Coupe du monde de soccer : un mois de paix, un mois de rêve…

 Enfin espérons le ! Dans quelques heures, l’Afrique du Sud s’apprête à accueillir la Coupe du monde de soccer. Malgré les salaires astronomiques des joueurs vedettes, quelques scandales de corruption etc… ce sport suscite une aura populaire au sens noble du terme. Un sport qui rallie tout le monde, de tout pays, de toute couche sociale, de tout âge, toute culture etc…, un sport qui unifie. J’ai encore en tête les images de liesse vues à la télévision, lors de la Coupe du monde de 1998 qui avait vu la victoire de la France. L’équipe gagnante était composée presqu’uniquement de joueurs originaires d’Afrique du Nord ou d’Afrique noire. Pendant un temps, le pays semblait avoir oublié les tensions raciales qui sévissaient alors, les notions de richesse, de pauvreté, les clivages intellectuels/manuels… Tout le monde fêtait ensemble dans la rue. Oui, l’unité, la fierté collective était de mise.

A l’occasion de cette Coupe du monde en Afrique du Sud, le soccer aide à développer un autre regard sur l’Afrique, un regard dynamique, créateur, plein de souffle. Ainsi des amis français m’ont dit qu’en France, à Vincennes, début avril, il y avait eu une « semaine de l’Afrique en marche » : à travers des ateliers, des témoignages, des expositions…on découvrait les créations, les réussites, les richesses humaines de cet immense continent. Au Québec, la télévision de Radio-Canada nous montre une série de reportages qui, au lieu des reflets de la misère habituellement présentés, nous font découvrir des histoires de courage, d’engagement, de créativité, de réalisations inspirantes. Un journaliste, envoyé spécial du journal « La Presse » a fait un article sur l’île-prison de Robben Island où a été emprisonné Nelson Mandela, ainsi que des milliers d’opposants au régime raciste de l’époque : les prisonniers avaient pu introduire le soccer dans la prison « quand nous jouions au soccer, nous étions des hommes libres…le soccer transcendait les divisions politiques ou culturelles…C’était un sport que nous partagions tous, adversaires comme collègues. Il a uni les prisonniers d’une manière inimaginable…».

Hier soir, lors d’un reportage dans le cadre du journal télévisé de Radio-Canada, on nous a montré une manifestation de soutien à l’équipe d’Afrique du Sud. Au milieu du tintamarre des « vuvuzelas », ces trompettes, ou cors très liés au soccer dans ce pays, la foule présente m’a beaucoup marquée : on y voyait des visages de toutes les couleurs, du blanc ou noir le plus foncé, qui souriaient, qui étaient heureux, qui étaient unis…Pour continuer dans ce sens de l’unification, du soccer au service de tous, il paraît que l’UNESCO a fait une recommandation qui consiste à prélever 0,4% des recettes commerciales de la Coupe du monde 2010 pour financer la scolarisation de deux millions d’enfants africains en quatre ans. Cela sera-t-il accepté ?

Les évènements sportifs ( ex les jeux olympiques ) ont souvent tendance à rassembler les gens pendant la compétition. Mais ensuite chacun repart dans son bidonville ou sa banlieue riche…N’empêche : pendant un mois, le monde entier va s’unir autour d’un ballon rond ! Vivre ensemble, être unis… c’est donc possible !

Bernadette LANG (Montréal, Canada)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s