui, mon souci depuis toujours c’est de savoir comment rendre utile les mains et les intelligences de tout le monde. Ceux des jeunes comme aussi des moins jeunes – et des plus âgés ! Je pense qu’il faudrait chambouler de fond en comble l’économie, faire tout, vraiment tout, pour tous. On a besoin de tout le monde sur cette terre, on doit offrir cette chance de se rendre utile à tout le monde. Autant aux jeunes qu’aux plus âgés, qui eux devraient pouvoir rassurer et renforcer les jeunes en leur faisant sentir dans la sérénité: « On est là. Et vous avez aussi le droit de faire des erreurs pour apprendre. »

La seule logique possible entre humains c’est de nous laisser grandir tous ensemble, indépendamment qu’on soit enfant ou vieillard, qu’on vienne du bas ou du haut. A l’école, comme en apprentissage ou dans les hautes études, puis durant toute la vie, il me semble qu’il y a un droit à la formation continue et au développement continu, car chaque personne humaine, sans exception, a… faim dans sa tête.

Ne sommes-nous pas comme un seul très grand peuple sur cette terre… ? C’est ça que je veux dire : Vivre comme une seule grande famille. Habiter tous ensemble la belle planète bleue.

Nelly Schenker avec Noldi Christen, Bâle ( Suisse )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s