Chic et choc

L’art contemporain exprime avec force les contradictions de notre monde actuel. Mais comment dire les interpellations ressenties ? Etonnement, réflexion, indignation, interrogation se poursuivent bien au delà de la seule contemplation des œuvres.

Ainsi, Lille (France) accueille une exposition1 de la célèbre Saatchi Gallery de Londres. Soixante œuvres de jeunes artistes contemporains d’Orient et du Moyen-Orient, comme autant de coups de poings. Parmi ces œuvres, plusieurs d’entre elles, notamment celles de l’Indien Jitish Kallat ont pour thème la pauvreté des habitants des villes.

Deux de ses œuvres en particulier, monumentales, sont remarquables : une toile immense représentant la tête d’un jeune homme dont les cheveux sont un bidonville de Mumbay et une sculpture géante de plus de 4 mètres représentant un de ces jeunes garçons qui vend des livres dans les rues de la capitale indienne, un de ces enfants qui bien souvent ne savent pas lire eux-mêmes.

Autre exposition, non loin de là au LAM2 : la présentation d’une riche collection d’œuvres d’art brut : sculptures, toiles, compositions réalisées par des personnes en très grande précarité, détenus en prison, ou encore personnes internées pour maladie mentale. Là encore on crie au génie. Et on a raison.

Pourquoi alors ce malaise au sortir de ces deux expos remarquables ? Cette question qui taraude. Ces personnes « pauvres » objets de l’art ou artistes eux-mêmes s’y retrouvent–elles dans cette représentation ? Se savent-elles regardées par ce public large ? D’être ainsi représentées peut-il changer la leur condition ? L’art est sans doute une mauvaise conscience.

Cette irruption de la pauvreté dans ce monde chic et feutré des galeries d’art est sans aucun doute une provocation. On peut s’extasier sur l’exploit artistique, il n’en reste pas moins que ce thème de la pauvreté, de l’injustice, est ici une valeur sûre. .. sur le marché de l’art. Ce qui est chic est choquant. La pauvreté s’affiche bien dans les galeries mais dans la rue, on s’en fiche.

Pascal Percq (Paris, France)

1 « La route de la soie » Tri Postal Lille (France), jusqu’au 12 janvier 2011.

2 « LAM » Lille Métropole Art moderne à Villeneuve d’Ascq (France). Collection permanente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s