Où crécher à Noël ?

Je repense à cette famille dont je vous ai déjà parlé en juillet. En ce temps de Noël incroyable lorsqu’elle elle est partie en Inde. Elle avait invité plusieurs autres familles vivant aussi dans la pauvreté à l’accompagner. Cela a été possible grâce à un héritage qu’elle avait pu toucher… Puis l’Aide Sociale l’avait appris, et exigé qu’elle dénonce les autres familles, mais elle ne les a pas trahies… Le résultat de cette histoire c’est que finalement elle a été expulsée de son logement avec ses deux derniers enfants.

Sa fille ainée les a accueilli dans l’appartement d’une pièce où elle vivait avec son ami. C’est ce qui m’impressionne toujours chez cette famille, c’est qu’ils ont appris de leur maman : quand quelqu’un est dans le besoin, on s’entraide. Sagesse et force des pauvres…

Mais après plusieurs mois, l’ami de sa fille n’a plus supporté cette situation. Je le comprends, dans un appartement tellement petit…  Non seulement il a rompu avec son amie. Mais la mère et les enfants sont à nouveau à la rue.

Le fils aîné n’a pas supporté de voir cette situation, alors il les a accueilli à son tour dans son appartement d’une pièce. Jeune travailleur, il avait quitté sa famille parce que l’assistant du Service Social lui avait tellement rempli la tête contre sa mère, lui disant . « Surtout tu ne lui donnes pas de l’argent, elle va te rouler… »

Maintenant pour le 1er Novembre, la famille a trouvé un nouvel appartement. Mais voilà encore un obstacle, il y a les meubles qui manquent. Parce que entre temps la mère a du les vendre pour payer des dettes. Les voilà dans ce logement vide et froid, et l’un des enfants est tombé très malade . Et tout cela juste quelques semaines avant Noël.

Et pourtant il y a une joie. C’est le Noël des pauvres, on a froid, c’est vide, mais on est ensemble, c’est l’essentiel, et l’espoir pour des lendemains meilleurs peut renaître…

Mais les citoyens logés bien au chaud et ancrés dans nos sécurités, et les gardiens de l’or des temples des États, bien pensant et ficelés dans leurs logiques et dans leurs règles si loin des pauvres… se rendent-ils compte à quel prix tant de familles continuent à revivre encore et encore les mêmes cauchemars pour aller de l’avant ? Et cela deux mille ans après les événements sous l’étoile de Bethléem.

Nelly Schenker avec Noldi Christen (Suisse)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s