Une jeunesse courageuse se met debout.

Deux constatations m’ont singulièrement frappée ces derniers temps.

Il y a deux semaines environ, toute la population de la Nouvelle-Orleans (dans l’état de Louisiane aux USA) est restée bouche bée en regardant une émission de télévision : on y montrait comment une jeune étudiante afro-américaine se battait pour aller régulièrement à l’école et y réussir brillamment, alors qu’… elle vit dans un refuge de nuit. On voyait la jeune fille, très émue, pleurer en expliquant la vie d’errance particulièrement dure qu’elle menait avec sa mère et comment elle devait rester vigilante pour réussir à l’école.

Dès le lendemain de l’émission, les reporters de cette même chaîne de télé sont allés rencontrer la maman pour essayer de comprendre leur situation. Puis, par la suite et pour ne pas créer des tensions raciales, ils sont aussi allés interviewer une mère originaire du Caucase afin de montrer au grand public que la pauvreté pouvait toucher tout le monde, au delà des races.

Pendant toute la semaine, les media sont restés braqués sur ces étudiants « sans foyer ». Ils découvraient qu’il y avait ainsi des milliers d’enfants, de jeunes, et qu’on n’en parlait pas. Le phénomène des sans-abris étudiants reste caché aux yeux de la population.

« Si un enfant s’inquiéte toute la journée pour savoir où il dormira la nuit suivante, comment peut-il donner le meilleur de lui-même à l’école » disait le reporter. Cette vie d’errance est tellement dure que beaucoup abandonnent l’école très tôt. Mais certains font exception : ils espèrent tellement qu’ils s’en sortiront gagnants en dépit de tout.

Mais face à cette première constatation, une seconde s’est tout aussi imposée. Car cette actualité n’a pas empêché le gouverneur de l’Etat de la Louisiane de continuer à couper les budgets de l’aide sociale, surtout au niveau de l’éducation.

Il y a la une grande contradiction entre l’éradication de la pauvreté et le souci d’un gouverneur qui veut équilibrer son budget, réduire le déficit budgétaire et les dépenses, au détriment des plus pauvres. Ce qui est particulièrement contradictoire quand on dit vouloir soutenir les étudiants qui luttent pour réussir dans la vie.

Danielle, Chelsie, Kareem, Chris et tant d’autres vivent de telles situations difficiles de pauvreté et n’hésitent pas à dire que« l’avenir des jeunes est en danger ici. » Ils se sont donc particulièrement sentis concernés par tout ce qui se passe actuellement au Moyen-Orient et questionnés par cette jeunesse arabe qui n’a pas peur de se faire tuer. Danielle me disait récemment : « Ici aux Etats-Unis, nous sommes dans un état démocratique. Ce qui se passe en Egypte, en Lybie, dans tout le Moyen-Orient n’est pas comparable avec ce qui se passe ici, aux USA, car les media et le gouvernement vont nous dire « Ici ceux qui veulent travailler, ils le peuvent ». Et pourtant… si un jeune va demander du travail ou expliquer son cas en demandant de l’aide, il s’entendra dire, « Vous ne voulez pas travailler, vous êtes paresseux car il y a du travail pour tout le monde ». Mais cela n’est pas vrai, nous sommes opprimés de la même façon. Seulement, nous avons peur de confronter le gouvernement. »

Le gouvernement US utilise souvent l’argument suivant « Il ne faut pas dire ce que le pays doit faire pour toi mais dire ce que toi tu dois faire pour ton pays. » Renvoyer la balle du côté de celui ou celle qui souffre est plus facile… Mais il reste des jeunes aux USA qui courageusement se mettent debout face à l’injustice : la jeune sans-abri l’a prouvé, au nom de tous les autres.

Maria Victoire – New Orleans, USA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s