Au secours ! je ne sais pas conduire la nuit sans lumière !

Le 12 août dernier a commencé officiellement l’Année internationale de la Jeunesse telle que proclamée par l’ONU. Sur le thème « Dialogue et compréhension mutuelle », cette année vise à encourager le dialogue et la compréhension entre les générations.

Actuellement, il y a environ un billion de personnes (un milliard) dans le monde qui a entre 15 et 24 ans, soit environ 18 % de la population mondiale, soit environ une personne sur cinq…Une personne sur cinq fait partie de la génération C, c’est à dire de la cybergénération, celle qui n’a jamais connu le monde sans l’accès à Internet ! Alors que certaines régions du monde n’ont toujours pas accès à l’électricité 24 H sur 24, un cinquième de la population mondiale n’a pas connu le monde sans Internet …
Comment dialoguer, comment se comprendre, comment collaborer, comment se respecter les uns les autres,  quand les expériences de vie sont si différentes ?

Chacun(e) développe sa propre culture de communication, de relation…en fonction des outils qu’il(elle) utilise. Moi, je suis un ( ou plutôt une ) de ces dinosaures qui a connu le monde sans Internet ( mais l’imprimerie et l’électricité existaient, rassurez-vous ! ). J’avoue que j’ai souvent du mal à me situer. J’ai l’impression d’être embarquée dans un bolide à grande vitesse, très grande vitesse, et qui va de plus en plus vite mais dont les phares n’ont pas le temps de tout éclairer. Du coup je me sens en permanence dans le présent, ma ligne d’horizon se limite à ce que mes phares me permettent de voir. Je pourrais finir par oublier qu’il y a un passé et surtout un avenir, car mes phares ne les éclairent pas ! Cela veut-il dire que, collectivement, notre vue à long terme est en train de s’atrophier ?
Par ailleurs, la vie m’a appris qu’en dehors des autoroutes à grande vitesse, il existe des petits chemins de terre, des sentiers ignorés sur lesquels il faut rouler bien lentement si l’on veut voir quelque chose. C’est souvent en dehors des sentiers battus que vivent quantité de familles, que l’extrême pauvreté, la misère, l’exclusion, le non respect des droits de la personne ont conduites là…

Mais les jeunes de la cybergénération, eux, pianotent sur le clavier Internet depuis leur enfance et ils les connaissent bien ces autoroutes. Ils sont donc habitués à la rapidité des échanges. Pour eux, c’est coutume de ne pas être simples spectateurs de la vie, mais d’être pleinement participants en soumettant immédiatement à d’autres ( de parfaits inconnus, dans le monde entier ) leurs impressions, leurs expériences du présent qu’ils sont en train de traverser. Communiquer, collaborer sont parmi les moteurs de ces jeunes, tout comme celui de créer : il n’y qu’à voir combien le Web regorge de textes, de vidéos, photos de la vie quotidienne créées et transmises pour participer à l’information.

Comment ces moteurs, ces forces vont-elles se conjuguer
–    à l’imparfait ou au passé simple en s’appuyant sur  l’expérience du passé,
–    au futur, avec la réflexion sur l’avenir et le long terme,
–    au participe présent, ce qui implique une certaine durée ?
Comment Internet va-t-il se développer en prenant en compte en orientant les phares vers les endroits non éclairés ? 2010, l’année internationale de la jeunesse pourrait nous aider à y répondre, non ?

Bernadette Lang – Montréal ( Canada )

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Au secours ! je ne sais pas conduire la nuit sans lumière ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s