Les plus pauvres passent au peigne fin

L’année dernière, le député républicain de l’Etat de la Louisiane, Mr. John LaBruzzo souhaitait faire passer un projet de loi : que l’Etat paye « les bénéficiaires de l’assistance sociale pour se faire stériliser » afin de diminuer les dépenses de l’Etat les concernant. Ce projet de loi fût rejeté dès sa parution car le coût pour la stérilisation devenait revenir plus cher que les allocations familiales.

Cette année le même député revient avec un autre projet de loi visant les drogues. Il écrit : « Ceux qui reçoivent des allocations de la sécurité sociale devraient faire des tests de dépistage de drogue » afin, disait-il, « de rassurer ceux qui payent les impôts et que leur argent ne servent pas à financer les vices des drogués et des criminels. »

C’est devenu une obsession chez Mr LaBruzzo de vouloir réduire les dépenses de l’Etat en passant au peigne fin et en contrôlant la vie des plus pauvres dans l’Etat de la Louisiane. Mr LaBruzzo compare la pauvreté au vice.

L’Etat de La Louisiane a fait une enquête l’année dernière, les statistiques montrent que seulement 14,000 familles dans l’Etat de la Louisiane reçoivent de l’aide.

Le Times Picayune, journal quotidien de la Nouvelle Orleans, montre que ceux qui perçoivent l’aide sociale se font déjà contrôlés pour abus de drogue, en cas de doute.

Sur 7,389 personnes qui ont fait une demande d’aide sociale, seulement 424 d’entre elles ont été rejetées dont 222 étaient considérées comme toxicomanes.

Les organisations non-gouvernementales qui militent contre la pauvreté et d’autres instances engagées dans la défense des pauvres, demandent a Mr LaBruzzo d’aller vérifier les statistiques des bénéficiaires de l’aide sociale avant d’émettre de tels projet de loi et de ne pas encore une fois humilier les familles pauvres qui dépendent malgré eux du soutien de l’Etat pour faire vivre leur familles.

Il n’y a pas qu’en Louisiane où l’on passe au peigne fin la vie des pauvres. Je suis témoin de telle mesure dans beaucoup de pays pauvres ou riches. Contrôlés à l’extrême dans leur quotidien, les pauvres sont les premières victimes lorsque l’Etat doit réduire ses dépenses.

Maria Victoire (Nouvelle-Orléans, États-Unis)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s