L’éducation pour tous !

Comme un prélude au sommet sur les Objectifs du Millénaire pour Développement  qui s’est tenu à New York du 20 au 23 septembre dernier, plusieurs rencontres ont eu lieu dans beaucoup d’écoles et autres lieux au Cameroun, ayant pour thème central « l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement à l’horizon 2015. »

J’ai assisté à une de ces rencontres dans ma localité. Les gens avaient afflué de partout, issus de toutes les strates de la société.
Pour le panel, il était en bref question de faire connaitre le projet des OMDs et les efforts qui sont fournis pour les atteindre à l’horizon 2015.

Quand est venu le moment pour les auditeurs d’intervenir, j’ai été frappée par l’intervention d’un homme. Il avait un âge déjà avancé. Il s’est exprimé en ces termes :    vous dites que les OMDs font leur bonhomme de chemin depuis 10 ans. Et vous parlez de réduire de moitié la proportion de la population qui vit dans la pauvreté. Sous quels critères allez-vous choisir ceux que vous sauverez ? Et que deviendront les autres ? Vous dites que vous voulez assurer l’éducation primaire pout tous.  Au Cameroun, voilà bien plus de 10 ans que l’éducation à l’école primaire est  ‘’censée’’ être  gratuite. Mais tant d’enfants ne vont toujours pas à l’école. Et pour cause, ce décret du Chef de l’Etat n’est pas vraiment mis en pratique dans les écoles.  Les directeurs continuent d’exiger des sommes d’argent aux parents, même dans les milieux de vie très pauvres, alors qu’on parle d’éducation gratuite. Cette pratique qui va à l’encontre des valeurs d’une société qui veut donner sa chance au plus démuni, est connue de tous dans ce pays. Mais rien n’est vraiment fait pour porter secours à ces enfants sans voix, qui voient leur droit à l’éducation aller de la réalité au mythe. Le plus triste de  tout, c’est que ce sont des personnes déjà  pourtant bien assises socialement, qui s’obstinent à voler aux pauvres le peu qui leur reste. Dans une telle ambiance,  pensez- vous pouvoir assurer l’éducation pour tous les enfants d’ici à 2015 ?  Moi je pense qu’il y a des années qu’au Cameroun l’éducation primaire pour tous serait une réalité si, et seulement si, tous les dirigeants de ce pays, chacun dans son poste de responsabilité,  s’étaient montrés solidaires du combat mené chaque jour pour les plus pauvres afin qu’il ne soit pas oublié.

Aujourd’hui plus que jamais, les mots ne suffisent pas pour combattre la pauvreté. Aller au-delà  des mots, agir efficacement, penser à tous ceux qui connaissent des conditions de vie pénibles et se résoudre à apporter sa contribution, si modeste soit-elle, agir dans le sens de la participation à cette grande croisade contre la pauvreté, voilà des moyens pour faire reculer la misère. 

Jeanne-Véronique Atsam, Cameroun

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s