Chacun est irremplaçable…

En cette fin d’année scolaire, cela fait deux fois en quelques jours que j’assiste à des adieux: d’abord un collègue de travail qui part à l’autre bout de la France, puis un ami d’ATD Quart Monde 1qui change de mission et que je ne verrai plus ou très rarement.
A chaque fois je ressens une tristesse, une émotion, non à voir ces personnes évoluer et avancer dans leur vie et leur engagement, mais à me dire que je vais désormais devoir vivre sans ces belles personnes et tout ce qu’elles ont pu m’apporter par leurs paroles, leurs actions, leur façon d’être et de vivre.
A chaque fois ces deux personnes se sont réfugiées derrière le fameux « personne n’est irremplaçable », « personne n’est indispensable » pour faire face aux hommages, compliments et regrets qui accompagnent généralement pareils départs quand les gens ont su se faire apprécier. Ces phrases sont les courtoises barrières de la modestie certes ; longtemps je m’en suis satisfait et les ai même reprises à l’occasion.
Pourtant aujourd’hui je me dis qu’il n’y a rien de plus faux que ces phrases. Certes dans l’exercice d’une fonction, d’une mission professionnelle, dans le fonctionnement social, ces personnes seront remplacées par d’autres qui assureront une continuité de l’action. Pourtant, je sais aujourd’hui que même si leurs remplaçants sont aussi brillants, même si je tisse avec eux les mêmes liens d’amitié, personne ne remplacera la vivacité attentive de V, l’humour et la sensibilité aux enfants de P. Comme personne ne remplacera ni n’effacera le souvenir de l’engagement et de la force de vie et de conviction de B, militant ami du quart monde décédé, ou le souvenir de la vive douceur et de l’égalité d’humeur de ma grand mère disparue.
Là est la preuve que chacun est bien indispensable, que chacun est bien irremplaçable.
Cette unicité d’être de chaque personne, qui explique le regret passager que je peux ressentir aujourd’hui, est le coeur de notre grandeur et de notre dignité.
Pascal l’a bien exprimé qui a dit : « Le respect de la personne humaine est fondé sur son caractère irremplaçable »
C’est aussi sur cette conviction et sur elle seule que peut s’ancrer un vrai combat contre la misère, que peut commencer un vrai projet d’une société avec tous et riche de l’apport de chacun.

Sébastien Billon, Angers ( France )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s