Île Maurice : tourisme VERSUS pauvreté ou Tourisme ET pauvreté ?

De passage, dans ma famille à l’île Maurice, je redécouvre ce pays où j’ai grandi. L’île a-t-elle ressenti fortement la récession mondiale ? Qu’est-ce que les Mauriciens constatent de leur pays ?
À la une, des journaux quotidiens « Le Mauricien », « L’Express » et d’autres citent l’Ile Maurice parmi les pays le plus visités au monde. Les Mauriciens en sont fiers ! C’est vrai que l’île Maurice a fait de grands progrès par ses investissements au niveau des infrastructures, de l’éducation, du travail, de la santé, du logement, de l’industrie, du tourisme, de l’agriculture et de sa stabilité politique…
L’île veut concurrencer le géant mondial qu’est la Chine pour le textile. Cette dernière a su implanter des sites de production ou de confection à Madagascar, en Inde et au Bangladesh. Ce qui amène une hausse du prix de la main-d’œuvre, avec l’arrivée des travailleurs chinois et de Bangladesh à Maurice. De ce fait, l’île bénéficie d’une hausse du taux de croissance économique.
Mais malgré cela et son premier rang aux pays des plus visités au monde, le gouvernement mauricien a du mal à éradiquer la pauvreté. Si la classe moyenne et le monde ouvrier se plaignent de leurs conditions de vies, qu’en est-il pour les plus pauvres ? Eradiquer la pauvreté reste le grand défi du gouvernement mauricien.
Les familles très pauvres disent « Tout est cher à Maurice, nous ne savons pas comment faire pour joindre les deux bouts. » L’émission télévisée « A nou bouger » [Bougeons-nous] qui passe tous les lundis soir démontre la laideur de la misère de ceux qui vivent dans la grande pauvreté. Si on nous montre une famille par semaine, il y en reste des nombreuses qui restent encore cachées.
Un chauffeur de taxi disait « il me faut plus de Rs10, 000 [roupies] pour nourrir ma famille (trois personnes). Après avoir payé les factures de téléphone, d’électricité, d’eau et essayé de trouver de quoi manger, si je n’ai pas cette somme en main à la fin du mois, je ne peux pas faire vivre ma famille. Mais il faut aussi penser à ceux qui travaillent en usine de textile, avec une famille de 5 personnes. En travaillant dans une usine de textile, avec des heures supplémentaires, ils peuvent arriver à Rs7, 000 [roupies], ils n’arrivent même pas à 10,000 roupies, comment font-ils ?  La vie est devenue trop chère à Maurice. Pourtant nous faisons attention à ne pas dépenser à tort et à travers. Après les fêtes de fin d’année les prix des denrées alimentaires, du gaz, du pétrole et de tant d’autres produits de base ont tellement flambé, sans tenir compte de nos enfants.»
L’île Maurice serait encore bien plus de fière si elle pouvait faire aller de pair son développement économique et l’éradication de la pauvreté.

Maria Victoire (Ile Maurice)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s