La piscine sans eau

C’est l’été et les vacances scolaires.  J’entends les enfants qui jouent dehors, dans la cour. Dans notre cité sociale, la plupart d’entre eux n’ont jamais eu la chance, de pouvoir partir pendant ces longues semaines à la montagne ou à la mer… Je pense, entre autres, à Samantha, qui aimerait tellement découvrir de belles choses aussi, d’autres villes, d’autres régions, et vivre pleins de moments précieux qui la passionnent…
Dernièrement, quand sa maman a ouvert l’enveloppe qui contenait la facture de la Caisse Maladie, elle y a lu que, cet été, pour les vacances, la Caisse offrait une carte gratuite aux enfants, pour aller à la piscine. Alors bien sûr, avec joie, elle  a  tout de suite demandé une  carte. Mais on lui a répondu que ce n’était pas possible pour elle, parce que cette offre s’adressait seulement à ceux qui avaient conclu « une assurance avec prestations supplémentaires »… Il va sans dire la police d’assurance avec des prestations complémentaires au niveau des soins, est aussi bien plus chère.

La maman de Samantha est très déçue, et aussi révoltée. Mais de quel droit, cette différence ? Pourquoi là encore, privilégier ceux qui ont déjà plus ? Dans les familles que je connais autour de moi, on a tous peu d’argent, et l’assurance aux prestations supplémentaires reste un rêve. On est déjà  bien content lorsqu’on arrive à payer les frais très élevés de l’assurance obligatoire ! Beaucoup de gens n’y arrivent même plus.

Mais il y a aussi un autre aspect à réfléchir. Est-ce que la caisse maladie ne s’affaiblit pas elle-même à long terme avec une telle politique, est-ce que cela ne va pas à l’encontre de ses objectifs ?
En effet, est-ce que ce ne sont pas les enfants vivant dans la précarité, en général plus fragilisés au niveau de la santé, qui auraient plus besoin d’une telle offre? Déjà, faute de moyens, leur nourriture est moins saine et équilibrée. De plus le risque d’accidents et autres imprévus est bien plus grand aussi, car les soucis qu’ils partagent avec leurs parents pèsent sur eux depuis qu’ils sont tout petits … N’est-il pas justement important que ces enfants-là puissent en priorité fortifier leur corps et leur esprit, s’armer pour l’avenir ?
Il me semble que c’est bien le monde à l’envers, que nous sommes devant une piscine sans eau. La Caisse n’est-elle pas, comme on dit, en train de se tirer une balle dans le pied ?

Nelly Schenker avec Noldi Christen (Suisse)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s