Les jeunes sont en marche

La jeunesse est capable d’influer sur le cour des choses. La Tunisie en est la preuve. Même si l’horizon est fermé, les jeunes trouvent souvent des manières très positives de l’ouvrir.

« Les jeunes en Afrique ont l’impression qu’on hypothèque leur avenir, cela leur enlève du jus ! » me confiait un père de famille. Manque structurel de moyens tout au long de la scolarité, succession de grèves à l’université, marché du travail saturé : les jeunes risquent de s’essouffler, de ne plus croire qu’ils pourront un jour assumer des responsabilités pour eux-mêmes, leurs familles et la société. Et pourtant, ici ou là, des engagements naissent : l’amitié ouvre la voie.

A Bamako, j’ai rencontré, il y a quelques mois, un groupe de jeunes – étudiants ou jeunes professionnels – qui ont fait le choix de s’en sortir, mais pas seuls. Ils voulaient entraîner tout leur quartier avec eux. Sur leurs temps libres, entre étude et travail, ils encouragent les enfants de leur quartier à se rassembler pour vivre l’amitié. Ils échangent avec eux, leur racontent des histoires, s’apprennent des chants. Ils bâtissent des temps de rencontre avec ces enfants, puis avec toute la communauté, à travers ce qu’ils appellent les animations. Comme le dit l’un des jeunes, « ce qu’on veut, c’est impacter sur les enfants qui participent aux animations pour qu’ils aient eux aussi le souci des enfants. On veut réduire l’écart entre les adultes et les enfants. On veut leur montrer qu’il y a des adultes qui s’intéressent à eux, malgré leur enfance, malgré leur pauvreté. »

Semaine après semaine depuis des années, ils partagent la joie et la solidarité, et aujourd’hui, tout le quartier les suit : les notables les conseillent, de nombreux jeunes les rejoignent… la dynamique grandit…

Mais la vie reste dure : les « animateurs » doivent trouver un équilibre entre bâtir leur vie, réussir leurs études et rester disponibles à leurs idéaux. Bien souvent, il leur faut choisir entre garder un petit peu de leur moyen pour eux-mêmes et leur famille ou contribuer pour acheter crayons et papiers pour les enfants. Semaine après semaine, il faut s’arcbouter sur ses convictions pour faire face à la vie. Comment tenir ? « Ce qui te donne de l’espoir, c’est d’avoir des amis qui te donnent du courage. Rien ne vaut l’amitié. Si tu as des amis, tu as tout. Même quand tu es triste, si tu vois un ami, c’est la joie. Quand on a des amis, on peut toujours espérer. Même si je n’ai pas la chance, d’autres peuvent réussir et me soutenir. C’est la solidarité. » me confiait l’un d’eux avant d’ajouter « Les amis viennent toujours t’aider. »

En cette année internationale de la jeunesse, je souhaite que l’amitié et la solidarité vécues par les jeunes de la terre entière influe sur la course du monde. Les jeunes sont en marche. Ouvrons les yeux, saisissons la main qu’ils nous tendent et laissons nous entraîner à réaliser leurs rêves !

Guillaume Charvon (Burkina-Faso)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s